Justine Dufour-Lapointe a récolté l’argent aux bosses.

Mon hiver, mes Jeux

CHRONIQUE / Ça y est, je suis accro. Depuis vendredi, je reste scotché aux Jeux d’hiver sur mes différents écrans. Et je me suis découvert une passion pour le slopestyle. C’est comme ça, et c’est un peu ingrat : on se découvre une passion pour un sport tous les quatre ans, mais on laisse tomber le reste du temps.

Reste que le slopestyle, cette discipline du surf des neiges, me fascine. Les compétitions sont spectaculaires, et ses athlètes, terriblement attachants. Les filles en arrachaient dimanche soir, c’en était désolant. Mais Laurie Blouin a été plus forte que le vent.

Au-delà du sport, les Jeux, ce sont des histoires humaines, parfois heureuses, mais bien souvent malheureuses. Et jusqu’à maintenant, on a été servi en terme de dépassement de soi. Voir Philippe Marquis affronter les bosses avec un ligament déchiré avait quelque chose de douloureux, mais suscitait l’admiration. Chapeau aux patineurs artistiques, qui sont sur la glace dès la matinée là-bas pour qu’on voit leurs exploits le soir chez nous. Cette discipline a toujours récolté de gros chiffres, pas question de montrer ça la nuit.

À ICI Radio-Canada Télé, la médaille d’or de la description va certainement à Guillaume Dumas, excellent aux compétitions de ski acrobatique. Toujours le bon mot, jamais d’hésitation, des propos intelligents, une réelle passion contagieuse pour le sport. Aux bosses, il forme un duo hors pair avec Jean-Luc Brassard. À entendre ce dernier, on en oublie presque qu’il a déclaré aux Francs-tireurs qu’il ne croyait plus au rêve olympique, et que la possible disparition des Jeux serait une bonne chose pour les athlètes. Le champion olympique y est allé quand même, parce que c’est sa seule opportunité de parler de son sport. Ce pourrait être différent dans quatre ans, alors que les Jeux auront lieu à Pékin, dans un régime totalitaire, un choix que Jean-Luc Brassard dénonce vivement.

C’est plus laborieux pour la journaliste Marie Malchelosse, qui s’étend beaucoup trop dans ses questions aux athlètes, au bas des pentes. L’une d’elles a d’ailleurs fait l’objet d’une vidéo virale tellement elle n’avait ni queue ni tête. Concision et précision seraient de mise de la part de la journaliste, dans ces moments toujours très attendus. Au fait, l’entrevue avec Chloé Dufour-Lapointe, en larmes après avoir fini 17e aux bosses, déchirait le cœur.

Les descripteurs et analystes trouvent toutes sortes de déclinaisons pour parler des «athlètes olympiques de la Russie», puisque le pays a été banni des Jeux. Pas d’hymne russe, pas de drapeau russe. Quand on doit répéter l’expression 50 fois dans un match de hockey, ça devient laborieux. Jean St-Onge, lui, a parlé des «athlètes olympiques d’un pays nordique».

Si les trop nombreuses publicités vous embêtent et que vous voulez suivre les compétitions dans leur intégralité, tournez-vous vers la très efficace application des Jeux de Radio-Canada, compatible avec Chromecast. Si vous avez ce qu’il faut pour visionner le tout sur votre télé, c’est le rêve. Vous n’aurez qu’à vous taper deux publicités avant d’y accéder, mais plus rien ensuite.

Vendredi, la rediffusion de la cérémonie d’ouverture en soirée a été suivie par 740 000 téléspectateurs sur ICI Radio-Canada Télé, et 144 000 à RDS. Les plus forts auditoires ont été atteints samedi soir lors de la finale masculine de slopestyle (Max Parrot et Mark McMorris) avec 932 000 téléspectateurs. Dimanche soir, la prestation du patineur artistique Patrick Chan a été suivie par 863 000 adeptes, alors qu’en matinée, 695 000 ont vu Justine Dufour-Lapointe récolter l’argent aux bosses.

LA VOIX EN TÊTE, MAIS EN BAISSE

La première de la saison de La voix a attiré dimanche 1938 000 téléspectateurs à TVA, dominant le palmarès, mais passant pour la première fois sous la barre des deux millions. L’an dernier, l’émission de Charles Lafortune en avait retenu 2181 000 pour sa première. Sur le même réseau, La vraie nature a été vue par 1097 000 adeptes. Le jeudi, 1res fois est en voie de rattraper Face au mur; alors que l’émission de Véronique Cloutier est regardée par 721 000 téléspectateurs à ICI RC Télé, celle de Maripier Morin en a tout juste 848 000 à TVA, en baisse constante. La première en avait attiré 1355 000 le 18 janvier dernier.