L’autrice et scénariste Sarah-Maude Beauchesne.

Une nouvelle série de balados par et pour les filles

L’autrice et scénariste Sarah-Maude Beauchesne ajoute une autre corde à son arc déjà bien solide. La jeune femme fait partie des personnalités québécoises qui prêtent leur voix à la nouvelle série de balados offerte depuis jeudi par Radio-Canada.

Fidèle à sa «marque de commerce», Sarah-Maude y aborde des sujets exclusivement féminins.

Entre filles, le titre de ce balado, se décline en dix épisodes d’environ 30 minutes chacun. On le décrit comme un «espace de confidences» où les tabous n’ont pas leur place, à l’image des journaux intimes que Sarah-Maude noircissait durant son adolescence.

Dans les quatre premières diffusions, elle y aborde tour à tour l’anxiété, les menstruations, le désir de plaire et les premières expériences sexuelles. Sans pudeur aucune.

«J’assume tout. Chaque confidence peut être utile pour quelqu’un d’autre. Et plus on parle de ces sujets, moins c’est stigmatisé. Si je peux en parler ouvertement pour défaire quelques tabous dans un groupe d’amies, dans une famille ou quoi que ce soit, tant mieux. C’est ma passion.»

Car malgré son jeune âge, il n’est pas question pour elle de créer du contenu purement divertissement. Elle souhaite faire oeuvre utile.

«Ça ne veut pas dire que je n’irai pas ailleurs un jour, mais ma priorité ces temps-ci, à la veille de ma trentaine, c’est de m’informer sur les femmes autour de moi, de leur donner la parole. D’essayer de comprendre la femme que je suis dans la société d’aujourd’hui et de donner des outils aux jeunes femmes pour les rassurer et pour qu’elles sentent qu’elles ne sont pas seules à se poser ces questions.»

«Le but, c’est de parler de sujets qui touchent de façon universelle, peu importe d’où tu viens, qui tu es, qu’est-ce que tu as vécu. On voulait ouvrir la conversation», poursuit-elle.

Non, précise l’écrivaine, ces balados ne sont pas «pédagogiques». Elle y parle sans prétention de son vécu et de la vie personnelle de ses invitées.

Car dans chaque épisode, Sarah-Maude s’entoure de femmes inspirantes pour jaser avec elles du sujet du jour.

«C’est vraiment un espace sécuritaire pour les femmes. C’était important pour moi qu’il n’y ait pas d’hommes qui se prononcent sur ces sujets majoritairement féminins. Je me mettais toujours dans les souliers d’une ado quand je développais les balados. Comment je voudrais m’en faire parler? Par qui? Et dans quelle ambiance?»

Entre filles s’adresse à un public spécifique, mais aussi à quiconque s’intéresse de près ou de loin aux préoccupations féminines, insiste-t-elle. «Je n’exclus pas du tout les hommes de ce que fais! J’invite d’ailleurs les gars, les hommes, les papas à écouter ces balados. Je veux juste ouvrir le dialogue.»

Première fois

C’est la première expérience du genre pour la Granbyenne d’origine. Elle a touché à la radio, à la chronique, mais à la baladodiffusion, jamais. À ce jour, les balados, elle s’était contentée de les consommer, en privilégiant ceux à caractère social et féministe.

Entre filles, assure-t-elle, était tout à fait dans ses cordes. «Si j’avais eu à faire un seul balado, c’est celui-là.»

Les six autres épisodes de la dizaine d’Entre filles toucheront notamment les relations avec les parents, les modèles, la chicane et l’écoanxiété. Mais elle aurait facilement pu en faire dix autres tellement les sujets étaient foisonnants et les invitées potentielles nombreuses, confie-t-elle.

Elle est maintenant impatiente de voir si le concept aura du succès auprès de son public cible, en sachant bien que les balados ont déjà la cote auprès des milléniaux.


« Ma priorité ces temps-ci, à la veille de ma trentaine, c’est de m’informer sur les femmes autour de moi, de leur donner la parole. »
Sarah-Maude Beauchesne

Parmi les autres personnalités qui participent à cette série de balados — gratuite et téléchargeable via l’application Radio-Canada OHdio — on retrouve notamment l’humoriste François Bellefeuille, qui parle d’environnement, la journaliste judiciaire Isabelle Richer, qui revient sur des procès marquants, et Arthur L’aventurier, qui fait découvrir les animaux d’Australie aux tout-petits.

L’Académie

Côté télévision, Sarah-Maude Beauchesne ne chôme pas. La seconde saison de sa série L’Académie, diffusée sur Club illico, fera son apparition sur les ondes de Yoopa le 13 novembre. La troisième et ultime saison, tournée cet été, est prévue pour 2020.

C’est aussi l’an prochain que devrait être publié le second livre traitant de cette série pour ados. Après L’Académie - L’été d’avant, l’autrice proposera une suite à l’histoire. «On retrouvera les filles après leur bal de finissants. Ce sera la conclusion.»

Quant à sa web-série Fourchette, qu’elle a créée et dans laquelle elle joue, il fera l’objet d’une seconde mouture. La jeune femme s’apprête d’ailleurs à partir à l’étranger pour y tourner quelques scènes.