«J’ai l’impression d’évoluer en même temps que mes rôles, qui changent avec l’âge. Et je rencontre plein de personnes nice, je me fais des amis. C’est enrichissant d’être adolescente et comédienne», affirme Théa Désilets.
«J’ai l’impression d’évoluer en même temps que mes rôles, qui changent avec l’âge. Et je rencontre plein de personnes nice, je me fais des amis. C’est enrichissant d’être adolescente et comédienne», affirme Théa Désilets.

Un premier rôle à la télévision pour Théa Désilets

Elle est encore bien jeune, Théa Désilets, mais ça ne l’empêche pas de rêver à de beaux rôles au petit et au grand écran. Les gens d’ici ont pu reconnaître son visage dans la nouvelle série L’effet secondaire, où elle fait sa première apparition dans une production télévisée.

Dans cette docufiction, qui montre un groupe d’ados dans leur quotidien à l’école secondaire, Théa interprète Noémie, une intimidatrice. «Elle est méchante, elle insulte les gens. Mais on va voir qu’elle a un coeur», affirme la jeune fille qui a vécu dans la région depuis sa naissance, avant que sa famille migre à Beloeil l’automne dernier.

C’est pourtant pour un autre rôle qu’elle avait auditionné, jusqu’à ce que l’équipe de production lui propose plutôt de jouer Noémie. Quand on lui demande ce qu’elle ressent de se glisser dans le personnage d’une méchante, Théa affirme qu’on «peut toujours trouver un point en commun avec son personnage». «On m’a dit que j’avais une force dans mon jeu qui me permettait d’endosser cette personnalité.»

Même chose pour le film Jeune Juliette, paru en 2018, dans lequel elle incarnait Sabrina, une autre «pas fine». Décidément!

L’effet secondaire a été tourné l’été dernier à la vitesse grand V. Avec 52 épisodes en boîte, diffusés au rythme de deux à la fois, l’émission comptera deux saisons assurées. «Et une troisième saison pourrait être possible», annonce-t-elle.

En raison du grand nombre de comédiens en vedette dans la série, on pourra voir Théa dans six des 52 épisodes, qui lui ont demandé quatre jours de tournage.

Désir d’enfance

Ce désir de jouer date de l’enfance, dit-elle. Déjà toute petite, elle rêvait d’être comédienne et suivait des cours de théâtre. Vers l’âge de neuf ans, à sa demande, elle a joint une agence artistique pour enfants où elle a pu approfondir sa connaissance du milieu. «Et ça a fini par décoller.»

Elle admet que la télévision et le cinéma l’attirent particulièrement, car ils lui permettent de «jouer petit» pour la caméra, contrairement au théâtre, plus emphatique.

Et passer de l’adolescence à l’âge adulte sous les yeux du public comporte son lot d’avantages, selon elle. «J’ai l’impression d’évoluer en même temps que mes rôles, qui changent avec l’âge. Et je rencontre plein de personnes nice, je me fais des amis. C’est enrichissant d’être adolescente et comédienne.»

«Et puis, j’aime jouer des personnages, car on peut faire des choses qu’on ne vivrait jamais autrement et se mettre dans la peau des autres», ajoute celle qui termine tout juste le tournage du court-métrage La Mémoire des arbres d’Ariane L’Heureux dans lequel elle partage la vedette avec le comédien Frédérick Bouffard. Ce huis clos entre un père et sa fille sera diffusé dans le courant de cette année.

Voir le monde

Théa Désilets n’est pas que comédienne, elle aussi globetrotteuse. Avec sa mère et son frère, elle a passé six mois, l’an dernier, à arpenter Hawaï, l’Australie, l’Italie et le Portugal. Une aventure familiale dans laquelle elle a sauté avec enthousiasme et qui lui a fait vivre de belles découvertes et des rencontres extraordinaires. Et même si le trio était souvent en déplacement ou occupé à travailler en échange d’un gîte, les deux jeunes ont trouvé le temps de poursuivre leurs études à distance avec succès.

Bien sûr, une telle expérience laisse une impression durable. «Ça m’a fait voir, plus qu’avant, l’importance de la famille. Je remarque aussi davantage les petits détails du quotidien, comme le beau temps. J’apprécie plus la vie, on dirait», raconte-t-elle, en avouant cependant être un peu plus sensible à la routine et à l’hiver au Québec depuis son retour.

Aujourd’hui en quatrième secondaire en programme sports-études «danse» à l’école De Mortagne à Boucherville, Théa multiplie les auditions, en se consacrant aussi à l’écriture et à la production de vidéos. Sur sa chaîne YouTube, intitulée théa D., elle a d’ailleurs publié plusieurs vlogs sur son voyage. «J’ai plusieurs intérêts. Et je veux étudier en cinéma», dit-elle.

Parfaitement à l’aise devant la caméra, elle semble déterminée à aller au bout de son rêve. «À chaque tournage, je suis de plus en plus en amour avec le jeu et le milieu. J’adore ça. Et même si je n’ai pas encore fait beaucoup des deux, j’aimerais faire autant faire du cinéma que de la télévision.»

L’effet secondaire est diffusé sur ICI Télé le vendredi à 17h et en rafale sur ICI Tou.tv Extra.