Claudia Bouvette a offert ses nouvelles chansons aux spectateurs jeudi soir à Cowansville.

Une première soirée festive à Soif de musique

Pour sa première édition, le festival Soif de musique, qui se tient du 11 au 13 juillet sur le terrain de l’école Massey-Vanier, en met plein la vue avec une programmation surprenante et diversifiée. La Voix de l’Est était sur place jeudi pour capter l’ambiance de ce premier soir festif où, déjà, près de 5000 billets étaient vendus.

« Ça prenait un événement d’envergure à Cowansville. Josiane Noiseux et Édouard Lagacé ont rencontré la Ville et la Caisse populaire Desjardins et tout le monde était emballé par le projet », rapporte Philippe Mercier, un des organisateurs de l’événement, qui est aussi secrétaire-trésorier de l’organisme derrière le festival Expérience Embargo.

« On ne voulait pas y aller de main morte. Les Cowboys fringants, on les a en exclusivité de Sherbrooke à Montréal, on est vraiment contents. »

Non seulement le groupe culte québécois sera sur scène samedi, mais plusieurs spectateurs étaient présents sur le site, jeudi soir, pour voir Claudia Bouvette, Milk & Bone, Loud et Qualité Motel à l’oeuvre.

« Ce soir, c’est notre soirée plus jeune », mentionne M. Mercier. Néanmoins, le public était composé autant d’enfants, de personnes âgées, de bébés et d’adolescents. Même la petite Odile Veilleux dansait dans la foule, « une future aimante de la musique », aux dires de son père, Émile Veilleux.

Pour certains, les groupes étaient une découverte, comme pour Mélissa Bernard, qui « voulait faire vivre l’expérience à (ses) enfants ».

Le rappeur québécois Loud, de par sa notoriété, était pour sa part très attendu par certains.

« J’aime le style hip-hop rap parce que je fais de la danse, relate Chloé Tremblay, de Lac-Brome. C’est québécois, francophone, ça fait différent. »

Catherine Fournier, quant à elle, tenait à supporter l’artiste dans sa lancée : « C’est rare qu’on entend du rap francophone, c’est super dur de percer. Donc je veux l’encourager. »

Philippe Mercier, fier organisateur du festival Soif de musique

Multiples talents

Claudia Bouvette, jeune artiste multidisciplinaire (actrice, chanteuse, musicienne, danseuse) originaire de Bromont, était la première à monter sur scène.

« Je suis de retour à mon école secondaire ! », a-t-elle avoué au micro. Non loin de la scène, on pouvait apercevoir l’humoriste et animateur Jay Du Temple, son copain qui l’encourageait chaudement...

Vêtue d’un ensemble vert kaki brodé et accompagnée de deux musiciens, Claudia Bouvette, qu’on a connue notamment dans Mixmania 2 et dans l’émission Jérémie, a chanté ses récents succès Cool it et Don’t like it.

Duo harmonique

Le duo féminin Milk & Bone a suivi la chanteuse bromontoise. Sur scène, seul trônait un grand synthétiseur deux places, maniés avec originalité par les deux membres du groupe, Laurence Lafond-Beaulne et Camille Poliquin. Cette dernière est aussi connue en solo sous l’alias Kroy.

L’univers musical de Milk & Bone, quoique bordé de synthétiseurs, n’avait rien d’une reprise des années 90. Leurs paroles, bien souvent des questionnements émotionnels, accompagnées de leurs deux voix douces, se caractérisent par l’authenticité, voire l’intimité, qu’elles partagent ouvertement avec le public.

Cet effet de proximité fonctionne, comme le dit Donald Longtin, venu encourager non seulement ces « jeunes femmes talentueuses », mais aussi le festival Soif de musique.

Puis, les harmonies de Milk & Bone ont semblé appeler l’orage et la pluie, qui a éclaté vers 20 h 45, mais qui n’a pas dispersé la foule visiblement déterminée à entendre Loud et Qualité Motel.

Le festival Soif de musique se poursuit vendredi et samedi soir, avec, entre autres, Marjo, Kevin Parent, Bleu Jeans Bleu et Émile Bilodeau. Pour un coût « vraiment pas cher », affirment quelques spectateurs. En effet, la passe journalière est de 20 $, et le passeport de trois jours coûte 35 $. « J’étais prête à payer ça juste pour voir les Cowboys fringants ! », lance Mélissa Bernard.

Une autre raison pour les assoiffés de musique de vivre ce grand événement de Brome-Missisquoi.

« Je veux pas faire une citation de Loud, mais il ne faut pas que les gens disent “fallait y aller”… Venez ! », invite Philippe Mercier.