Jean-François Ruel assure que la série «Fugueuse» fera réagir.

Yes McCan, rappeur dans la vie et à l’écran

Les mélomanes connaissent surtout Jean-François Ruel comme Yes McCan, membre du groupe rap Dead Obies. Issu du théâtre et de l’impro, le Granbyen a pourtant bien des cordes à son arc. On pourra prendre toute la mesure de son talent de comédien dans la nouvelle série «Fugueuse», qui entrera en ondes en janvier. Faites place au vilain Damien !

Ce premier rôle à la télévision est arrivé un peu à l’improviste, raconte-t-il. « Ce n’est pas moi qui cherchais ça. À la fin de l’adolescence, j’ai arrêté de jouer parce que j’avais envie de faire autre chose. Je n’ai jamais pensé à poursuivre là-dedans. »  

Le destin s’est manifesté sous la forme d’un simple coup de fil. « J’ai reçu un appel en mai dernier pour passer une audition. Le réalisateur Éric Tessier cherchait quelqu’un qui pouvait jouer un rappeur. C’était tout un défi. Je devais jouer trois scènes. C’était désarçonnant. Je ne m’attendais à rien. En fait, j’étais sûr que je n’aurais pas le rôle », dit-il. 

Erreur. Jean-Francois a été retenu. Il occupe même beaucoup de place dans la peau de Damien, un musicien qui réussira à séduire Fanny (Ludivine Reding), 16 ans, et à l’entraîner dans le monde de la prostitution. Fugueuse raconte la descente aux enfers de cette adolescente de bonne famille, assoiffée de liberté et d’aventure.

Pour une première incursion à la télé, le rôle d’un musicien a fourni à Jean-François Ruel la dose d’assurance qu’il lui fallait. On lui a même demandé de faire la musique pour accompagner son personnage... « Ça me donnait une petite dimension de confiance. »

Et Damien dans tout cela ? « C’est quelqu’un avec une part d’ombre, mais il y a des nuances dans son histoire. »

Tournée d’août à octobre, Fugueuse sera diffusée en dix épisodes d’une heure. Devant la force du sujet — l’exploitation sexuelle des adolescentes —, la télésérie sera appuyée par un volet de sensibilisation et de prévention sur le web. « Ça va faire réagir », assure le comédien, qui a partagé le plateau avec des comédiens du calibre de Claude Legault, Lynda Johnson et Danielle Proulx. 

Le comédien/musicien Jean-François Ruel partage l’écran avec Ludivine Reding dans «Fugeuse».

Perdre le contrôle

Quand on lui demande quelle a été sa plus grande difficulté à personnifier Damien, le jeune homme relève spontanément la différence entre le monde de la télévision et celui de la musique.

« Il m’a fallu apprendre à travailler sur un autre beat, dans un autre milieu. En musique, on contrôle tout. Là, j’étais juste une partie du projet. Il fallait que je fasse confiance et que je laisse mes idées de perfection de côté... Être dirigé m’a permis d’apprendre beaucoup. J’ai gagné en maturité et en confiance. »

Il a toutefois eu la chance d’œuvrer sur un plateau qui lui laissait une belle latitude dans son interprétation. « J’ai pu improviser beaucoup. Plus je me laissais aller, plus ça me permettait d’entrer dans mon personnage. C’était plus vrai », dit-il, en confiant avoir été totalement imprégné par l’histoire. 

Et même s’il n’aime pas se contempler à l’écran — « Je suis d’un naturel super critique, alors entendre sa voix, se regarder, c’est bizarre », dit-il —, Jean-François Ruel ne refuserait pas d’autres offres de tournage. « Ce serait cool. J’ai reçu de super beaux commentaires qui viennent contrebalancer mon aversion de me voir à la télé ! »

« J’aime les arts en général. Je suis content de briser la routine et de toucher à plein de choses », termine-t-il.

Fugueuse - Piégée par amour sera présentée à TVA à compter du lundi 8 janvier à 21 h.