L’artiste Gabriel Cyr, lors d’une demi-finale du Festival international de la chanson de Granby, en 2019.
L’artiste Gabriel Cyr, lors d’une demi-finale du Festival international de la chanson de Granby, en 2019.

Une entente historique pour le milieu artistique en Montérégie

Jérôme Savary
Jérôme Savary
La Voix de l'Est
Une annonce vient mettre un peu de baume au cœur des artistes, eux qui ne l’ont pas facile en ces temps de coronavirus. Une entente pour le développement des arts et des lettres en Montérégie annoncé mardi dégage 732 000 $ pour soutenir des projets artistiques en Montérégie-Est, pour les trois prochaines années. C’est près de 500 000 $ de plus que les montants octroyés en vertu de l’entente précédente. «C’est exceptionnel, historique», insiste Nancy Bélanger, directrice générale de Culture Montérégie.

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) est le souscripteur financier principal, contribuant à la moitié de la somme. «Mais les MRC ont été déterminantes dans le projet, car si elles n’étaient pas partenaires, l’entente n’aurait pu avoir lieu, souligne Mme Bélanger. Le milieu culturel avait besoin de cette très bonne nouvelle.»

L’Entente de partenariat territorial en lien avec la collectivité de la Montérégie repose d’abord sur la contribution de chacune de l’ensemble des 14 MRC de la Montérégie et de l’agglomération de Longueuil — c’est la première fois que ces quinze partenaires figurent ensemble dans une telle entente.

Pour l’ensemble de la Montérégie, 1,8 million de dollars sont rendus disponibles, soit plus du double de l’entente précédente (750 000 $). C’est le plus gros partenariat du genre pour le CALQ au Québec.


« C’est vraiment une nouvelle fantastique. Cela permet aux artistes d’avoir des moyens conséquents pour créer, travailler dans leur communauté et jouer un rôle social. »
Nancy Bélanger, directrice générale de Culture Montérégie

Des investissements locaux multipliés par trois

Au niveau du territoire couvert par La Voix de l’Est*, les MRC de La Haute-Yamaska, d’Acton, de Rouville et le CLD Brome-Missisquoi investissent 97 500 $ sur trois ans. Le CLD est le plus important contributeur, avec 45 000 $, suivi de la MRC de la Haute-Yamaska, avec 30 000 $, Rouville avec 15 000 $ puis Acton avec 7500$.

«L’effet de levier de cette entente [avec le CALQ et le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH)] est important, indique Paul Sarrazin, préfet de la MRC de La Haute-Yamaska. On est assuré en Haute-Yamaska de retrouver près de trois fois notre mise!»

Le Ministère s’est engagé en effet à doubler l’investissement de chaque MRC ou CLD, tandis que le CALQ double la mise des MRC et du Ministère réunis, et ce, pour chacun des trois sous-territoires, comme la Montérégie-Est.

M. Sarrazin est très heureux de cette entente à saveur culturelle, à laquelle la MRC Haute-Yamaska prend part pour une première fois, comme la MRC d’Acton.

«C’est une fichue de belle entente, d’autant plus qu’on est après sortir de la COVID et que la culture n’a pas été épargnée, alors dans ce contexte, c’est une saprée bonne nouvelle. Mes collègues et moi, on n’a pas hésité un instant quand on a vu les retombées possibles.»

Du côté de Brome-Missisquoi, l’investissement semblait naturel. «Nous recevons beaucoup de touristes culturels dans Brome-Missiquoi, avance Sylvie Beauregard, présidente du CLD et mairesse de Cowansville. Pour nous, la culture se marie bien avec le tourisme et le développement économique.»

Des projets ancrés localement

Les projets artistiques devront être ancrés localement pour pouvoir bénéficier de cette aide.

Au moment de déposer un dossier, l’artiste ou l’organisme devra démontrer que son projet se fait en partenariat dans sa communauté, «que ce soit avec un centre de la petite enfance, ou qu’il s’agisse d’un travail de médiation artistique avec leur municipalité, par exemple», détaille Mme Bélanger.

Selon elle, la beauté de ce programme est d’amener ainsi les artistes et les organismes à travailler de pair avec leur communauté. «C’est vraiment une nouvelle fantastique, répète Nancy Bélanger. Cela permet aux artistes d’avoir des moyens conséquents pour créer, travailler dans leur communauté et jouer un rôle social.»

Plus de chances d’obtenir l’aide

Comme les fonds sont réservés à chacun des quinze territoires, le nombre de dossiers en compétition est moins élevé que lorsque les artistes sollicitent des programmes à l’échelle de la province, d’après Mme Bélanger. «Cela permet de soutenir les artistes dans leur communauté», dit-elle.

Cela représente également une belle porte d’entrée au Conseil des arts et des lettres du Québec pour les acteurs du milieu culturel qui ne seraient pas familiers avec ce type de démarche. «Cette entente contribue à professionnaliser les artistes. C’est un bel avantage pour la poursuite de leur carrière», assure Mme Bélanger qui rappelle que Culture Montérégie est là pour les accompagner dans leurs projets avant de les déposer au CALQ.

Message aux acteurs de la culture

L’appel de projets en Montérégie-Est sera communiqué le 22 juillet, et la communauté artistique aura jusqu’au 15 octobre pour déposer un projet.

Les artistes et auteurs pourraient obtenir un maximum de 20 000 $ par projet, et les organismes 30 000 $.

Maintenant que l’argent est disponible, M. Sarrazin invite fortement les différents acteurs culturels de la région à se manifester et à envoyer leurs projets. «Plus il y aura de projets, plus on va être capable d’aller chercher de l’argent dans cette enveloppe-là.»

*Notons que cinq autres MRC composent la Montérégie-Est: La Vallée-du-Richelieu, Le Haut-Richelieu, Les Maskoutains, Marguerite-D’Youville et Pierre-De Saurel.