L’auteur Trevor Ferguson, alias John Farrow, sera notamment en vedette à Jeux de mots/Play on Words cette fin de semaine.

Sexe, crime et bonne bouffe au Festival Jeux de mots

Les occasions de rencontrer un romancier de la trempe de John Farrow ne sont pas légion. C’est pourtant ce que les visiteurs du Festival Jeux de mots/Play on Words de Mansonville pourront vivre en fin de semaine. Ça et bien d’autres rencontres inusitées.

« Jeux de mots, c’est une folie littéraire, un rassemblement de grands auteurs, mais ouvert à tout le monde », explique la fondatrice du Festival, Marie-Paule Villeneuve, qui l’organise pour une quatrième année. Cette fois encore, l’écrivaine et propriétaire de l’agence littéraire Alinéa a rassemblé une belle brochette d’invités, dont John Farrow, qui est en fait le nom de plume de l’auteur Trevor Ferguson.

« Je l’ai connu à l’époque où il était écrivain littéraire. Puis, vers 1998-1999, il a commencé à écrire des polars sous le pseudonyme de John Farrow. Il est bien connu à l’international, mais un peu moins chez nous », raconte Mme Villeneuve au sujet de l’auteur de City of Ice (La Ville de glace) et Ice Lake (Le Lac de glace), notamment.

Il a lui fallu beaucoup de ténacité pour finalement convaincre M. Ferguson de prendre part à son petit festival. « C’est la troisième fois que je l’invitais. Il est parfois difficile d’attirer des auteurs réputés à Mansonville. Ça prend beaucoup de patience ! » avoue-t-elle.

Le samedi à 13 h, à la bibliothèque municipale, son invité parlera de sa carrière et de sa transition vers le roman policier, et répondra aux questions du public. L’activité aura lieu dans la langue de Shakespeare, mais sera traduite au besoin.

Plus tôt en avant-midi, au Marché public, la chroniqueuse culinaire du journal The Gazette, Julian Armstrong, ira à la rencontre des visiteurs pour échanger avec eux et présenter son nouveau livre sur les meilleures recettes du patrimoine québécois.

Cette forte présence de l’anglais au Festival s’explique par le statut bilingue du village de Mansonville, fait remarquer Marie-Paule Villeneuve.

Au cours de la journée, il sera aussi possible de fouiner au marché aux puces tenu à l’église catholique et de bouquiner à la vente de livres d’auteurs de la région.

Pour le côté ludique de la chose, on proposera aux gens un jeu-questionnaire sur les lieux inspirants de Mansonville, avec un prix offert au plus connaisseur.

Le dimanche à 13 h, la réalisatrice et scénariste Ariane Cordeau animera en français un thé littéraire où il sera question de son métier, mais également de son roman Moitié vrai et, pourquoi pas, de son second livre actuellement en chantier.

Le Musée d’art contemporain singulier de Mansonville ouvrira aussi ses portes aux curieux durant la journée. « C’est dans une ancienne église et c’est très beau comme endroit. On y trouve une collection permanente d’œuvres hors-norme réalisées par des créateurs que le propriétaire Patrick Cady a lui-même recrutés », fait savoir l’organisatrice.

L’événement prendra fin sur une note gourmande avec la tenue d’un souper agrémenté de lectures érotiques. Autour d’un repas à la bonne franquette, John Farrow, Ariane Cordeau, Julian Armstrong, Claude Beauchemin, Arlette Cousture et Mme Villeneuve partageront avec les convives quelques extraits choisis de la littérature érotique.

« J’ai emprunté l’idée à un événement littéraire de la Côte-Nord, qui organisait une populaire soirée de contes grivois », ajoute la dame, en précisant qu’il est nécessaire de réserver sa place au souper.

Vous voulez y aller ?

Quand : les 29 et 30 juin

Où : village de Mansonville

Informations : 514-346-5683