Dans sa plainte Mo’Nique estime que Netflix lui offrait début 2018 pour une émission spéciale dédiée au stand-up la somme « discriminatoire » de 500 000 dollars US.

L'actrice Mo’Nique poursuit Netflix pour discrimination salariale

LOS ANGELES — L’actrice américaine oscarisée Mo’Nique a annoncé jeudi avoir déposé une plainte pour discrimination salariale contre la plateforme de vidéo à la demande Netflix, qu’elle accuse de lui avoir proposé un contrat « au rabais » parce qu’elle est femme et noire.

Dans sa plainte, l’artiste, également chanteuse et humoriste, estime que Netflix lui offrait début 2018 pour une émission spéciale dédiée au stand-up la somme « discriminatoire » de 500 000 dollars US.

«Je devais faire un choix : je pouvais accepter ce que je considérais comme de la discrimination salariale ou je pouvais défendre ceux qui m’ont précédé et ceux qui me suivront», a-t-elle écrit sur son compte Instagram.

«J’ai choisi de les défendre», dit l’actrice de 51 ans.

Des accusations vigoureusement démenties par Netflix. «Nous sommes profondément attachés à l’inclusion, l’équité et la diversité, et nous prenons très au sérieux toute accusation de discrimination», a déclaré à l’AFP un porte-parole du géant du streaming.

«Nous croyons que notre offre initiale à Mo’Nique était équitable, raison pour laquelle nous allons nous défendre contre cette plainte», a ajouté le porte-parole.

Mo’Nique, Monique Hicks pour l’état-civil, a reçu l’Oscar du meilleur second rôle féminin pour le film Precious en 2009. La même année, elle avait pris les commandes de son propre talk-show, qui fut stoppé en 2011.

D’après la base de données IMDB, le dernier film dans lequel elle figure est Almost Christmas, sorti en 2016.

La plainte qu’elle a déposée jeudi auprès d’un tribunal de Los Angeles considère que l’offre de Netflix « perpétue les différences de salaires imposées aux femmes noires », qui selon le document ne gagnent en moyenne aux États-Unis que 61 % des sommes versées aux hommes blancs.

«Il semble y avoir une limite à la volonté de Netflix de rémunérer le talent de certaines catégories de population, en l’occurrence les femmes noires», accuse la plainte, qui se réfère à des offres bien supérieures qui auraient été faites à des humoristes masculins, comme Jerry Seinfeld,  Eddie Murphy et Ricky Gervais.