La jeune entrepreneure de Québec Léonie Daignault-Leclerc, designer et fondatrice de la marque de mode durable Gaia & Dubos

Entente naturelle aux Dragons pour une jeune entrepreneure de Québec

La jeune entrepreneure de Québec Léonie Daignault-Leclerc, designer et fondatrice de la marque de mode durable Gaia & Dubos, était reçue mercredi sur le plateau de l’émission Dans l’oeil du dragon, et c’est une dragonne tout aussi concernée qu’elle par les questions environnementales et écologiques qui a décidé de donner un coup de pouce à sa compagnie.

La dragonne Marie-Josée Richer, cofondatrice de PRANA, la marque numéro un de collations bio au Canada, a tout de suite été séduite par la jeune entreprise de mode durable intégrative, et par sa pétillante propriétaire, à l’aise comme un poisson dans l’eau lors de sa présentation. «J’étais un peu stressée, mais j’avais surtout hâte de leur présenter mon projet», explique le sourire dans la voix Léonie Daignault-Leclerc, qui travaille sur le concept de Gaia & Dubos depuis 2015.

À lire aussi: Emploiretraite.ca: Julie Dufresne charme deux Dragons

La jeune femme de 27 ans, qui possède une maîtrise des arts en mode durable de l’Université Ryerson à Toronto, demandait aux dragons 25 000 $ pour 10 % de sa compagnie. Le montant peut sembler modeste, mais il doit être réaliste par rapport à la valorisation réelle de l’entreprise, et Gaia & Dubos affiche des ventes de 60 000 $ pour l’an dernier, surtout faites en ligne. La dragonne a d’abord souhaité 20 %, mais l’entente s’est finalement rapidement conclue à 25 000 $ pour 15 % de l’entreprise.

La dragonne Marie-Josée Richer, cofondatrice de PRANA, et  la jeune entrepreneure de Québec Léonie Daignault-Leclerc, designer et fondatrice de la marque de mode durable Gaia & Dubos, partagent les mêmes valeurs environnementales et écologiques.

Se faire connaître

Un montant qui servira principalement à revoir les stratégies publicitaires, de communication, et de marketing de la jeune compagnie, histoire d’accroître et solidifier le rayonnement et la reconnaissance de celle-ci. Gaia & Dubos s’est d’ailleurs constituée l’inventaire nécessaire pour répondre à une plus forte demande, grâce à une campagne réussie de sociofinancement sur Kickstarter, l’automne dernier.

Le contrat officiel entre Marie-Josée Richer et Léonie Daignault-Leclerc est sur le point d’être signé, et la bonne entente entre les deux femmes a été instantanée. «Nous avons les mêmes valeurs, et notre clientèle a beaucoup de points en commun. Et elle a cru en moi, malgré mon chiffre d’affaires qui est encore modeste», se réjouit Mme Daignault-Leclerc. 

Comme nous le mentionnions la semaine dernière, Gaia & Dubos, dont la première collection a vu le jour au printemps 2017, crée des vêtements et accessoires pour femmes qui sont entièrement écologiques et fabriqués au Québec, dans des conditions de travail éthiques, et avec des matériaux écologiques certifiés, comme le coton, la laine, la soie, le lin de Belgique, et plusieurs tissus faits avec des bouteilles de plastique recyclées.

Gaia & Dubos