Au début de la troisième saison de «Trop», Isabelle (Évelyne Brochu) a quitté son centre interdisciplinaire pour s’ouvrir son propre resto, ce qui est une très bonne chose, en plus de retourner avec son beau Marc-Antoine (Éric Bruneau), moins épais à son contact et qu’on finit même par aimer.

ICI Tou.tv: pour «Trop», «Fragile» et «Faits divers»

CHRONIQUE / Au tour d’ICI Tou.tv de dévoiler sa collection automne-hiver hier. Alors que le Club illico se vantait d’offrir 30 productions originales québécoises, le service de vidéo en ligne de Radio-Canada dit faire mieux avec 40 nouvelles séries originales et 35 nouvelles séries internationales pour la prochaine année, disponibles en partie gratuitement, et pour 6,99 $ par mois dans le cas de l’Extra.

Même si j’ai été moins emballé que pour le catalogue de Club illico, je cultive beaucoup d’attentes au sujet de la nouvelle série de Serge Boucher, Fragile, avec Marc-André Grondin et Pier-Luc Funk, disponible sur l’Extra à partir du 21 novembre. Mais aussi sur les six nouveaux épisodes de Faits divers, relayés dès le 24 octobre. J’ai déjà visionné les quatre premiers épisodes de Trop., dont c’est la troisième et dernière saison. À regret, parce que j’adore cette comédie de Marie-Andrée Labbé, qui écrit finement sur la santé mentale pour deux personnages en or joués par Évelyne Brochu et Virginie Fortin, chez qui on sent un amour inconditionnel. Isabelle a quitté son centre interdisciplinaire pour s’ouvrir son propre resto, ce qui est une très bonne chose, en plus de retourner avec son beau Marc-Antoine (Éric Bruneau), moins épais à son contact et qu’on finit même par aimer. Quant à Anaïs, elle accepte une proposition de Romain (Pierre-Yves Cardinal) d’ouvrir leur couple, ce qu’elle décrit comme suit à ses parents : «C’est comme vos années 70, mais avec des cellulaires». Rachel (Macha Limonchik) vivra une grave crise de manie, et en fera voir de toutes les couleurs à son entourage au cours d’une scène épique. Déjà en ligne depuis lundi dans la section Véro.tv.

J’ai aussi très hâte de voir C’est comme ça que je t’aime, qui a un look extraordinaire. L’œuvre de François Létourneau, réalisée par Jean-François Rivard, arrivera en février, alors que La maison bleue, sur un Québec indépendant depuis 1995 avec Guy Nadon, sera mise en ligne en mars. Et qui apparaît sur les billets de banque québécois? Guy A. Lepage, Maripier Morin, Guy Laliberté et une influenceuse! Ricardo Trogi, qui cosigne La maison bleue, prépare également une série sur les quinquagénaires avec l’auteur Jacques Davidts (Les Parent), prévue pour 2020. Pour l’instant, Cerebrum est en écriture pour une deuxième saison.

Certains succès ont été renouvelés. Comme Bébéatrice, la téléréalité animée de Guy A. Lepage, dont la deuxième saison arrive le 21 novembre, avec Michel Barrette dans le rôle du grand-père. C’est gratuit. Fourchette, de Sarah-Maude Beauchesne, a eu autant de succès sur ICI Tou.tv qu’En audition avec Simon, c’est vous dire. Il fallait une saison deux, prévue pour mars prochain. Côté payant, on a aussi renouvelé On change d’air, sur l’intimité de Patricia Paquin et Louis-François Marcotte, qui cartonne dans la section Véro.tv. Celle-ci nous fournira de nouveaux épisodes d’Une étape à la fois et des Morissette et moi en bref (cette fois sous forme de capsules) et Rétroviseur, dont les six épisodes déjà en ligne (avec Antoine Bertrand entre autres) seront les derniers d’une série de 29. Véronique Cloutier travaille à un autre projet qui semble aussi piger dans le passé.

La direction insiste sur l’offre jeunesse très importante : 160 titres, dont la moitié est gratuite. En ligne depuis juillet, la minisérie documentaire Le dernier soir, de Monic Néron, reste la seule du genre pour l’instant, mais on étudie deux projets pour l’an prochain. Avec les titres de Netflix et Meurtriers sur mesure, que vient de lancer Club illico, on sent que le public est assoiffé de ce genre d’enquêtes.

«LES PAYS D’EN HAUT»: UNE SUITE POSSIBLE

Tout indique que Les pays d’en haut aura droit à une sixième saison. Du moins, «ça sent bon» pour une suite, a révélé la directrice générale de la Télévision de Radio-Canada, Dominique Chaloult. Il reste à compléter le budget avant de donner le feu vert à la production. En début d’année, le diffuseur avait annoncé que la cinquième saison serait la dernière, et ne compterait que six épisodes au lieu de 10. Puis, au début de l’été, Rémi-Pierre Paquin (Bidou Laloge) a laissé poindre la possibilité qu’on revienne sur cette décision, en entrevue à Bonsoir bonsoir sur ICI Télé. Si elle voit le jour, la sixième saison comptera aussi six épisodes. Les excellents auditoires de la quatrième saison, une moyenne de 1172 000 téléspectateurs, et le fait qu’on sorte du triangle amoureux pour approfondir les histoires secondaires ont incité la direction à envisager une suite. C’est notamment pour des questions de budget qu’on avait décidé de mettre fin à la saga de Gilles Desjardins, inspirée de l’œuvre de Claude-Henri Grignon. Une épidémie de variole marquera la cinquième saison, dont les six épisodes seront en ligne le 12 décembre sur l’Extra, avant d’arriver sur ICI Télé à l’hiver. Réalisée par Yan England, cette saison accueillera David La Haye dans le rôle du curé Caron, mandaté pour mettre de l’ordre à Sainte-Adèle.