Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le déploiement de la fibre optique est passé à la vitesse supérieure, pour le plus grand plaisir des citoyens ruraux et des entreprises situées hors des zones urbaines.
Le déploiement de la fibre optique est passé à la vitesse supérieure, pour le plus grand plaisir des citoyens ruraux et des entreprises situées hors des zones urbaines.

L’Internet qui change des vies

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
L’Internet haute vitesse était déjà considéré comme un service essentiel dans la région depuis des années. Le problème est devenu criant avec le début de la pandémie, en mars 2020, alors que des milliers de personnes ont été envoyés en télétravail ou en télé-études. Plusieurs d’entre eux, partout au Québec, n’ont pas le privilège d’avoir la haute vitesse pour travailler ou étudier de la maison.

Plusieurs entreprises, dont plusieurs sont agricoles, n’ont pas accès à ces services, ce qui peut limiter leur croissance. Pour celles qui reçoivent maintenant un signal Internet fort et rapide, c’est le jour et la nuit.

C’est le cas de Entreprises CPLT, aussi connues sous le nom de Concassage Pelletier, à St-Armand, qui est branchée à la fibre optique depuis à peine deux mois.

Tout ce qui représentait auparavant un irritant fonctionne maintenant bien, commente la copropriétaire Linda Tétreault. « On peut maintenant faire des visioconférences. On avait bien de la misère à se connecter pour faire nos meetings parce que ça plantait tout le temps. On devait prendre nos cellulaires. »

Les réunions par visioconférence se déroulent dorénavant de façon fluide et l’envoi et la réception de fichiers se font beaucoup mieux. « C’est vraiment génial. »

Travailler, étudier

Pour les citoyens aussi, le changement est notable. Mairesse de Saint-Armand, Caroline Rosetti est branchée depuis octobre. « La fibre a changé notre monde, effectivement, raconte-t-elle. Mon conjoint étant conseiller et planificateur financier, il faisait toutes ses rencontres en Zoom. Il fallait donc que rien d’autre ne prenne Internet en même temps. Avec le confinement, les cours des enfants à la maison ainsi que les rencontres en lien avec la municipalité, c’était tout un casse-tête ! »

Ses enfants et son conjoint peuvent maintenant se promener sur la toile pendant qu’elle est en réunion en visioconférence, en séance de conseil municipal ou de la MRC, certains soirs durant le mois, sans que ça pose problème.

Bientôt dans toute la MRC

Le déroulement de la fibre optique dans les campagnes de la MRC Brome-Missisquoi a pris de la vitesse dans les derniers mois. L’attente pour les résidences non branchées se mesure en semaines plutôt qu’en années.

L’attribution de permis s’est accélérée, si bien que l’organisme IHR Télécom et ses sous-traitants, chargés de l’implantation de la fibre dans la région, ont augmenté la cadence.

Depuis la mise en place par le gouvernement du Québec de la table de concertation entre les différents acteurs du milieu, comme les propriétaires de poteaux et IHR Télécom, en 2020, les irritants ont été corrigés. Les entreprises chargées d’amener Internet haute vitesse dans les campagnes se heurtaient à des attentes parfois de plus d’un an dans l’obtention des permis nécessaires pour installer les équipements sur les infrastructures.

Mi-mars, le secteur ouest du pôle de Bedford était en grande partie complété. Toutes les étapes sont ainsi terminées à Stanbridge Station, premier village où le signal est disponible pour 100 % des citoyens.

« Le processus a été simplifié, confirme Caroline Briand, coordonnatrice au marketing chez IHR Télécom. Au niveau du processus, étant donné que c’est allégé, les responsables voient effectivement que ça rentre à un rythme beaucoup plus intéressant que par le passé. Aussi, je pense que ce qui a été amélioré, au niveau des propriétaires de structures et des équipes ici, c’est que l’ordre de priorité est plus clair pour tout le monde. »

La conquête de l’Est

Mi-mars, le secteur ouest du pôle de Bedford était en grande partie complété. Toutes les étapes sont ainsi terminées à Stanbridge Station, premier village où le signal est disponible pour 100 % des citoyens.

Les équipes travaillent maintenant au centre du territoire. Les monteurs sont désormais à Dunham et à Frelighsburg.


« La fibre a changé notre monde, effectivement. »
Caroline Rosetti, mairesse de Saint-Armand

En parallèle, le travail se poursuit pour faire l’inventaire des poteaux dans chacun des rangs du vaste territoire de la MRC et les demandes de permis se poursuivent.

Le directeur général adjoint de la MRC, Francis Dorion donne en exemple Sutton, où les citoyens se questionnent régulièrement sur les étapes qui avancent moins rapidement chez eux.

« Tous les relevés des poteaux, la conception des plans techniques des poteaux font partie des obligations à suivre. Sutton étant le plus grand territoire de la MRC avec le plus grand nombre de kilomètres de chemins, c’est plus long. Ça doit se faire avant le déploiement. Ça n’a rien à voir avec une volonté politique. »

À la mi-mars, 100 % des relevés poteaux étaient complétés à Sutton et 30 % des plans étaient conçus, alors que ces deux étapes étaient beaucoup moins avancées en décembre, selon le calendrier mis à jour mensuellement et rendu public depuis octobre.

Objectif janvier 2022

Francis Dorion croit que Brome-Missisquoi pourrait être l’une des premières MRC entièrement branchées à la haute vitesse au Québec.

Même si l’annonce des subventions pour la fibre optique dans Brome-Missisquoi date de 2017, les démarches administratives et les travaux ne pouvaient réellement commencer que l’année suivante, alors que la signature de Québec n’est arrivée qu’à la fin de l’été 2018, rappelle-t-il.

« En décembre 2018, dans notre planification initiale, on pensait terminer le déploiement à l’automne 2022. Si on était optimiste. Mais là, de la façon dont ça avance, on pourrait avoir tout complété à l’hiver 2022. Les retards pris depuis le début ont été rattrapés. »