La série de six épisodes d’une heure, qui commence ce soir à 21h à Z, est certainement un élément de curiosité. Le but : comprendre pourquoi on se rend jusqu’à faire congeler ses ovules, danser nue sur scène, se faire peinturer orange pour participer à une compétition de culturisme, qui fait justement l’objet de la première émission.

Maripier Morin s’assume

CHRONIQUE / «Mais pourquoi?» était le titre plus attendu sur Z cet automne. Des photos de la participation de Maripier Morin à une compétition de bikini fitness, qui avaient filtré il y a plusieurs mois sur Internet, suscitaient depuis la plus grande curiosité sur cette série documentaire. À «Tout le monde en parle», l’animatrice avait confié qu’elle n’était plus la même depuis cette expérience.

«Ça brasse encore autant et je questionne encore ma décision. Je ne suis pas sortie indemne de ça», dit aujourd’hui l’animatrice, qui est allée jusqu’à se mettre à nu, au sens propre comme au figuré, pour cette série. Elle dévoilera jusqu’au montant de ses revenus de la dernière année.

La série de six épisodes d’une heure, qui commence mercredi soir à 21h à Z, est certainement un élément de curiosité. Le but : comprendre pourquoi on se rend jusqu’à faire congeler ses ovules, danser nue sur scène, se faire peinturer orange pour participer à une compétition de culturisme, qui fait justement l’objet de la première émission, la plus intéressante que j’aie vue. Maripier Morin n’a eu que très peu de temps pour se préparer à cette dernière épreuve athlétique, qui nécessite un entraînement quotidien, en plus de suivre un régime strict et des cours de posture. On peut juger tant qu’on veut, il y a de l’effort derrière tout ça. Bien sûr, il est question des stéroïdes, qui ont des effets indésirables aussi chez les femmes. Maripier n’est pas allée jusque là.

Pour le deuxième épisode, sur la parentalité, elle se prête à la congélation de ses ovules, un processus pour le moins laborieux, qu’elle partage avec son mari d’alors, Brandon Prust, la série ayant été tournée il y a un an. Il faut donc énormément d’investissement, autant personnel que financier, pour espérer que ça marche. L’expérience suscite certainement l’admiration et la compassion, mais pourrait en dissuader plusieurs, tant elle peut remuer celles qui y ont recours. C’est le cas de Maripier Morin, mais encore plus de la metteure en scène et comédienne Véronick Raymond, qui essaie d’enfanter depuis 10 ans, recevant plus de 500 injections.

Le troisième épisode sur la nudité risque d’obtenir les meilleurs scores d’écoute. Une mise à nu quasi complète pour l’animatrice, qui joue le modèle vivant pour des artistes peintres, avant de préparer un numéro de danseuse nue. Une trentaine de clients du célèbre Lady Mary Ann sur le boulevard Charest ont eu la surprise, un soir vers 22h, de voir apparaître sur la scène Maripier Morin, en très petite tenue. Mettons que ça surprend. Avant de se dévêtir sur scène, l’animatrice prend des cours de danse poteau, un exercice très costaud, puis choisit ses dessous, prépare sa chorégraphie et, dilemme ultime, décide si elle ira jusqu’à rencontrer des clients dans l’isoloir. Une fois dans les coulisses, avec l’appui d’une danseuse expérimentée, elle prend son courage à deux mains (tremblantes!) pour se dénuder sur scène. Je ne vous dis pas comment ça finit. 

À plusieurs moments, l’animatrice est à fleur de peau et fond en larmes, tant la pression est forte. On ne pourra pas lui reprocher de ne pas s’être donnée corps et âme, même si l’exercice risque de paraître un peu narcissique. Le montage aurait pu être resserré; l’épisode sur la parentalité est particulièrement laborieux — le segment où l’animatrice «crashe» un shower de bébé de purs inconnus est de trop. L’ensemble manque parfois de cohérence et semble un peu fourre-tout, mais on nous donne un tas d’informations pertinentes sur chacun des sujets.

Encore plus que le sexe, «l’argent reste le seul grand tabou au Québec», croit Maripier Morin, qui se penche sur le sujet le 20 novembre, comme sur la religion le 27 novembre et les jeux vidéo le 6 décembre. Il n’est pas exclu que d’autres sujets soient abordés dans de nouveaux épisodes, portés par Maripier Morin ou une autre personnalité.