Daniel Brouillette lance trois nouveaux titres ces jours-ci.

Un livre n'attend pas l'autre!

Gros automne pour l'auteur jeunesse d'origine granbyenne Daniel Brouillette. Celui qui a mis au monde le coloré personnage de Bine en 2013 publie pas un, pas deux, mais bien trois ouvrages en quelques semaines: un (autre) roman, une (autre) BD et un livre de «connaissances générales» complètement timbré. Aperçu de ses trois nouveaux «bébés» littéraires...
<em>Bine 7 - Le retour de la banane masquée</em>
Bine 7 - Le retour de la banane masquée
En librairie dès cette semaine, ces nouvelles aventures de Bine sont la suite directe de celles du tome 6. «Dans le dernier tome, j'ai beaucoup travaillé sur l'intimidation. Dans celui-ci, Bine a 14 ans, alors j'aborde la sexualité. Je parle d'amour, de la pression extérieure, des questionnements et des peurs des gars par rapport à la première fois. Mais j'essaie de ne jamais faire la morale», raconte l'auteur, qui habite maintenant à Laval.
Basée sur plusieurs de ses souvenirs d'enfance et d'adolescence à Granby, cette nouvelle histoire met aussi en scène une petite amie manipulatrice, qui se sert de Bine sans vergogne. Il y est également question d'homosexualité, à travers les vieux préjugés de la mère de Bine.  
Fidèle à tous les autres volumes de la populaire série Bine, Daniel Brouillette ne passe pas par quatre chemins. Il parle aux garçons et aux filles dans son style imagé et volontairement impertinent. «Je suis encore pipi-caca-poil, lance-t-il, mais je touche des sujets plus sérieux. Mon personnage vieillit, alors je parle d'autres choses.» 
Pour toutes ces raisons, Daniel Brouillette recommande la lecture du septième tome aux 11 ans et plus. Dans Le retour de la banane masquée, le sujet était tellement foisonnant qu'il a dû, pour la première fois, scinder le tome en deux parties. Cette seconde offrande est prévue pour le 17 novembre.
Et parce que son Bine est une source inépuisable d'inspiration, il pense déjà au tome 8, dans lequel il traitera du deuil. Ce nouvel ajout à la série devrait lui permettre de franchir le seuil des 100 000 exemplaires vendus.
<em>Bine 3 - Cavale et bobettes brunes</em>
Bine 3 - Cavale et bobettes brunes
Devant le succès de la série Bine au Québec, mais aussi en France et en Belgique, l'auteur s'est associé aux bédéistes belges Didier Alcante et Steven Dupré pour l'adaptation de ses romans en BD. Le 22 octobre prochain, le troisième tome, Cavale et bobettes brunes, sortira en version illustrée.
Bien qu'écrites dans une version «internationale» pour joindre les jeunes lecteurs de l'ensemble de la francophonie, ces bandes dessinées conservent une touche résolument québécoise, à sa demande.
«Je suis content du résultat. Il y a beaucoup d'action dans ce tome. C'est la meilleure des trois», fait remarquer Daniel Brouillette, en confiant toutefois qu'elle pourrait être la dernière. «Ça demande beaucoup d'investissements et c'est un long processus, alors que les BD connaissent un succès modeste là-bas. On verra.»
<em>Couche-toi moins niaiseux! Volume 1</em>
Couche-toi moins niaiseux! Volume 1
Pas de doute, on a ici affaire à du grand Daniel Brouillette. Difficile à décrire, ce bouquin - lancé récemment - s'attaque «aux mythes, légendes urbaines, fausses croyances, vérités, débileries, faits inusités, farces, trucs, yogourt grec et autres curiosités...».
«C'est une idée que j'ai eue il y a quelques années quand j'écrivais pour le jeu télévisé Tic Tac Show. J'y glissais des questions inusitées. L'émission n'a pas fonctionné, mais je voulais m'en resservir un jour, en y mettant ma touche personnelle. C'est cool comme livre, car on passe du sérieux au loufoque, explique l'auteur. Ma fierté, c'est d'avoir inséré de l'humour dans un genre d'encyclopédie. Je n'ai jamais vu ça ailleurs.»
Oui, le ton est débridé, mais Daniel Brouillette «ne voulait pas affirmer n'importe quoi», alors il a fait ses devoirs de recherches.
Les jeunes y apprendront ainsi mille et une choses sur les chiens, les cochons, le sport, le nez, les croûtes de pain, Marie-Mai et la gomme, entre autres. Le tout présenté de façon ludique. «Une mise en page éclatée était importante pour moi. C'est un des facteurs de succès du livre.»
Sans surprise, il rêve déjà au volume 2.