L'amour se pointera-t-il dans la vie de Simon? C'est à suivre!

Un candidat de Granby à L'Amour est dans le pré

Il a seulement 24 ans, mais à l'entendre parler, on lui en donnerait beaucoup plus. La voix grave et assurée, Simon Delorme sait ce qu'il veut dans la vie et prend les moyens pour y arriver. En s'inscrivant à L'Amour est dans le pré, il souhaitait passer à la prochaine étape : trouver l'amour. Et sa candidature a été retenue.
Copropriétaire d'une ferme laitière et de grandes cultures avec son frère, Simon avait assez confiance en l'émission pour tenter sa chance. « Je connaissais bien L'Amour est dans le pré et le concept. J'aime le fait que le prix final, c'est l'amour. Les gens s'inscrivent pour les bonnes raisons, dit-il. Et les résultats parlent d'eux-mêmes. »
Les bons commentaires d'un ancien participant l'ont également convaincu que le jeu pouvait en valoir la chandelle. 
Le voilà donc à la recherche de sa perle rare. Il l'imagine instruite, avec de bonnes manières et « du bagage », amoureuse de la vie et enjouée. « Moi, le sourire, ça me touche à 100 %. Je ne veux pas d'une fille pessimiste, qui n'a pas de "guts" », dit-il d'un ton résolu.
Normal pour un gars hautement positif, qui ne recule devant aucun obstacle. « Je suis quelqu'un d'ambitieux, qui a du front. Je suis engagé, passionné. Avec moi, il n'y a pas de zone grise. »
Contrairement à plusieurs agriculteurs, Simon préférerait que la femme de sa vie ne soit pas du milieu agricole. « Quand on est souvent ensemble, on peut tomber dans la routine et perdre l'étincelle. Je trouve important qu'elle ait sa vie et son jardin à elle. Et qu'elle ait plein de choses à me raconter en revenant à la maison ! »
Et si le grand amour se pointait, serait-il prêt à vivre une relation à distance ? À court terme, cela peut avoir un certain charme, dit-il, mais si une relation sérieuse venait à s'établir, il sait bien que l'autre devra être prête à déménager à Granby. « Il faut mettre les choses au clair rapidement. »
Établi à Granby depuis seulement deux ans, Simon semble y avoir fait son nid pour de bon. « Je ne déménagerais plus d'ici ! J'adore Granby. Il se passe plein de choses ici », estime ce natif de Sainte-Brigide-­d'Iberville qui adore les bons restos et les sorties culturelles.
De huit à cinq
L'émission, présentée l'hiver prochain sur les ondes de V, sera encore une fois animée par la Granbyenne Marie-Ève Janvier. 
Au total, huit candidats âgés de 21 à 33 ans ont été sélectionnés pour cette 6e saison : Antoine de Clerval (Abitibi-Témiscamingue), Jean-Christophe de Saint-Georges (Chaudières-Appalaches), Jessica de Saint-Albert (Centre-du-Québec), Marco de Sainte-Martine (Montérégie), Maude de Baie-des-Sables (Bas-Saint-Laurent), Maxime de Sainte-Germaine-Boulé (Abitibi-­Témiscamingue) et William de Saint-Gabriel-de-Rimouski (Bas-Saint-Laurent).
Parmi eux, la production retiendra les cinq qui auront été les plus populaires auprès du sexe opposé. « Je ne suis pas encore sûr d'être pris ! Mais si c'est le cas, je ne fermerai aucune porte », affirme-t-il quand on lui demande s'il croit qu'il est possible de tomber amoureux en seulement trois semaines de tournage. 
L'omniprésence des caméras, confie-t-il, ne lui fait pas peur, même si elles entrent dans son intimité. « Je pense que le mieux, c'est de rester soi-même et ne pas jouer de game. L'équipe de L'amour est dans le pré est respectueuse. Elle est là pour créer des couples, pas pour le sensationnalisme. »
Bref, Simon Delorme est prêt à sauter dans l'aventure à pieds joints. Si le destin lui sourit, tant mieux. 
« Je suis bien placé dans la vie. J'ai une maison, une entreprise. J'ai envie de me caser. Mais je ne cherche pas quelqu'un à tout prix. Je suis un gars autonome. Je n'ai ni besoin d'une mère pour prendre soin de moi, ni d'une enfant pour m'occuper d'elle. Je veux une partenaire­ de vie. »
Mesdemoiselles, Simon vous intéresse ? Le temps est venu pour les prétendant(e)s de choisir leur candidat préféré et de s'inscrire sur le site Web de l'émission... Le tournage­ aura lieu cet automne.