L’une des finissantes 2019 de l’École nationale de la chanson, Ariane Béliveau­, alias BéLi, est originaire de Saint-Alphonse-de-Granby.

Spectacle des finissants de l'ÉNC: un univers parmi d’autres

Il y a un peu plus d’un an, Ariane Béliveau assistait aux Labos de l’École nationale de la chanson à la Maison de la culture de Waterloo quand elle a eu une révélation. «Je me suis vue faire partie de cette gang-là, de cet univers-là», dit-elle.

Quelques mois plus tard, la jeune femme de Saint-Alphonse-de-Granby intégrait effectivement « cette gang-là et cet univers-là » en devenant l’un des 16 auteurs-compositeurs-interprètes de la cohorte 2019 de l’ÉNC. Et dans une semaine jour pour jour, elle présentera au public « l’aboutissement d’un an de travail intense, d’exploration, de questionnements et de création » grâce au spectacle de fin d’année des finissants.

BéLi, de son nom d’artiste, l’avoue d’emblée : l’adaptation a été dure pour elle. À 20 ans, elle était l’une des plus jeunes de l’école et n’avait pas une très longue feuille de route musicale. « À part mes huit ans de cours de chant, j’avais juste comme expérience une participation à Cégeps en spectacle, pour laquelle j’avais écrit une seule et toute première composition, that’s it ! » raconte-t-elle.

Alors que plusieurs « avaient un DEC en musique et beaucoup plus de bagage et d’aisance, moi, je ne m’assumais pas tant que ça, j’étais encore vraiment en mode découverte », poursuit-elle.

Beaucoup de travail

Qu’à cela ne tienne : il en fallait plus pour décourager la jeune femme. Une des premières choses qu’elle a apprises durant son parcours à l’École, c’est que faire carrière en musique est loin d’être juste un coup de chance. « C’est beaucoup de travail, d’implication, de motivation, reconnaît-elle. Mais je crois aujourd’hui que c’est possible si on y met les efforts. »

Pendant neuf mois, donc, c’est ce qu’elle a fait. Et bien qu’elle se dise encore en phase de recherche et création, sa ligne directrice se précise. « Je me dirige vers quelque chose d’électro, avec beaucoup de synthétiseurs, un univers planant avec un groove soul et des textes imagés et poétiques qui puisent leur inspiration dans notre intériorité et ce qui vient la troubler », explique-t-elle.

Elle nous présentera son univers à travers une composition qu’elle interprétera au piano lors du spectacle de fin d’année, à l’instar des 15 autres finissants de l’ÉNC. « On fera également deux numéros en petits groupes et trois tout le monde ensemble, avec l’artiste invitée, Salomé Leclerc », laisse en outre savoir BéLi.

Les trois représentations auront lieu les 11, 12 et 14 juin, respectivement à l’auditorium du Cégep de Granby, au Théâtre Petit-Champlain à Québec puis à l’Astral dans le cadre des Francofolies de Montréal.

Après quoi Ariane Béliveau entend poursuivre sa voie en musique au cégep Marie-Victorin à l’automne.

Envie d’y aller ?

Quand : le mardi 11 juin à 19 h 30

Où : à l’auditorium du cégep de Granby

Billets : 450-405-4422

Info : enchanson.ca