Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le coupé M4 et la berline M3 de BMW seront offerts sous deux coloris non métalliques, huit métalliques (sept pour le M4) et cinq finis mats brillants, dont plusieurs couleurs audacieuses.
Le coupé M4 et la berline M3 de BMW seront offerts sous deux coloris non métalliques, huit métalliques (sept pour le M4) et cinq finis mats brillants, dont plusieurs couleurs audacieuses.

BMW M3 et M4: «se battre pour le six-cylindres en ligne»

Paul-Robert Raymond
Paul-Robert Raymond
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Conçus pour la piste, la nouvelle berline M3 et le coupé M4 renforcent la volonté du constructeur allemand de «se battre pour le six-cylindres en ligne». Les deux bolides au «design exubérant» aux dires d’Anne Forschner, de BMW Design, dévoilés officiellement en septembre dernier, feront leur apparition dans les salles de montre sous peu.

Pour conforter le fait que les M de BMW sont des voitures conçues pour les pistes de course, «20 % des clients nord-américains n’hésitent pas à faire rouler leur BMW M sur une piste de course», affirme Hagen Franke, directeur de produit pour la M3 et le M4, rencontré virtuellement lors d’une séance de questions mardi.

La berline M3 sera offerte à partir de 84 300 $, alors que le coupé M4 coûtera 85 100 $. Les versions plus performantes — les Competition — se détailleront respectivement 88 300 $ et 89 100 $.

Ces voitures à propulsion retiennent les services du moteur à six cylindres en ligne de 3,0 litres, le TwinPower Turbo S58. Celui-ci peut être même couplé à une transmission manuelle à six rapports, ce qui constitue une rareté de nos jours. Sinon, pour la transmission automatique, il s’agit de la M Steptronic à huit rapports.

Une version à traction intégrale xDrive sera aussi offerte à partir de l’été dans les versions Competition.

Le six-cylindres en ligne produit 473 chevaux (352 kilowatts) et 406 livres-pieds (550 newtons-mètres), ce qui peut donner une accélération de 0 à 100 km/h en 4,2 secondes. Dans les versions Competition, ce même moteur peut livrer jusqu’à 503 chevaux (375 kW) et 479 livres-pieds (649 N.m), abaissant ainsi le chrono du 0 à 100 km/h à 3,9 secondes.

En plus de ces performances révisées, les M de sixième génération bénéficient d’une carrosserie et d’une suspension améliorées, ainsi que plusieurs autres améliorations techniques. Par ailleurs, la berline M3 et le coupé M4 seront offerts sous deux coloris non métalliques, huit métalliques (sept pour le M4) et cinq finis mats brillants, dont plusieurs couleurs audacieuses.

Une des caractéristiques intéressantes est la nouvelle option M Drive Professional. Celle-ci, développée spécifiquement pour le pilotage sur piste, permet d’optimser le chrono pour un tour de piste. Elle comprend le dispositif M Drift Analyzer qui donne une cote en étoiles au conducteur s’il fait de la dérive (drift), selon la durée, la distance parcourue, la ligne et l’angle de la dérive. Une caractéristique qui a fasciné plus d’un des journalistes assistant à la séance de questions.

Des M électriques?

Pourrons-nous voir des M électriques à l’avenir? Ce ne serait pas impossible, selon BMW. «Nous sommes convaincus que la marque M puisse être aussi associée à des véhicules électriques», a répondu Martin Schleypen, porte-parole de la marque M chez BMW. «Bientôt, nous verrons l’électrification de certains de nos modèles. Surveillez dans les prochaines semaines ou mois, nous dévoilerons quelques modèles de haute performance électriques, dont un basé sur la i4.»

Cependant, selon un des responsables de BMW rencontrés virtuellement, les nouvelles M faisant leur apparition sont des «purs véhicules à moteur à combustion». «On a songé à voir comment on aurait pu électrifier celles-ci, voire faire une hybridation. On a pesé les avantages et les inconvénients, on a conclu que le six-cylindres en ligne était toujours de mise pour ces M», a déclaré M. Franke.