En 2019, Ferrari a livré exactement 10 131 bolides, soit 880 de plus qu’en 2018, une augmentation de 9,5 %.
En 2019, Ferrari a livré exactement 10 131 bolides, soit 880 de plus qu’en 2018, une augmentation de 9,5 %.

Ferrari franchit un seuil historique avec 10 000 voitures livrées en un an

MILAN — Plus de 10 000 bolides livrés sur la planète, une première dans l’histoire de Ferrari : la prestigieuse marque au cheval cabré a connu une année 2019 record en terme de ventes et compte bien continuer à galoper en 2020.

Le fringant constructeur italien (il souffle ses 72 bougies cette année) s’est imposé dans l’imaginaire collectif comme l’une des marques emblématiques de l’automobile sportive.

Ses bolides sont réservés à quelques privilégiés, prêts à débourser de 200 000 euros (292 000 $) pour un modèle «classique» à plus de 1 million (1,46 million $) pour des séries limitées, mais aussi disposés à attendre de longs mois pour avoir le précieux volant entre leurs mains.

Le groupe — dont les premières voitures sont sorties de l’imagination d’Enzo Ferrari — a cherché ces dernières années à accroître sa production, tout en maintenant cette notion d’exclusivité si importante pour ses clients. En 2010, il n’avait vendu par exemple que 6573 véhicules.

«La hausse reste limitée et ne change rien en terme d’exclusivité. Elle témoigne surtout de l’élargissement du marché de Ferrari au niveau mondial, vers la Chine et l’Inde par exemple», explique à l’AFP Carlo Alberto Carnevale-Maffè, professeur de stratégie à l’Université Bocconi de Milan.

L’an passé, le groupe a livré exactement 10 131 bolides, soit 880 de plus qu’en 2018 (+ 9,5 %).

La zone Europe/Moyen-Orient/Afrique reste de loin son principal marché, avec 4895 véhicules et une progression de 15,8 %. Les livraisons ont bondi par ailleurs de 20,3 % en région Chine-Hong Kong-Taïwan.

Porté par ces ventes record, le chiffre d’affaires annuel du constructeur a augmenté de 10,1 %, à 3,76 milliards d’euros (5,5 milliards $).

«Nous débutons 2020 avec un bon élan, un excellent portefeuille qui sera complété avec deux nouveaux modèles cette année», et «un carnet de commandes plus important que jamais», a déclaré son patron, Louis Camilleri, lors d’une conférence téléphonique avec les analystes.

«Au-delà de la qualité de ses produits, la marque Ferrari a une notoriété extrêmement importante, et qui ne dépend plus seulement comme par le passé de ses résultats sportifs, mais de son style et positionnement», souligne M. Carnevale-Maffè.

«Les Ferrari sont passées de voitures uniquement super sportives et super puissantes, à une gamme élargie incluant du grand tourisme avec plus de confort pour un usage plus quotidien», explique l’expert. Le tout avec «un travail très fort de personnalisation, de service à la clientèle et de gestion de la communauté Ferrari, via des clubs qui tiennent vivante la passion et donnent un sentiment d’appartenance très fort».

Seule grande déception : la Formule 1, où Ferrari a été sacrée en 2019, pour la troisième année consécutive, vice-championne du monde derrière Mercedes.