Le Théâtre La Marjolaine présentera la pièce Kilimandjaro, écrite par Mario Jean, l’été prochain. On retrouve ici l’auteur en compagnie de Mario Tessier, Marie Turgeon, Pierre Verville et Marc-André Coallier.

Une scène qui devient montagne

Comment transposer l’ascension d’une montagne au théâtre? Le défi paraît de taille, surtout quand on n’a pas l’intention d’investir une somme astronomique en décors. N’empêche, ne reculant devant rien, l’humoriste Mario Jean a accepté de s’attaquer à ce projet imaginé par Marc-André Coallier, propriétaire du Théâtre La Marjolaine. Le résultat de son marathon d’écriture sera livré cet été sur la scène de la mythique salle de spectacle d’Eastman.

La pièce écrite par Mario Jean, qui est d’ailleurs sa première en carrière, est intitulée Kilimandjaro. Le Kilimandjaro est une montagne culminant à tout près de 6000 mètres d’altitude située en Tanzanie. Tous les ans ou presque, des groupes associés à diverses causes, au Québec, se rendent là-bas pour effectuer l’ascension de la montagne et ainsi amasser des fonds.

Tout comme l’auteur de la pièce, Marc-André Coallier s’est déjà rendu au sommet de ce haut pic africain. Il jugeait que l’expérience que l’on vit, lorsqu’on marche jusqu’au sommet de celui-ci, constituait une matière première de haute qualité pour l’écriture théâtrale. Et il a réussi à convaincre son ami humoriste qu’un bon filon se cachait au cœur de cet immense site naturel.

« Monter le Kilimandjaro, c’est une expérience qui va vraiment te chercher dans le fond de toi, de ce que tu es, de tes ressources, de ton énergie, fait valoir Mario Jean. Ça te sort de ta zone de confort et à la fin, quand tu touches la pancarte, tu te dis que tu recommencerais l’expérience. »

Lundi matin, quelques-uns des comédiens qui joueront dans Kilimandjaro étaient présents dans le chalet de ski de la station Mont Orford pour rencontrer le public et les médias. Le choix du lieu pour ce lancement de saison, la 60e du Théâtre la Marjolaine, s’explique par le fait que la station sera la « présentatrice » de la pièce.

Une belle brochette

La distribution de Kilimandjaro n’est pas piquée des vers. Valérie Blais, Pierre Verville, Mario Tessier, Marie Turgeon, Jules Ronfard de même que Dary Métushalème se donneront la réplique sur scène, cet été, au Théâtre la Marjolaine.

« Je suis très excité, confie Pierre Verville. Je ne fais pas ça souvent, du théâtre. J’avais appelé Marc-André pour complètement autre chose, il y a quelques mois, et il m’avait rappelé deux semaines plus tard en me disant qu’il avait un rôle pour moi. Je lui ai dit attend une minute. Il m’a envoyé le scénario et j’ai vu tout de suite ce que je pouvais faire là-dedans. J’ai trouvé ça bien intéressant. J’ai décidé d’embarquer. »

Beaucoup plus habituée aux scènes de théâtre, Marie Turgeon a également démontré une bonne dose d’enthousiasme en parlant de l’aventure qu’elle vivra à Eastman cet été.

« Je partage la joie et la fébrilité de Pierre. Je suis très, très heureuse de savoir que je serai dans la région pour l’été. C’est une pièce fabuleuse, drôle et touchante à la fois. On ne se tape pas sur les cuisses, ce n’est pas ça le but. L’objectif, c’est d’être transformé par la montagne et mon personnage le sera, je vous le garantis », promet Marie Turgeon.

Pour sa part, Mario Tessier a reconnu en rigolant que, malgré qu’il soit de la distribution, il n’avait pas d’expérience en escalade. « Ma seule expérience se résume pas mal au mont Orford. Je suis monté puis je suis redescendu en télésiège », a-t-il lancé, provoquant ainsi le rire de tous.

Une recette gagnante

Marc-André Coallier se montre fier de la distribution de la pièce. Il considère que la présence de Mario Jean a incité des artistes de renom à se joindre au projet. « Déjà, la crédibilité de La Marjolaine, c’est le fun. Mais avec Mario au texte et à la mise en scène ça facilite encore plus le recrutement des comédiens », reconnaît Marc-André Coallier.

Marc-André Coallier souligne par ailleurs que l’action de la pièce de théâtre sera étalée sur sept jours.

« Au début, on est dans la jungle à 2000 mètres, puis les arbres et la végétation disparaissent. Ensuite, ça devient pas mal lunaire comme décor. Et, la dernière ascension a lieu la nuit sur un glacier. On ne va pas nécessairement reproduire un lieu physique sur scène, mais l’émotion vécue par les personnages. »

Il précise néanmoins qu’on retrouvera des tentes, des cailloux et de la végétation sur la scène. « Mais la tempête, la pluie, le bonheur et la vue seront plutôt suggérés », dit-il, avant de révéler que des projections seront probablement intégrées à la pièce.

Les représentations auront lieu dès le 18 juin et se poursuivront jusqu’à la fin août. Notons également qu’un spectacle musical sera présenté à La Marjolaine cet été et que la comédie musicale Les Nonnes, offerte en 2019 à Eastman, partira pour sa part en tournée en juillet.