L'orchestre Les Requins est formé des quatre membres de Cherry Chérie et de la chanteuse Ariane Vaillancourt.

Un spectacle-hommage à l'Expo 67

Ange-Gardien reviendra 50 ans en arrière, jeudi soir, alors que les chansons québécoises au top des palmarès à l'époque de l'Expo 67 seront revisitées par Les Requins, dans la foulée des célébrations entourant les 50 ans du grand happening montréalais, québécois et canadien.
Les Requins est un groupe fictif composé de vrais chanteurs et musiciens - en l'occurrence les quatre membres de Cherry Chérie et Ariane Vaillancourt. Pour l'occasion, ils incarnent Ti-Guy (Étienne Beaulieu), Ronald (Gabriel L'Heureux­), Tony (Paolo Philpot), Marcel­ (Alexandre Craigh) et Carole (Ariane Vaillancourt).
« L'idée, c'était de faire comme si on était un vrai groupe engagé pour l'Expo 67, explique Paolo Philpot. De fil en aiguille, c'est devenu très théâtral. On s'est donné des noms et des rôles, on n'est pas un band mais un orchestre. On ne donne pas un show, mais un concert. On a vraiment porté une attention particulière à tous ces petits détails qui rapportent à l'époque. »
Appuyés de costumes d'époque et d'une mise en scène recherchée, ils font revivre Le ya ya de Joël Denis, Les boîtes à gogo de Michèle Richard, Découragé, des Bel Canto­, Splish Splash de César et les Romains, Do Wah Diddy de Tony Roman et Est-ce que tu m'aimes des Baronets, entre autres, en plus de raconter quelques anecdotes historiques entourant l'Expo 67. « Tout est fait avec une touche d'humour, dit le chanteur et guitariste de Cherry Chérie. On remarque vraiment une légèreté dans les paroles des chansons de cette époque-là. Elles sont tellement premier degré que c'en est presque absurde. Les gens vont rire, les gens vont danser, et ils vont vraiment passer un bon moment en se rappelant plein de beaux souvenirs. »
Beaucoup de recherches
Quatuor donnant dans le rock'n'roll rétro-trash-bonbon aux influences sixties, Cherry Chérie était bien placé pour remonter le temps jusqu'à l'Expo 67. Il y a deux ans, voyant venir le 50e anniversaire de cette dernière à grands pas, les musiciens se sont mis en tête de « faire quelque chose autour de ça ». « On s'est longtemps demandé si c'est Cherry Chérie qui devait faire ça, mais on a finalement décidé de séparer les deux projets de façon à ce que notre groupe reste un band qui fait des compositions, et non des reprises », explique Paolo Philpot.
Trop jeunes pour avoir vécu l'événement en chair et en os, ils ont dû abattre un travail colossal en termes de recherches. « On a épluché tout ce qui s'est fait au Québec cette année-là musicalement parlant, en plus de se renseigner pour comprendre ce qui se passait là au niveau politique et social », indique Philpot.
Deuxième album
Parallèlement à la mise sur pied des Requins, Cherry Chérie a travaillé fort ces derniers mois à la création de son deuxième album. Entre octobre 2016 et avril 2017, le quatuor s'est isolé au studio Ouïe-Dire, à Shefford, en compagnie du réalisateur « de nos rêves », le réputé Pierre Duchesne. « On avait envie de faire quelque chose de différent, une production plus étoffée, plus aboutie, plus achevée », laisse savoir le chanteur et guitariste de la formation.
Adieu Veracruz, qui devrait sortir le 3 octobre prochain, un peu plus de deux ans après J'entends la bête, marquera un tournant pour les quatre acolytes. Il délaisse le côté bonbon pour faire ressortir un côté plus obscur, plus « tempétueux ». « On propose un son plus actuel, même si ça reste du Cherry Chérie », fait valoir Philpot. « On peut noter une progression au niveau musical. Une approche plus cinématographique qui rappelle le film noir. »
Un premier extrait, Le braconnier, est disponible depuis une semaine sur la majorité des plateformes numériques.
Le public granbyen pourra également entendre davantage de nouveau matériel le 24 août prochain, alors que la formation assumera la première partie du grand hommage à Robert Charlebois au parc Daniel-Johnson dans le cadre du Festival international de la chanson­ de Granby.
Envie d'y aller ?
Quand: le jeudi 20 juillet à 20h
: à la Place des chapiteaux, située derrière le bureau municipal d'Ange-Gardien (249, rue St-Joseph)
*Les Requins présenteront également leur spectacle le jeudi 3 août au parc Édouard-Crevier à Marieville.
*Les deux événements sont gratuits.