Portant une robe-lit, avec couette et oreillers, signée Viktor & Rolf, lors du dévoilement médiatique, Julie Snyder a donné le ton de son nouveau talk-show, «La semaine des 4 Julie», tout en affirmant que la mode sera bien présente à son émission.

La Julie Snyder que je préfère

CHRONIQUE / Le 6 janvier, le public retrouvera Julie Snyder, l’animatrice de talk-show. Celle qui pose des questions inattendues, qui trouve des invités à qui personne n’aurait pensé, même à l’autre bout du monde, qui se jette littéralement dans la fosse aux lions. Cette Julie-là, c’est la Julie que je préfère.

Je serai donc un bon public pour La semaine des 4 Julie, qui marque son grand retour au quotidien. Pourquoi ce titre? Parce qu’il y a quatre émissions par semaine, du lundi au jeudi à 21h sur V. Que le talk-show reflétera les multiples facettes de l’animatrice — la curieuse, l’audacieuse, la blagueuse et la gaffeuse. Et qu’on fait référence à l’expression consacrée, parce que «Julie ne va jamais là où on l’attend», rappelle Stéphane Laporte, complice de la première heure.

Il y a des choses qui ne changent pas, dont son goût pour le déguisement. Mardi, elle s’est présentée devant les journalistes vêtue d’une robe-lit, avec couette et oreillers, signée Viktor & Rolf, qu’elle conservait précieusement dans son garage avant de la retourner à Amsterdam, où elle sera exposée. La mode aura d’ailleurs une place de choix dans l’émission puisque Thierry-Maxime Loriot viendra en parler, en plus d’avoir contribué au décor, conçu par le réalisateur Daniel Laurin.

On savait déjà qu’elle avait décroché une entrevue avec Ellen DeGeneres, mais elle rencontre aussi le duo de rap français Big Flo et Oli, Antoni Porowski de Queer Eye, la secrétaire particulière de Nelson Mandela, Zelda la Grange. Julie n’a rien perdu de son sang-froid : durant la saison, elle affrontera les lions du zoologiste sud-africain Kevin Richardson. On ne peut pas dire qu’elle a lésiné sur les moyens pour marquer son grand retour. La vice-présidente exécutive contenu de Groupe V Média, Brigitte Vincent, confirme que La semaine des 4 Julie bénéficie d’un budget sans précédent pour un talk-show à V. «Ce n’est pas un show cheap. Tout est là pour en mettre plein la vue, avec une armée de collaborateurs», explique-t-elle. 

Ils sont une vingtaine, mais trois y apparaîtront plus régulièrement : Marie-Lyne Joncas, qui se proclame «reine des coulisses», Olivier Niquet, qui adaptera son bêtisier de La soirée est (encore) jeune au format télé, ainsi qu’Arnaud Soly, qui s’improvisera Monsieur Gadget. Parmi les autres trouvailles, on ira filmer le quotidien de Mélissa Bédard, de ses trois filles et des trois garçons de son conjoint à Québec, pour un feuilleton à la manière des Kardashian. 

Julie a aussi réchappé Khate Lessard, exclue d’Occupation double Afrique du Sud et première femme trans à participer à une téléréalité au Québec. On assistera au processus habituellement très privé de vaginoplastie. Julie avait remarqué son talent de communicatrice dès le début d’OD, d’où sa présence parmi l’équipe du talk-show. D’autres noms : Dominic Paquet, Véronique Claveau, Pierre-Yves Roy-Desmarais, Sam Breton, Marième. Ça m’apparaît beaucoup de collaborateurs à première vue. Espérons que les entrevues en studio, la matière première d’un talk-show, ne seront pas noyées parmi des chroniques.

Les émissions du lundi et du mercredi seront présentées en direct à 21h, alors que celles du mardi et du jeudi seront enregistrées la veille, tout ça du MTL Grandé, un studio dans Pointe-Saint-Charles. Plus tard en décembre, l’animatrice recevra la presse sur son nouveau plateau, qui se veut très design et différent des plateaux habituels de talk-shows. Chaque soir, l’émission recevra autour de cinq invités, dont trois en studio. Comme l’a toujours fait Julie, l’émission sera un mélange d’entrevues en studio et de topos à l’extérieur.

Un certain scepticisme persiste au sujet de l’heure de diffusion, 21h, alors que les grands réseaux diffusent leurs séries les plus coûteuses et rassembleuses. Brigitte Vincent dit avoir fait ses devoirs, convaincue que le public est disponible à cette heure. «21h, c’est le nouveau 22h», dit-elle. V mise depuis sa naissance sur un public plus jeune, mais on semble vouloir élargir le groupe-cible cette fois-ci. «Des anti-conformistes, il y en a de tous les âges, et c’est ce public-là qu’on vise», explique Julie Snyder, qui ne lève pas le nez sur les boomers.

Stéphane Laporte croit toujours que Julie est à son meilleur dans un talk-show, et rêvait de l’y revoir un jour. Le concepteur admire en elle la capacité de mener des entrevues sérieuses et fouillées tout en faisant les pires folies, sur le même plateau. De tout temps, Julie n’a jamais laissé la banalité s’introduire dans un de ses projets, ne serait-ce qu’un instant. Vous êtes chez Julie, il se passe forcément quelque chose.