L’auteure Anne Boyer (à gauche à l’avant) a reçu toute une nouvelle lors du lancement des romans de Yamaska, en compagnie des comédiennes de la télésérie.

Romans de Yamaska: à peine lancés, déjà réédités !

Anne Boyer a reçu une grosse vague d’amour au lancement granbyen de ses trois romans basés sur la télésérie Yamaska, jeudi soir. Elle y a même appris, en primeur, que Hélène, Julie et Réjanne partaient en réimpression.

« Annoncer une réédition à un lancement, on ne voit pas ça souvent ! Ça donne un coup ! Wow, quelle nouvelle ! » a-t-elle réagi quelques minutes après l’annonce en direct de l’éditeur. Les romans ont déjà été mis en marché à 60 000 exemplaires.

« Je me trouvais bonne d’avoir réussi à me recentrer sur moi-même, j’étais calme quand je suis montée sur le stage pour mon discours, mais là, avec une nouvelle de même ! »

Une centaine de personnes étaient réunies dans la salle Kaïla du Zoo de Granby pour entendre cette bonne nouvelle. Des amis et des proches de l’auteure, des élus, et plusieurs chanceux qui avaient mérité leur laissez-passer en remportant divers concours.

« Un véritable cadeau »
Les trois comédiennes concernées — Anne-Marie Cadieux, Chantal Fontaine et Élise Guilbault — s’étaient également déplacées, tout comme la main droite d’Anne Boyer dans l’écriture de ce triptyque littéraire, sa bonne amie, auteure et scénariste Dominique Drouin. Toutes se sont entendues sur une chose: c’est un véritable cadeau que l’auteure leur a fait.

« Renouer avec nos personnages, voir ce qui leur arrive sans avoir à apprendre de textes, juste être là et aller à la rencontre de nos fans, quelque chose qui n’arrive pas souvent, wow ! » s’est exclamée Chantal Fontaine, l’interprète de Julie.

« C’est émouvant de voir l’impact de Yamaska chez les gens, de constater à quel point on les a accompagnés pendant sept ans, à quel point ils se sont identifiés et attachés à ces femmes imparfaites », affirme celle qui incarne Hélène, Anne-Marie Cadieux.

« Une femme est venue me voir pour me dire qu’elle a commencé à écouter Yamaska quand son fils est né, et qu’il a maintenant sept ans, poursuit-elle. Une autre m’a même dit qu’elle écoutait l’émission avec son garçon, mais qu’il est maintenant décédé... »

La comédienne s’est également dite surprise du nombre de fans qui avaient déjà lu les livres. « Des gens qui ont déjà lu les livres au lancement ! C’est rare ! »

Les trois actrices ont bien entendu parcouru leur tome respectif. Bien qu’elles avaient été aiguillées sur ce qui allait arriver à leurs personnages, elles ont pris plaisir à découvrir leurs péripéties en détail.

« C’est un peu comme si on recevait un scénario. Quand on le lisait, on avait un peu l’impression de le jouer », admet Élise Guilbault, qui tient le rôle de Réjanne.

« Sans tomber dans la nostalgie, ça nous rappelait de bons souvenirs », poursuit Anne-Marie Cadieux.

« C’est vraiment l’fun qu’une auteure ait aimé nos personnages au point de vouloir les retrouver et leur écrire une suite », ajoute Chantal Fontaine. « Je pense vraiment que pour les lecteurs, chaque page va devenir une scène. »

Michel D’Astous
Michel D’Astous, le compagnon d’écriture d’Anne Boyer depuis de nombreuses années, ne pouvait manquer l’occasion d’être présent. Et on ne pouvait manquer l’occasion de recueillir ses impressions sur le travail accompli par sa fidèle acolyte. « C’est très étrange de lire la suite de l’univers que j’avais en commun avec Anne et dont je me trouvais tout à coup dépossédé, a-t-il admis. Mais j’étais très curieux de voir ce qui pouvait arriver à ces trois personnages que j’avais créés avec elle. »

Durant le processus d’écriture, il a évidemment eu un droit de regard aux textes, et y a contribué d’une certaine façon en faisant quelques remarques. « Sur la continuité et l’accessibilité des romans pour les gens qui ne connaissaient pas la série, par exemple. »

Son préféré ? « J’ai été particulièrement touché par Julie, avoue-t-il. Probablement parce que c’est le roman le plus intérieur. »

Bien qu’il avait exclu de participer à l’aventure romanesque dès le départ « parce que je ne voulais pas vraiment écrire de livres, contrairement à Anne, et que je trouvais que c’était peut-être plus un projet de filles », Michel D’Astous s’est surpris à songer à la possibilité de faire de même avec quelques personnages masculins de la série. « Mais bon, je lançais ça à la blague. J’irais plus vers autre chose, je crois, si j’avais du temps... »

Peut-être se laissera-t-il tenté par le succès instantané de Hélène, Julie et Réjanne ! Ce ne sont certainement pas les fans de Yamaska qui s’en plaindront !

UNE EXPÉRIENCE AUGMENTÉE

Désireuse de faire encore plus, Anne Boyer a voulu offrir une « expérience augmentée » aux lecteurs. Sur le site web des romans de Yamaska, chaque personnage possède son « univers », dans lequel on peut visionner des vidéos-références sur, notamment, les divers lieux de Granby dont il est mention dans les livres. 

« Je suis allée voir le maire (de Granby), les propriétaires de quelques restaurants, on a fait des publicités et les restaurateurs offrent des rabais », résume-t-elle. Ainsi, le parc Victoria, la bibliothèque Paul-O.-Trépanier, le collège Mont-Sacré-Coeur, le lac Boivin et son parc Daniel-Johnson, le parc Pelletier et le belvédère Georges-Aimé-Landry sont tous mis en valeur dans une capsule-vidéo d’une trentaine de secondes chacun, tandis que les restos-pubs MacIntosh et Saint-Ambroise, ainsi que la cantine Chez Ben offrent certains rabais à la présentation d’un des romans.

Pour plus de détails, visitez le romansyamaska.com.