La troisième saison de «Faits Divers» paraît encore plus efficace que les deux premières.

X-Files à Mascouche

CHRONIQUE / J’ai savouré chaque minute de ce que j’ai vu de cette troisième saison de «Faits divers». Avec cette impression de prendre mon temps, pour ne pas que ça finisse trop vite. Parce que ce nouveau chapitre ne comporte que six épisodes au lieu des 10 habituels. Un moindre mal pour ceux qui aiment les courtes séries à regarder en rafale.

L’autre avantage, c’est que ça nous paraît encore plus efficace que les deux premières, déjà pourtant ce que j’ai vu de meilleur ces dernières années à la télé québécoise. L’autrice Joanne Arseneau sait créer des personnages singuliers et raconter une histoire tarabiscotée qui paraît néanmoins avoir du sens. C’est fort.

En ligne dès jeudi sur l’Extra d’ICI Tou.tv avant d’apparaître sur ICI Télé l’hiver prochain, Faits divers 3 conjugue deux thèmes inusités : le «crossage» de dindons — oui, oui, ça existe — et le kidnapping d’humains par des extraterrestres. Nous sommes deux mois plus tard, alors que Constance (Isabelle Blais) est momentanément retournée vers son ex (Patrick Hivon), délaissant Fred (Émile Proulx-Cloutier), qui n’a toujours pas avalé la pilule. De quoi compliquer considérablement l’enquête sur la mort d’un amateur d’ufologie, trouvé dans le champ d’une ferme aviaire à Mascouche. L’arrivée du patron de la police provinciale, joué par Daniel Brière, ne leur simplifiera pas la tâche.

Stéphane Demers incarne un des personnages les plus terrifiants des dernières années à la télé. Il s’est rasé le crâne pour jouer Marc Laveau, un bandit balafré que personne ne voudrait comme ami, fraîchement sorti de prison. Éric Robidoux, que vous avez peut-être vu dans L’Échappée ou dans O’, est formidable dans le rôle de Kevin Fontaine, ancien membre d’un groupe jadis populaire dans le style des B.B. Paumé et pas le pogo le plus dégelé de la boîte — les siens, il les mange réchauffés au micro-ondes —, il se résigne à effectuer un travail qu’il déteste, celui de masturber des dindons, pris par les couilles par son frère Denis (Steve Laplante), propriétaire de la ferme aviaire. Marc Laveau y voit tout de suite une proie facile à manipuler pour obtenir sa vengeance. Au plus bas, Fontaine se résigne à vendre ses Félix et plusieurs objets ayant appartenu au groupe sur kijiji.

Joanne Arseneau s’est visiblement beaucoup amusée à étudier les sites d’amateurs d’ufologie, qui croient fermement en l’existence des extraterrestres. Le personnage joué par Brigitte Lafleur, épouse de la victime, est convaincu que son mari est toujours en vie, enlevé par ces êtres venus d’ailleurs. Vous la verrez fréquenter un spécialiste américain à l’allure de gourou, qui donne des conférences sur le sujet.

Cette histoire de masturbation de dindons ne provient pas de l’imagination de l’autrice, mais bien de la réalité; les animaux sont si dodus qu’on doit forcer la nature en recueillant leur semence, essentielle à la forte production de dindons. La productrice Sophie Deschênes admet que l’illustration qu’on en fait dans la série est plus poétique que dans la réalité, un peu brutale.

La réalisation de Stéphane Lapointe est une nouvelle fois incroyablement inventive, chaque plan mérite d’être là; on fait revivre Colonel Scarlett, l’ancien groupe de Kevin Fontaine, dans une fausse «Musicographie». Et une des chansons du groupe a été empruntée au répertoire des défunts Tango Tango, formation québécoise de la fin des années 80. Véritable rocker, Rick Hughes apparaît dans le rôle de l’ancien chanteur vedette de Colonel Scarlett.

La saison dernière, Faits divers a retenu en moyenne 635 000 téléspectateurs sur ICI Télé. Si vous préférez patienter, sachez que les six épisodes seront diffusés cet hiver, après la saison des Pays d’en haut. Réjouissons-nous : Joanne Arseneau travaille déjà à une quatrième saison.