Tous les sentiers ont été refaits. En plus d’avoir été élargis, les 2,4 kilomètres de sentiers ont été recouverts de gravier compacté.
Tous les sentiers ont été refaits. En plus d’avoir été élargis, les 2,4 kilomètres de sentiers ont été recouverts de gravier compacté.

Cure de jouvence pour un « joyau »

Florence Tanguay
Florence Tanguay
La Voix de l'Est
Des travaux d’envergure, représentant un investissement totalisant plus d’un demi-million de dollars, ont été réalisés durant la dernière année au Centre de la nature de Farnham, pour que les citoyens puissent profiter pleinement des sentiers.

« Le centre de la nature c’est un joyau à Farnham, indique le maire Patrick Melchior. On n’est pas peu fiers des travaux qui ont été faits. » Ces derniers, réalisés à partir de l’automne dernier, s’avéraient nécessaires, selon le maire de la Ville. Les infrastructures de bois, vieillissantes, étaient devenues désuètes. Il était donc impératif de les remplacer.

Toutes les structures, soit la passerelle et l’observatoire, ont donc été refaites. « On a choisi des matériaux résistants, explique M. Melchior. Les rambardes sont en métal et le plancher de la passerelle est en bois. »

Tous les sentiers ont également été refaits. En plus d’avoir été élargis, les 2,4 kilomètres de sentiers ont été recouverts de gravier compacté. Cette matière s’avèrera plus durable que la terre et les cailloux dont ils étaient autrefois tapissés.

« Nous voulons ajouter des panneaux de signalisation [pour les sentiers] », indique le maire Patrick Melchior.

Ces importants travaux étaient envisagés depuis longtemps. « Ils étaient déjà prévus lorsqu’on est arrivés comme nouveau conseil » municipal, en 2017, déclare le maire. Ils ont finalement été réalisés de l’automne 2019 au printemps 2020, au coût d’un peu plus de 500 000 $.

Aucune fermeture prolongée

Selon les dires de M. Melchior, la pandémie n’a causé aucun retard aux travaux. La Ville s’est tout de même questionnée à savoir si le site devait être fermé lors de la période de confinement, qui a eu lieu ce printemps. Finalement, la décision de laisser les sentiers ouverts a été prise. L’aisance avec laquelle les visiteurs peuvent y conserver une distance de deux mètres entre eux et les bénéfices qu’ils retirent du temps passé à l’extérieur ont été les deux principaux arguments ayant pesé dans la balance.

« S’il y a eu du retard, c’était surtout parce qu’on attendait les certificats du ministère de l’Environnement » indiquant les endroits où se trouvent les zones humides à protéger, explique M. Melchior.

Il rappelle que le Centre de la nature renferme une biodiversité remarquable. « Les élèves de l’école secondaire Jean-Jacques-Bertrand, de concert avec le Zoo de Granby et dans le cadre du projet Horizon scientifique, ont répertorié 42 sortes d’oiseaux différents », illustre-t-il.

Des travaux importants ont été effectués au cours de la dernière année au Centre de la nature de Farnham.

Bien que rien n’ait encore été établi, le maire révèle que d’autres projets concernant le Centre de la nature sont en discussion. Par contre, une autre amélioration sera certainement faite dans les prochains mois. « Nous voulons ajouter des panneaux de signalisation [pour les sentiers] et peut-être aussi au niveau des aires de nidification des oiseaux », énonce M. Melchior.

Pour l’instant, le maire de Farnham affirme avoir entendu beaucoup de commentaires positifs des citoyens à propos des travaux effectués dernièrement. « J’ai reçu des courriels des gens qui sont allés au Centre de la nature, révèle-t-il. Je sens que les gens en sont fiers. »