Amélie Gélinas a publié son premier roman à l’âge de 17 ans.

Un premier roman à 17 ans

Du suspense, de l’amour, de l’action et beaucoup de fantastique. Amélie Gélinas a réuni tout ce qu’elle aime en littérature dans son premier livre, Femmes de lignée, femme de secrets. L’imposante brique de 342 pages « imprimée en petits caractères sur du papier super mince », prend-elle la peine de souligner, est parue au début de l’été, alors qu’elle n’avait que 17 ans !

« J’ai mis cinq ans à l’écrire, raconte celle qui a depuis franchi le cap de l’âge adulte. J’ai commencé en sixième année et j’ai continué pendant tout mon secondaire. Comme projet personnel en secondaire cinq, je me suis donné comme objectif de le terminer et de le publier. J’avais besoin d’une raison pour y mettre un point final sinon je trouvais toujours quelque chose à ajouter. »

Son éditeur, Publibook, n’en est pas un « traditionnel », nuance-t-elle toutefois. Il se situe à mi-­chemin entre la maison d’édition et l’auto-édition. « Il y a un processus de sélection des manuscrits. S’il est retenu, on doit débourser un montant pour la publication », explique-t-elle brièvement.

Son récit suit les aventures d’Ophélie. Gravement malade et condamnée à mourir, celle-ci accepte le pacte qui pourrait encore la sauver et épouse le dieu de la Mort. En cherchant le moyen de sortir de son emprise, elle découvre qu’elle fait partie d’une lignée de femmes qui ont le pouvoir de changer leur apparence et prendre les traits physiques de créatures mystiques. « À un certain degré, j’aborde le syndrome de la femme battue », souligne la nouvelle Granbyenne, native de Sainte-Angèle-de-Monnoir.

Salons du livre, suite et lancement

La jeune auteure est très fière du résultat. Et son histoire lui donne une belle carte de visite pour les salons du livre auxquels elle participe cet automne. Elle était à Sherbrooke, à la mi-octobre, et s’apprête à s’installer à celui de Montréal en fin de semaine — école oblige, elle ne peut y être dès mercredi, jour d’ouverture.

Étudiante en biotechnologie au cégep de Saint-Hyacinthe, elle rêve « de travailler dans un laboratoire le jour et d’écrire la nuit ». Elle est d’ailleurs avancée dans la rédaction de la suite de son premier roman, qu’elle aimerait voir paraître dans deux ans. « Je pense que je vais me diriger vers une trilogie », glisse-t-elle.

« Je veux être un exemple pour d’autres jeunes. Je veux leur démontrer l’importance de persévérer et de croire en ses rêves. Ce n’est pas facile, être jeune. On se fait souvent juger, on n’est pas pris au sérieux. Moi, j’ai souvent été sous-estimée avec mon livre. Ça m’a pris du temps, mais j’y ai mis du cœur et je l’ai fait ! », termine-t-elle.

Le lancement officiel de Femmes de lignée, femme de secrets se tiendra ce jeudi 16 novembre au restaurant Le Brac à Marieville, de 18 h à 21 h. Amélie Gélinas sera également en séance de dédicaces le 17 décembre au Buropro Citation à Granby, de 12 h à 15 h.