LA VOIX DE SUTTON

CAB de Sutton: déjà 35 ans d’entraide

Le Centre d’action bénévole (CAB) de Sutton célèbre cette année son 35e anniversaire. Paniers de Noël, banque alimentaire, joujouthèque, travail de proximité auprès des aînés, aide aux devoirs en collaboration avec l’école primaire ; l’objectif de l’organisme est d’être un centre de services et de rencontres pour la communauté de Sutton. Un « carrefour d’information sociale ».

« Nous sommes amenés à devenir de plus en plus des facilitateurs, pour que les gens se rencontrent, soient mieux outillés et qu’ils s’entraident, affirme la directrice générale de l’organisme, Janna Hubacek. Notre rêve, c’est de devenir un lieu de rassemblement pour la population. »

LA VOIX DE SUTTON

ObserÉtoiles, en voie d’exportation

En lançant, en juin, son planétarium à ciel ouvert avec réalité augmentée, une première mondiale, le patron de la station de montagne Au Diable Vert de Sutton, Jeremy Fontana, voulait frapper un grand coup. Et ce fut le cas. Non seulement le spectacle a affiché complet toute la saison, mais il est en voie d’être présenté ailleurs sur le globe.

«ObservÉtoiles a été un franc succès dès le jour un. L’achalandage a été une belle surprise. C’était au-delà de nos attentes. On a même dû refuser quelques milliers de personnes», a confié Jeremy Fontana.

LA VOIX DE SUTTON

De grands projets pour les tout-petits

Les tout-petits ne seront bientôt plus les grands oubliés de la politique culturelle de Sutton.

Des spectacles, ateliers et formations sont en préparation afin de susciter un éveil culturel chez les plus jeunes, le tout en collaboration avec le ministère de la Culture et des Communications, divers organismes et plusieurs autres municipalités de Brome-Missisquoi.

LA VOIX DE SUTTON

Un maire amoureux du Grand Nord

Bien avant de s’installer au sud... de l’autoroute 10, Michel Lafrance a vécu de longues années dans le Grand Nord canadien, sur la terre de Baffin, au Nunavut, et dans les Territoires du Nord-Ouest. Amoureux des grands espaces nordiques, le maire de Sutton a vécu dans la toundra de 1967 à 2008. Des années marquantes dans lesquelles il a accepté de se replonger le temps d’une rencontre.

Le nord du Québec a vu naître les deux filles du maire de Sutton. Une d’elles y est même retournée pour y travailler comme infirmière. C’est aussi dans cette immense région qu’il a rencontré sa deuxième épouse, Maryse Desrosiers. Leur voyage de noces s’est d’ailleurs déroulé, entre autres, sur les eaux de la rivière Thelon, au Nunavut.

LA VOIX DE SUTTON

Les premiers répondants en mode recrutement

Les premiers répondants de Sutton veillent sur la population 24 heures sur 24, 365 jours par année. La brigade, composée de bénévoles qui interviennent lors d’une urgence médicale, est en mode recrutement afin d’assurer la pérennité du service. La pénurie de bénévoles est telle que des secouristes de l’extérieur viennent même effectuer des gardes.

«Ça prend des gens dédiés qui aiment le domaine», fait valoir Marie-Hélène Simard, coordonnatrice du service de premiers répondants. Celui-ci dessert les populations de Sutton, Abercorn et Brome.

LES GRANDS EMPLOYEURS DE LA RÉGION

Une nouvelle chaîne de montage

Bombardier produits récratifs (BRP) célèbre en grand son 15e anniversaire. L’entreprise enracinée depuis plusieurs décennies dans le Val-Saint-François exécute un plan d’investissement et de modernisation dépassant les 100 millions $. Les installations de l’usine de Valcourt ont été reconfigurées pour augmenter le confort des employés et la productivité.

En 2003, l’entreprise qui appartenait jusqu’alors à Bombardier inc. passait aux mains d’un consortium d’investisseurs comprenant la société d’investissements Bain Capital, la Caisse de dépôt et placement du Québec, ainsi que de membres de la famille Bombardier. Malgré l’inquiétude que la transaction a suscitée à l’époque, l’entreprise figure toujours, 15 ans plus tard, parmi les plus importants employeurs du Québec.

LES GRANDS EMPLOYEURS DE LA RÉGION

Des soudeurs colombiens à la rescousse

WATERLOO — Depuis quelques semaines, la division waterloise de l’entreprise Équipements Lapierre accueille des soudeurs étrangers dans ses rangs. En raison du manque de main-d’œuvre québécoise, elle a choisi de se tourner vers la Colombie.

« On ne fait pas exception dans le marché, surtout en soudure, où c’est très en demande depuis quelques années. L’entreprise est en croissance et fait face à une pénurie de soudeurs. C’est donc un problème qu’il fallait gérer », explique la conseillère en ressources humaines, Marilyn Dion.

LES GRANDS EMPLOYEURS DE LA RÉGION

Recrutement à l’étranger: une nécessité

GRANBY — Le recrutement de personnel à l’étranger est devenu un incontournable pour certaines entreprises établies dans le parc industriel de Granby afin de pallier la pénurie de main-d’œuvre. L’intégration des employés qui ont décidé de quitter leur pays pour s’établir ici est primordiale, autant dans leur nouvel environnement de travail que dans la société.

Des statistiques d’Emploi-Québec font état que d’ici 2024, 1,3 million d’emplois seront à combler au Québec. « Avec la pénurie d’aujourd’hui, et qui sera encore là un bon bout de temps, il faut que les industries, les entreprises, recrutent à l’étranger », affirme Stéphanie Jetté, conseillère aux industries chez Granby Industriel.

LES GRANDS EMPLOYEURS DE LA RÉGION

Groupe St-Louis se démarque

COWANSVILLE — Les femmes n’ont plus à prouver leur valeur chez les trois concessionnaires du Groupe St-Louis, à Cowansville. Elles y ont leur place, et ce, dans les différents départements et la porte leur est grand ouverte. Au total, une vingtaine composent d’ailleurs l’équipe de 90 employés.

«Habituellement, le milieu de l’automobile est un milieu masculin. Donc, on se démarque vraiment du reste des entreprises de notre domaine, constate Antoine St-Louis, adjoint au directeur général du groupe qui détient les concessionnaires Toyota, Nissan et Mazda de Cowansville. En général, on va retrouver des femmes à l’administration, mais jamais en mécanique, ou très peu. C’est vraiment un milieu non conventionnel. »

LES GRANDS EMPLOYEURS DE LA RÉGION

Des atouts à développer

GRANBY — La construction d’un bâtiment multifonctionnel mis à la disposition des entreprises pourrait représenter un atout pour le parc industriel. Le projet est dans les cartons, selon le directeur général de Granby Industriel, Patrick St-Laurent.

« Une entreprise à l’international avec laquelle on travaille, aimerait venir s’établir à Granby et même faire un partenariat avec une entreprise qui existe déjà. Si on avait un bureau qui permettait une certaine transition, ça pourrait être intéressant pour elle. Mais aussi pour d’autres prospects potentiels qui voudraient débuter avec un petit bureau de vente », fait valoir M. St-Laurent.