«Québecor cherche en fait à exiger que Bell paie davantage pour avoir accès à la chaîne TVA Sports que ce que Québecor/Vidéotron est prête à payer pour RDS», plaide Bell.

Québecor contre Bell: une guerre à finir

CHRONIQUE / L'avis, qui s'adressait aux abonnés de Bell, en a surpris plusieurs en fin de semaine : «Bell a décidé de vous pénaliser. Le signal de TVA Sports sera suspendu dans les prochains jours.» Quoi? Bell débranche TVA Sports pour punir Québecor de lui faire une mauvaise publicité? Pas du tout. Même que c'est plutôt l'inverse.

Les tensions entre Québecor et Bell se sont intensifiées dernièrement, alors que Pierre Karl Péladeau a réclamé publiquement un meilleur financement des chaînes spécialisées et accusé Bell de désavantager TVA Sports au profit de RDS dans ses choix de forfaits. Une vaste campagne de publicité, justevaleur.ca, a aussi été lancée par Québecor pour interpeller le public et le CRTC. Disons qu'avec le message du week-end, l'entreprise vient de faire passer la guerre à un niveau supérieur.

L'avis, qui est apparu durant le match de hockey de samedi à TVA Sports et durant La voix à TVA, rapportait la chose comme un fait, pas comme une possibilité ni même une menace. Or, rien n'est encore fait. «Québecor a menacé de retirer la chaîne de Bell Télé, ce qui serait contraire aux règles sur la radiodiffusion. Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour que nos clients continuent de recevoir toute la programmation télévisée qu'ils souhaitent», m'a-t-on répondu par courriel aux relations avec les médias de Bell.

Dans un communiqué, la direction de Bell a parlé d'une «campagne irresponsable» et d'«actions illégales». «Québecor cherche en fait à exiger que Bell paie davantage pour avoir accès à la chaîne TVA Sports que ce que Québecor/Vidéotron est prête à payer pour RDS. Toutefois, la réalité est que RDS est de loin le principal réseau de sports de langue française, distançant constamment TVA Sports, tant en termes de contenu que d'auditoire, et Bell Média ne dévaluera pas la chaîne clairement préférée des amateurs», a affirmé Martine Turcotte, présidente, direction du Québec de Bell.

Cette drôle de tactique arrive au moment le moins stratégique, puisque les séries éliminatoires n'ont d'intérêt que pour les vrais mordus de hockey. Si ça se trouve, plusieurs abonnés ont déjà retiré TVA Sports de leur sélection de chaînes, avec la perspective de se réabonner au retour du hockey à l'automne.

En janvier 2018, Vidéotron avait annoncé devoir retirer la chaîne américaine AMC de son offre de canaux, parce son propriétaire lui chargeait trop cher. Ce n'est jamais arrivé. Après protestations des abonnés, Vidéotron a annoncé s'être entendu avec le diffuseur de The Walking Dead. Peut-on en espérer autant entre Québecor et Bell?

Pour la deuxième année consécutive, et la troisième fois en quatre ans, TVA Sports devra se passer de la présence du Canadien en séries éliminatoires, ce qui constitue des pertes de revenu importantes. Et même les pires boules de cristal sont capables de prédire avec assurance que les Nordiques ne reviendront pas à Québec dans un avenir rapproché.

Québecor a payé le gros prix pour les droits du hockey, devant se contenter des matchs du samedi, qui font souvent moins de cotes d'écoute que les matchs de semaine à RDS. En jeter le blâme sur Bell constitue un bien étrange calcul. Le dernier match du Tricolore, qui recevait samedi les Maple Leafs au Centre Bell, a retenu 536 000 amateurs.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.