Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Auto

Moto, quad et compagnie: l'inspection mécanique d'une motoneige d'occasion

Q Je m’apprête à acheter une motoneige d’occasion. Est-ce nécessaire d’effectuer une inspection mécanique?

R  Bien sûr! CAA-Québec recommande de faire effectuer une inspection rigoureuse des éléments suivants avant l’achat : châssis, compression du moteur, chenille, système de roulement du pont, suspension, système d’injection d’huile, huile de boîtier de transfert, etc. Confiez cette inspection à votre marchand de véhicules de loisirs qui saura vous donner une opinion neutre sur l’état de la motoneige afin de vous éviter des réparations coûteuses. 

Essai-éclair: Kia Niro EV 2019

Le Niro de Kia est offert sous trois formes, soit hybride, hybride rechargeable ou entièrement électrique (EV). Il a été possible d’essayer cette dernière version, attendue.

Au chapitre des spécifications techniques, il s’agit d’un copier-coller de la Soul EV, version Limited. Résultat : un véhicule électrique procurant lui aussi de belles sensations lors d’accélérations, surtout en mode Sport. Et là, aussi, l’intensité de régénération au freinage ou à la décélération est modulable. 

Le Niro a plutôt l’air d’un véhicule «normal», sans l’allure particulière de la Soul. 

À l’intérieur, nous sommes également en terrain connu après avoir essayé la Soul. Pratiquement le même aménagement (système d'infodivertissement, molette de sélection de vitesse, etc.) que dans la Soul.

Il y a toutefois plus d’espace (notamment dans le hayon). Ce qui n’est pas négligeable. Malgré les apparences, trois jeunes ou adultes seront serrés sur le siège arrière. Mais la troisième place peut dépanner sur une courte distance.

Consommation d'électricité

Avec le Niro, il a été possible de faire une meilleure moyenne de consommation d'électricité qu'avec la Soul. En roulant sur une route principale — la route 138 entre Québec et Trois-Rivières —, la moyenne s'est établie à 15,7 kWh aux 100 kilomètres. Au retour, sur l'autoroute 40, elle s'est élevée à 18,9 kWh/100 km. 

Pour cet aller-retour Québec–Trois-Rivières, il a été possible de parcourir environ 290 kilomètres avec 77 % de la batterie. En faisant une règle de trois, ça donne une autonomie potentielle de 376 km avec une pleine charge. Tout près de l'autonomie affichée par le constructeur.

Pour recharger la batterie au complet avec un chargeur de 240 volts, cela a nécessité neuf heures. Une autre recharge de 72 % à 100 % a pris trois heures et 50 minutes. Quant à la recharge rapide sur une borne de 400 V, Kia estime que cela prend 54 minutes pour recharger la batterie de 64 kWh vidée jusqu'à 80 % de sa charge.  

Essai-CAA: Acura RDX 2020

Après deux cycles de six ans chacun, l’Acura RDX est entré dans sa troisième génération en 2019.

La présence d’un quatre-cylindres turbo sous le capot marque un retour aux sources pour ce véhicule, qui avait troqué ce type de motorisation pour un V6 entre 2013 et 2018. 

Toujours parent avec le Honda CR-V, le VUS compact d’Acura s’est agrandi l’an dernier, en plus de (re)gagner un peu de panache avec l’arrivée d’une version A-Spec, du nom de la lignée sportive du constructeur.

Spacieux, dynamique et performant, le RDX comporte toutefois quelques irritants qui réduisent l’agrément au quotidien. 

Les experts de CAA-Québec font le point ici : bit.ly/2qnXQBu Laissez l’évaluation de CAA-Québec vous éclairer! 

Auto

Auto branchée toute la journée, les trous d’homme, les véhicules mal déneigés: les conseils de la semaine

Q Une voiture est toujours branchée à la borne publique près de mon travail, du matin au soir, même si la recharge est terminée. Est-ce légal? Puis-je débrancher l’auto pour brancher la mienne?

R  En vertu du Code de la sécurité routière, il est légal de laisser un véhicule électrique ou hybride rechargeable stationné devant une borne tant qu’il y est branché. Nous vous déconseillons donc de débrancher une auto qui ne vous appartient pas. De toute manière, plusieurs véhicules bloquent le connecteur dans la prise lorsque les portières sont verrouillées. Tentez plutôt de discuter avec le propriétaire afin de le sensibiliser.

Auto

Quelques livres sur l'automobile à mettre sous le sapin

CHRONIQUE / Envie de faire plaisir à votre tendre moitié ou à un ami maniaque de voitures ou en processus de magasinage? Voici quelques suggestions de cadeau à glisser sous le sapin cette année.

Les deux premières suggestions sont évidemment des classiques. Malgré le glissement des publications vers le numérique, celles-ci persistent et signent.

Justice et faits divers

Les camions Ford dominent le palmarès des véhicules les plus volés au pays

TORONTO — Huit modèles de camionnettes Ford figurent cette année dans la liste des 10 véhicules les plus volés au Canada selon une compilation publiée mardi par le Bureau d’assurance du Canada (BAC).

Cette liste révèle que la presque totalité de ces véhicules les plus fréquemment volés étaient des modèles des années 1998 à 2007, la seule exception ayant été un modèle Lexus de l’année 2018.

Le profil des 10 véhicules les plus volés au Québec est toutefois largement différent, car ce sont uniquement des voitures des années 2015 à 2018 qui ont été ciblées par les bandits. Il s’agit de six modèles Lexus et de quatre modèles Toyota.

Le Bureau d’assurance du Canada a observé que le palmarès canadien de 2019 comprend neuf véhicules qui n’ont pas de dispositif antidémarrage empêchant les voleurs de démarrer un véhicule par court-circuitage. L’absence d’un antidémarreur est la raison principale expliquant que la série de camionnettes Ford continue d’être si populaire auprès des voleurs.

Bryan Gast, directeur national des Services d’enquête du BAC, constate aussi que le vol d’automobiles par des moyens électroniques est en hausse partout au pays, car de plus en plus de véhicules sont munis de technologie comme des clefs électroniques.

Chaque année, le vol d’automobiles coûte près de 1 milliard $ aux Canadiens, dont 542 millions $ payés par les assureurs pour réparer ou remplacer les véhicules volés, 250 millions $ pour couvrir les coûts des services de police, des soins de santé et des tribunaux, et plusieurs millions de dollars supplémentaires pour les services correctionnels.

Le BAC note encore cette année que de nombreuses voitures sont volées par des groupes criminels organisés afin d’être vendues au Canada à des consommateurs innocents, expédiées à l’étranger ou encore démantelées pour la revente en pièces.

Auto

Essai-éclair: Mazda6 2019

Dans cette version la plus luxueuse de la Mazda6, la Signature, on se sent pratiquement comme dans certaines voitures de luxe, tellement le degré de finition est abouti et par le souci du détail.

On ressent la même chose dans les versions moins coûteuses. Avec ses belles lignes courbes, la Mazda6 n’a rien à envier à la compétition. L’aménagement intérieur est toujours de bon ton.

Le moteur quatre-cylindres turbo SkyActiv-G de 2,5 litres lui procure un comportement dynamique. 

Cependant, si vous souhaitez en tirer le maximum de puissance, il est préférable de l'abreuver avec de l’essence super à indice d'octane de 93. Cela donnera une puissance de 250 chevaux au lieu de 227. Le couple reste le même, soit 310 lb-pi. 

Lors de notre essai, la consommation a dépassé les cotes du constructeur, en raison des déplacements essentiellement urbains.

Moto, quad et compagnie: chargeur d’entretien intelligent sur VTT

Q Ça fait trois fois en six ans que je dois remplacer la batterie de mon VTT, bien que je ne fasse que quelques centaines de kilomètres par année. Je doute de la qualité des batteries d’origine. Qu’en pensez-vous?

R  Ne pas utiliser son véhicule ou l’utiliser très peu, que ce soit un VTT, une motoneige ou même une auto, c’est ce qu’il y a de pire pour la batterie. 

Dans votre cas, le système de charge de votre VTT ne pourra jamais complètement restituer l’énergie perdue par la batterie si le moteur ne tourne pas pour une bonne période. Nous vous suggérons de faire installer de façon permanente un chargeur d’entretien intelligent sur votre VTT : il maintiendra la charge de la batterie et prolongera sa vie. 

Informez-vous chez votre marchand de véhicules de loisirs.

Auto

Feux arrière éteints, capteurs de pression absents et portières gelées: les conseils de la semaine

Q Ces jours-ci, j’aperçois souvent des véhicules avec les feux arrière éteints ou seulement avec les feux de jour en fonction. Y a-t-il une norme sur l’éclairage pour les véhicules?

RActuellement, il n’y a pas de norme sur l’allumage des phares et des feux, sauf celle portant sur les feux de jour qui doivent s’allumer automatiquement. Toutefois, à compter de septembre 2021, le Règlement sur la sécurité des véhicules automobiles exigera que tous les véhicules neufs vendus au Canada possèdent l’une des fonctionnalités suivantes :

  • Feux arrière s’allumant automatiquement avec les feux de jour;
  • Phares, feux arrière et feux de position latéraux s’allumant automatiquement dans l’obscurité;
  • Tableau de bord qui reste éteint pour faire penser au conducteur d’allumer ses phares.

Auto

La folie du Cybertruck de Tesla

CHRONIQUE / Toute une semaine, surtout sur les réseaux sociaux! Le dévoilement du tant attendu camion électrique de Tesla, le Cybertruck, fait encore jaser, et ce, même plus d’une semaine après l’événement.

Il faut dire que son allure, très polarisante, en a surpris plusieurs. Surtout de la part de Tesla qui nous avait habitués à mettre sur le marché des voitures désirables, qui n’avaient pas l’air d’une soucoupe volante.

Auto

Essai-CAA: Kia Forte5 2020

La Forte à hayon revient dans le catalogue canadien de Kia après un an d’absence. Cette Forte5 profite à son tour de la refonte qui a touché l’esthétique, l’habitacle, la plateforme et la motorisation de la berline en 2019.

L’année-modèle 2020 marque aussi le retour d’un moteur turbo au sommet de la gamme, dans une nouvelle version GT qui se décline dans les deux styles de carrosserie. Fait à noter, les acheteurs étasuniens sont désormais privés du modèle à hayon, peu importe le moteur retenu.

Auto

Moto, quad et compagnie: l'antigel dans le réservoir d'essence de la motoneige

Q Est-ce toujours nécessaire d’ajouter un antigel dans le réservoir d’essence de ma motoneige?

R  Oui. Au Québec, la condensation dans le réservoir d’essence est très fréquente à cause des grands écarts de température. 

Ce phénomène est d’autant plus présent si votre motoneige est garée au chaud, car cela peut provoquer une accumulation d’eau dans le réservoir qui causera de nombreux problèmes (gel, manque de puissance, etc.). 

Si votre motoneige est équipée d’un moteur à deux temps, assurez-vous d’employer un antigel conçu pour ce type de mécanique. Informez-vous chez votre marchand de véhicules de loisirs.

Auto

Relever les essuie-glaces, recharge ralentie par le froid, fiabilité des voitures d’occasion: les conseils de la semaine

Q Je remarque que plusieurs automobilistes relèvent leurs essuie-glaces les jours de verglas. Est-ce recommandé?

R  Nous ne le recommandons pas. En effet, soulever les bras des essuie-glaces provoque une tension indue sur les ressorts qui sont là pour les maintenir fermement en contact avec le pare-brise. À long terme, cela peut entraîner le relâchement du ressort. De plus, si l’essuie-glace venait à retomber brusquement sur le pare-brise, alors qu’il fait très froid, cela pourrait le faire craquer.

Auto

Hydrogène: les visées de Toyota pour le transport lourd

CHRONIQUE / Quand il est question de véhicule à hydrogène Toyota, on pense tout de suite à la Mirai. On se rappelle que le constructeur a vendu au gouvernement du Québec 50 unités de cette voiture mue par une pile à combustible.

Parallèlement à cette vente au gouvernement québécois, Toyota a collaboré à la mise en service d’une station de ravitaillement à Québec qui produit elle-même son hydrogène par électrolyse. La construction de cette station a coûté plus de 5 millions $, en partenariat avec la pétrolière Harnois et la firme Hydrogenics.

Affaires

Tesla : déjà 200 000 précommandes pour le Cybertruck

Celui dont tout le monde attendait et dont plusieurs esquisses d’anticipation avaient été publiées s’est finalement montré le bout du nez quelques minutes après le coup de 20h (23h, heure de Québec), jeudi soir à Los Angeles. Le Cybertruck de Tesla a roulé sur la scène, présenté par nul autre qu’Elon Musk, qui a annoncé samedi que près de 150 000 précommandes ont été enregistrées. Lundi matin, il a lancé sur Twitter que le chiffre de 200 000 précommandes avait été atteint.

Honnêtement, les esquisses publiées avaient 1000 fois plus de sens que ce qui est sorti des studios de Tesla. Un design digne des pires films de science-fiction des années 1980. 

Et pourtant, certains y trouveront des vertus et des caractéristiques inestimables. 

Hormis son look, plusieurs caractéristiques peuvent le rendre intéressant, soit «l'utilité d'un camion avec les performances d'une voiture sport», comme le mentionne Tesla, dans un courriel non signé. Son autonomie peut dépasser les 800 kilomètres et sa capacité de remorquage s'élever à 14 000 livres (6350 kilogrammes) dans la version plus chère ayant une traction à trois moteurs.

Sa carrosserie est faite d'acier inoxydable. Le Cybertruck peut loger jusqu'à six adultes (incluant le conducteur).

Les prix officiels canadiens ne sont toutefois pas encore dévoilé. Mais il est question d'un prix de base de moins de 39 900 $US (53 000 $) ayant 400 km d'autonomie. Le modèle plus coûteux s'élèverait à 69 900 $US (93 000 $) avec 800 km d'autonomie. Mais Tesla accepte les commandes moyennant un dépôt de 100 $US (environ 150 $) remboursable, pour une livraison vers la fin de 2021 pour les versions à un et à deux moteurs et en 2022 pour la version à trois moteurs. 

Sur son site internet, Tesla offre la possibilité de passer commande de l’un des trois modèles disponibles en échange d’un dépôt symbolique «et entièrement remboursable» de 100 $US. Il est donc impossible de dire combien de ces réservations seront transformées en commandes fermes.

«Vous serez en mesure de compléter la configuration à l’approche de la date de mise en production fin 2021. La production de la version trimoteur à quatre roues motrices est prévue pour la fin 2022», précise l’entreprise.

Le futur camion aura six places, pourra emporter plus de 1,5 tonne et sera capable de tracter sept tonnes.

Vous êtes sceptique ou convaincu? Allez voir au www.tesla.com/cybertruck

Les commandes en furie

Malgré tout, Tesla a déjà enregistré 200 000 précommandes pour son camion électrique futuriste, a assuré son patron Elon Musk, deux jours après la présentation de ce véhicule marquée par un raté lors d’une démonstration de solidité du véhicule.

Lors de cette présentation jeudi à Los Angeles, un collaborateur de la firme avait lancé une masse en acier contre une vitre blindée du Cybertruck qui s’était enfoncée sous le coup, arrachant un juron à Elon Musk. Une deuxième tentative avait endommagé une autre vitre.

Vendredi, les cours de l’action Tesla avaient chuté de 6,1 % après ce couac et des commentaires tièdes sur ce véhicule à venir.

Mais samedi, Elon Musk a claironné sur Twitter : «Déjà 146 000 commandes de Cybertruck, 42 % pour un moteur double, 41 % pour un triple et 17 % pour un moteur simple». Tout cela alors que le véhicule ne fait l’objet d’«aucune campagne de publicité ni de pré-paiements», a ajouté le milliardaire également pdg de SpaceX.

+

Auto

Véhicules électrifiés: quelques nouveautés du Salon de Los Angeles

LOS ANGELES — En plus de la seconde génération de sa voiture à pile à combustible Mirai, Toyota a dévoilé au Salon de Los Angeles un véhicule qui sera sûrement populaire lors de sa sortie prévue à l’été de 2020. Après la version hybride, le VUS RAV4 aura désormais une version rechargeable.

Selon les informations publiées par le constructeur, le Toyota RAV4 Prime pourra parcourir jusqu’à 63 kilomètres avec une charge, avant que le moteur à essence ne prenne le relais. Sa batterie de 17 kWh le rendrait aussi admissible au rabais complet de 8000 $ du gouvernement du Québec.

Toutefois, on ne peut pas encore présumer si le RAV4 Prime pourra être admissible au rabais fédéral de 5000 $, ne sachant pas encore son prix de vente. La condition qu’il faut respecter, c’est que le prix du modèle de base soit sous les 45 000 $. On peut croire que Toyota tiendra compte de cette variable dans ses calculs quand viendra le temps de déterminer le prix du véhicule.

Cinéma

Le film de la semaine: Ford contre Ferrari ***

CRITIQUE / La rivalité de Ford et de Ferrari durant les 24 heures du Mans, dans les années 60, est emblématique d’une époque où les pilotes exceptionnels prédominaient dans la victoire. Ce qu’illustre avec un certain panache le drame biographique de James Mangold, trop conventionnel, toutefois, pour rivaliser avec sa réalité historique.

En 1959, Carroll Shelby devient le premier conducteur américain à triompher aux 24 heures du Mans (au volant d’une écurie britannique). Ce sera la seule victoire étrangère durant l’hégémonie de Ferrari, de 1958 à 1964.

Essai-éclair: Porsche 911 2020

L’œil non averti ne verra peut-être pas la différence. Toutefois, Porsche a renouvelé sa légendaire 911 pour 2020, qui avait été dévoilée l’an dernier au Salon de Los Angeles.

Connue aussi sous le vocable de 992 — qui désigne la génération du modèle —, cette nouvelle 911 reprend les lignes des anciens modèles des années 1960. 

Avec la Carrera 4S qu’il a été possible d’essayer, force est de constater la vivacité et la stabilité de ce modèle, ainsi que la solidité et la précision. Notamment en raison de la traction intégrale de la 4S. Le moteur arrière contribue également à cet état de fait. Les Carrera S, elles, viennent avec une propulsion. 

Par ailleurs, lequel moteur arrière ne devant pas être manipulé que par des mains expertes. Une fois ouvert, le capot dévoile le strict minimum qu'un propriétaire de ce modèle doit avoir accès, soit le bouchon pour l'huile et le réservoir de lave-vitre.

De toute évidence et rien de nouveau sous le soleil, ce modèle n'est pas reconnu pour ses vertus de voiture familiale. Le coffre à l'avant de 132 litres peine à contenir une épicerie. Il reste aussi les deux places symboliques à l'arrière. Bref, il ne s'agit pas d'une voiture spacieuse. Mais dans le fond, on s'en moque. 

Un peu aussi comme la consommation qui s'est élevée au-delà des 20 litres aux 100 kilomètres durant cet essai. Quand on roule avec un tel bolide et qu'on en a les moyens, c'est un détail qui est secondaire. Par contre, cette 911 représente une très bonne entrée en matière pour apprécier ce qui s’en vient chez Porsche en ce qui concerne l’électromobilité, la Taycan.

Revenons sur l'intérieur de l'habitacle. Rien à redire sur la qualité de finition de celui-ci, à la hauteur de ce qu'on peut attendre d'une voiture de ce prix.

On tient particulièrement à remercier le Centre Porsche Québec d’avoir permis de faire l’essai routier de cette 911 Carrera 4S.

Moto, quad et compagnie: les souffleuses à neige électriques

Q J’ai entendu parler des souffleuses à neige électriques. Est-ce efficace et fiable?

R  Plusieurs fabricants proposent maintenant une solution de rechange électrique aux souffleuses à neige à essence. Bien que les travaux lourds soient réservés aux modèles à moteur à combustion interne, les modèles électrifiés ont de plus en plus la cote et ils offrent une performance étonnante. Les avantages? Ils requièrent peu d’entretien, ils ne nécessitent aucune huile ni essence, et ils se montrent à la fois silencieux et efficaces. Une recharge de batterie permet généralement d’utiliser l’appareil pendant 45 minutes à 1 heure. Informez-vous chez votre marchand de confiance de véhicules de loisirs ou de petits moteurs.

Auto

L’antipatinage, rouler trop vite en hiver et les traces jaunes sur la neige: les conseils de la semaine

Q À la première bordée, je suis resté embourbé dans la neige avec mon nouveau véhicule. Le témoin du système antipatinage clignotait et il m’était impossible d’avancer. Y a-t-il une solution?

R  Lorsqu’un véhicule est enlisé dans la neige profonde, il est préférable de désactiver le système antipatinage ou le contrôle de la stabilité afin d’obtenir plus de puissance dans les roues et de pouvoir créer un effet de balancier. Toutefois, il faut rester prudent au cours de cette manœuvre, car faire patiner les roues peut endommager le différentiel du véhicule. Allez-y doucement!

Auto

Sur la route avec une plaque de 1978?

CHRONIQUE / Probablement une situation très exceptionnelle, mais savez-vous qu’on peut rouler avec une plaque de 1978 — la beige et brune — aujourd’hui sur les routes du Québec? Attention, c’est un «privilège» qui n’est offert à tous.

C’est une photo vue sur un groupe privé de collectionneurs de plaques dans Facebook qui a mis la puce à l’oreille. Sur cette photo, un VUS Ford Escape récent arbore une plaque de radio amateur (VE2) de l’année 1978.

Auto

«Dieselgate»: la Cour suprême dit non à Volkswagen

La Cour suprême du Canada a rejeté mercredi l’appel des constructeurs automobiles Volkswagen et Audi qui cherchaient à se débarrasser d’une action collective ayant été autorisée au Québec, dans l’affaire désormais connue sous le nom du «Dieselgate».

Une majorité de juges de la Cour ont rendu cette décision sur le banc, ce qui permet désormais à l’action collective de franchir toutes les étapes devant mener à un procès.

C’est l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) qui avait déposé la demande d’autorisation d’exercer une action collective afin d’obtenir une indemnisation pour l’ensemble des résidants de la province de Québec qui ont respiré de l’air pollué par certains véhicules Audi et Volkswagen.

Un «tournant majeur»

«On vient de marquer l’histoire», s’est réjoui André Bélisle, le président de l’AQLPA, peu après le jugement rendu par le juge en chef Richard Wagner, à Ottawa.

«C’est un tournant majeur dans le droit de l’environnement.»

En réclamant 35 $ par Québécois comme dommages punitifs — et vu les 8,3 millions d’habitants au Québec — l’action a le potentiel de coûter 300 millions $ aux constructeurs automobiles visés.

Mais c’est seulement au terme du procès qu’il sera déterminé si Volkswagen et Audi devront indemniser ou pas les Québécois.

L’action avait reçu le feu vert de la Cour supérieure en janvier 2018. Les deux constructeurs automobiles voulaient en appeler de cette autorisation, mais ils avaient essuyé un refus de la Cour d’appel.

C’est pourquoi ils s’étaient tournés vers la Cour suprême.

Cette action découle du scandale ayant éclaté en 2015 : il fut à ce moment révélé que Volkswagen et Audi avaient installé sur certains de leurs véhicules carburant au diesel un logiciel qui pouvait permettre de fausser les résultats des tests d’émissions polluantes. Ce stratagème visait plusieurs modèles dont la Jetta et la Jetta Sportwagen, la Golf et la Beetle, mises en marché entre les années 2009 et 2015.

Qui est la victime?

La Cour suprême a eu à se pencher sur les critères qui permettent l’utilisation d’une action collective pour poursuivre quelqu’un.

Il y a des questions nouvelles ici, a commenté le juge en chef durant l’audition.

Les constructeurs automobiles ont argumenté qu’une personne, comme M. Bélisle de l’AQLPA, ne peut intenter une telle action au nom de tous les Québécois, car il n’est pas malade. Il n’est donc pas une victime, est-il allégué.

Autoriser une telle poursuite «déforme et dénature» le véhicule procédural qu’est l’action collective.

L’AQLPA ne voit pas les choses de cet œil. «La prétention de Volkswagen, c’est de dire qu’il n’y avait pas de victime donc, il n’y avait pas de crime. Et pour une fois, on n’a pas besoin d’avoir un cadavre sur la table pour dire qu’il y a eu une victime. La victime, c’est la qualité de l’air. C’est l’environnement», a réagi M. Bélisle après l’audition.

Et puis, alors que l’AQLPA se plaint que les lois québécoises ne sont pas respectées, dont la Loi sur la qualité de l’environnement, ce rôle ne lui revient pas. C’est à l’État de s’assurer que ses propres lois soient respectées, pas à un individu, a plaidé Me Guy Pratte, qui représente les constructeurs des véhicules.

Ce recours est différent des autres actions collectives intentées contre ces fabricants en ce qu’il vise tous les Québécois — et non pas uniquement les propriétaires ou les locataires de ces véhicules.

Les avocats des parties devront bientôt se présenter en Cour supérieure afin d’établir un échéancier pour les différentes étapes devant mener au procès.

Auto

La voiture, un choix moins utilitaire qu’on le croirait

MONTRÉAL — Pour bien des automobilistes, se déplacer en voiture n’est pas un choix aussi rationnel qu’ils aimeraient le croire.

C’est ce qu’a fait valoir Jérôme Laviolette, doctorant en génie des transports, à l’occasion des portes ouvertes de Polytechnique Montréal, dimanche.

Après un baccalauréat en génie civil et une maîtrise en planification des transports sur l’industrie du taxi, M. Laviolette a choisi d’étudier de façon «plus holistique» la dépendance à l’automobile, en tenant compte de ses dimensions psychologiques et sociales, sous la direction des professeurs Owen Waygood et Catherine Morency.

«C’est un peu différent de ce à quoi on pourrait s’attendre à Polytechnique Montréal en ingénierie des transports», a-t-il reconnu d’entrée de jeu, lors de sa conférence devant de futurs étudiants dimanche après-midi.

Au fil de ses recherches, le boursier de la Fondation David Suzuki constate que la voiture est privilégiée non pas seulement pour son utilité, mais aussi en raison de sa lourde charge symbolique.

«Les gens vont majoritairement répondre qu’ils n’ont pas le choix d’utiliser la voiture parce que c’est plus rapide, plus pratique, plus efficace, expose-t-il. La réalité, c’est qu’il y a énormément d’autres éléments qui nous influencent, de façon plus inconsciente peut-être.»

«Pourquoi quelqu’un achète un gros pick-up alors qu’il ne travaille même pas en construction?» demande-t-il.

À ses yeux, la culture populaire n’y est pas pour rien, avec des franchises telles que Fast and Furious (Rapides et dangereux) qui véhiculent «l’idée qu’au volant, on est tout-puissant» ou même des films pour enfants comme Cars (Les Bagnoles) qui prêtent carrément un visage humain à des bolides.

La possession d’une voiture - ou même, de deux voitures - est indissociable d’une certaine conception de la réussite, au même titre que l’accès à la propriété. «La voiture représente encore aujourd’hui un certain bien de prestige, une façon d’exprimer notre identité.»

Coût collectif

Face à un tel attachement à la voiture, des mesures comme l’ajout de voies réservées pour autobus peuvent être perçues comme des attaques contre tout un mode de vie.

Face à l’urgence climatique, il ne suffit donc pas d’améliorer l’offre de modes de transport durable. Les autorités doivent également investir pour transformer les normes sociales et accompagner les automobilistes dans une introspection difficile, estime M. Laviolette, qui établit un parallèle avec les offensives contre le tabagisme dans les années 1990.

Car il s’agit d’une dépendance aux coûts faramineux.

Selon l’Institut de la statistique du Québec, le transport constitue le deuxième poste de dépenses des ménages, après le logement, devant l’alimentation. Et ces calculs ne comprennent pas les coûts qui sont assumés par l’ensemble de la société.

«Les différentes taxes sur l’essence, l’immatriculation et tout ça servent à peine à payer le réseau routier entretenu par le gouvernement du Québec. On ne parle même pas du réseau municipal payé en bonne partie par les taxes foncières», a souligné M. Laviolette en entrevue avec La Presse canadienne.

La facture continue de grimper si l’on tient compte des conséquences de la dépendance à l’automobile, sur la santé publique notamment, en raison de la sédentarité, du stress, de la pollution sonore et de la détérioration de la qualité de l’air, entre autres.

Sans oublier les émissions de gaz à effet de serre qui accélèrent les dérèglements climatiques.

«On paie tous collectivement pour ces conséquences-là», souligne M. Laviolette.

Face à l’aménagement actuel du territoire, Jérôme Laviolette reconnaît que la voiture demeure parfois indispensable, mais il exhorte ses utilisateurs à la voir pour ce qu’elle est : «un outil parmi tant d’autres pour se déplacer de façon efficace».

La Livewire de Harley-Davidson en vente au Québec

Vendredi, le concessionnaire Prémont Harley-Davidson de Québec présentait aux médias la nouvelle moto électrique, la Livewire. Cette présentation marquait le début des ventes au Québec de cette moto «tant attendue».

Selon Charles Prémont, «les performances de la Livewire sont à la hauteur des attentes».

Même discours du côté de celle qui a procédé à la présentation du modèle vendredi. «Au début, j’étais sceptique. Je n’allais pas me douter qu’elle allait tant me plaire», dit Fanny Giroux, directrice commerciale chez Prémont Harley-Davidson. «Elle est vraiment impressionnante. La Livewire peut faire le 0 à 100 km/h en trois secondes. On peut choisir parmi quatre modes de conduite dont le Sport qui livre toute la puissance de la moto», ajoute-t-elle.

«C’est impressionnant de pouvoir rouler sans le son typique d’une Harley et n’entendre que le bruit de roulement des pneus sur l’asphalte et le bruit de turbine», explique Mme Giroux. Pendant la démonstration, elle a démarré la moto tout en silence. Quelqu’un a lancé : «Vos voisins l’aimeraient sûrement!»

Mme Giroux conclut en disant qu’«il ne faut pas juger la Livewire, il faut l’essayer».

En ce qui concerne les données techniques, le moteur électrique de la Livewire produit 78 kilowatts de puissance (équivalent à 105 chevaux) et 116 newtons-mètres de couple (85 livres-pieds).

Moto, quad et compagnie: les crampons sur les chenilles de motoneige

Q Est-il possible de faire installer des crampons sur les chenilles de ma motoneige?

R  Oui! Si vous circulez souvent sur des sentiers pentus et glacés, des crampons pourraient faire la différence entre rester dans le sentier ou perdre la maîtrise de votre engin. Il en existe deux types principaux. Le premier ressemble à des «clous» de pneus de voiture qui peuvent être livrés directement par certains fabricants de motoneiges. Le deuxième consiste en des «vis à glace» posées chez un détaillant. Consultez votre spécialiste en motoneige pour bien choisir et vous assurer que l’installation est appropriée.

Essai-vidéo: Toyota Corolla 2020

Toyota lance la 12e génération de la berline Corolla pour 2020. Comme la version à hayon l’an dernier, la berline adopte la plateforme globale que le constructeur intègre graduellement à ses modèles à traction.

Une motorisation plus puissante apparaît dans les versions SE et XSE d’apparence sportive. 

Parallèlement, la Corolla fait un pas vers l’écoresponsabilité grâce à l’apparition d’une version hybride, sous les mêmes atours rajeunis que le reste de la gamme. 

En vidéo, les experts autos de CAA-Québec constatent que 2020 apporte de la vitalité à la Corolla sans nuire à sa réputation de valeur sûre. À visionner ici : 

D'autres essais peuvent être consultés à caaquebec.com/essaisroutiers.

Auto

Vérification de la batterie, emplacement des accès de remplissage et chauffe-moteur: les conseils de la semaine

Q Vous avez récemment organisé des journées de vérification de batteries d’auto. Pourquoi est-il à propos de les faire tester à ce moment-ci?

R  Contrairement à ce que plusieurs pourraient penser, ce n’est pas le froid qui dégrade le plus les batteries d’auto, mais bien la chaleur. La réaction chimique qui produit l’électricité est en effet exacerbée lorsqu’il fait très chaud et cela entraîne une dégradation plus rapide de la batterie. Le froid, quant à lui, ralentit cette même réaction chimique. Étant donné qu’un moteur frigorifié a besoin de plus d’énergie pour démarrer, une batterie usée ne parviendra pas à fournir l’énergie nécessaire à un moteur gelé qui a besoin d’une puissance optimale pour démarrer.

Auto

Une voiture rare des années 1950 à restaurer [VIDÉO]

CHRONIQUE / Dans le jargon, on appelle ça un «barn find» (une trouvaille de grange, si vous préférez). Et cette trouvaille devient encore plus intéressante quand on sait qu’il y en a que deux exemplaires au pays.

Jean Bourgault, aussi connu sous le nom de Jean’s Bronco, a pris livraison d’une Austin A40 Sports 1951, le 29 octobre dernier. «Une voiture très rare», dit-il. Il l’a achetée d’un particulier résidant à Red Deer en Alberta.

Auto

Une «belle folie» nommée Rallykart

CHRONIQUE / Imaginez un bolide qui peut concourir sur piste en asphalte, dans les rallyes — sur neige ou sur gravier — ou même sur glace. Eh bien, cette «bibitte» existe et s’appelle Rallykart.

«C’est une belle folie qui devrait faire des petits», résume Carl Nadeau, pilote de course et animateur d’émissions de télévision, qui est aussi directeur du marketing dans l’aventure de Rallykart.

Moto, quad et compagnie: le «reculons électronique» sur les motoneiges

Q Un de mes amis me dit que sa motoneige est équipée d’un système qui fait fonctionner le moteur à l’envers afin de la faire reculer. Est-ce vraiment possible?

R  Eh oui! Lorsqu’il est activé, ce système très astucieux ralentit le régime du moteur au minimum et avance l’allumage pour faire redescendre le piston du moteur en sens inverse. Il est alors possible de faire reculer le véhicule à la simple pression d’un bouton. Il fallait y penser! Cela évite l’installation de pièces mécaniques habituellement nécessaires à la marche arrière et diminue le poids de la motoneige. Apparu à la fin des années 1990, ce dispositif est communément appelé «reculons électronique».