L’itinéraire proposé par Martin Léon se veut un hybride entre la musique, le conte et la conférence.

Voyage au pays de l’inspiration avec Martin Léon

Martin Léon reprend là où il l’avait laissé. Quatre ans après avoir occupé le Théâtre de Quat’Sous pendant une cinquantaine de soirées, il convie à nouveau son public pour un beau grand voyage dans son Laboratoire exotique, un périple au pays de la création sur le chemin qui l’a mené à la confection de son album Les Atomes, sorti en 2010.

« Quand j’avais lancé ce projet-là, mon but était de l’amener en tournée. Mais je n’ai pas eu le temps », indique le compositeur.

En 2013, après 14 soirs à guichet fermé et 37 supplémentaires, il a dû mettre fin à sa résidence, trop pris qu’il était par ses contrats pour des musiques de film. The Good Lie, Les êtres chers, Guibord s’en va t’en guerre, Les 3 petits cochons 2 et Embrasse-moi comme tu m’aimes l’ont tenu occupé à temps plein pendant trois ans, explique-t-il. 

« Je suis sorti de ça complètement épuisé, de sorte que j’ai pris une année sabbatique. Je me suis ressourcé dans mon chalet à Saint-Adèle avec des amis, ma famille et la nature, j’ai lu, j’ai fait des ateliers de méditation, et une fois que j’ai été bien reposé, je me suis dit ‘Bon, j’en étais où déjà ? Ah oui ! mon show au Quat’Sous ! »

« J’étais resté sur ma faim, poursuit-il. Mais là, je veux me rendre au bout du projet. On a repris la route depuis deux semaines, les salles sont pleines, les gens s’amusent et sont touchés, et moi, je suis content de revenir sur scène et de raconter mon histoire, de la revivre. J’ai toujours autant de plaisir­ à la partager chaque soir. »

Martin Léon amènera son Laboratoire exotique à la Maison de la culture de Waterloo ce samedi.

Show hybride

L’itinéraire proposé se veut un hybride entre la musique, le conte et la conférence. « C’est un show concept expliquant la genèse de mon album Les Atomes et tout le processus créatif derrière », rappelle le principal intéressé.

Pour la petite histoire, sachez que la plupart des chansons de son quatrième disque ont été écrites lors des cinq grands voyages qu’il a faits en Asie, enregistreur, caméra, carnet de notes et guitare à la main. « Parfois, ça ressemble aux Grands Explorateurs, mais au pays de l’inspiration. Je raconte des anecdotes, je présente des extraits vidéos que j’ai tournés, j’aborde les rencontres que j’ai faites... Tout ça dans un mélange de poésie et de groove. »

« Je fais aussi quelques chansons de mes autres albums, mais aucune musique de film », avertit-il.

Les deux ailes d’un même oiseau

Il est comme ça, Martin Léon. Sa vie oscille entre ses chansons et ses musiques de film depuis plusieurs années. « Ce sont les deux ailes de l’oiseau que je suis. J’ai besoin des deux pour avancer, pour garder l’équilibre », image-t-il.

Faire de la musique pour le cinéma, c’est ce qu’il voulait faire dans la vie, affirme celui qui s’est même rendu en Italie — et a appris l’italien — pour étudier avec le grand Ennio Morricone. « Mais je me suis enfargé à quelques reprises dans mon amour pour la poésie, et ça a donné mes quatre disques de chansons », dit-il. Outre Les Atomes, on lui connaît Moon Grill, Le facteur vent et Kiki-BBQ.

S’il a déjà trois autres propositions de film sur la table, c’est sur ses chansons qu’il se concentre présentement. Il promène son Laboratoire exotique un peu partout au Québec jusqu’à la fin novembre, et compte bien l’amener en France en 2018. « Quand ce projet sera terminé, je tournerai la page, et je ferai un autre disque. J’ai déjà commencé à l’écrire », laisse-t-il savoir.

« Ça faisait quatre ou cinq ans que je n’avais rien noté dans mon cahier parce que je n’avais rien à dire tellement j’étais fatigué. Mais là, je suis inspiré ! » termine-t-il.

Envie d’y aller?

Quoi: Le Laboratoire exotique de Martin Léon

Quand: ce samedi 11 novembre à 20h

Où: à la Maison de la culture de Waterloo

Infos et billets: www.mcwaterloo.com