Sébastien Diaz annonce vouloir passer à autre chose à la fin de la présente saison en mars prochain.

La fin pour Formule Diaz

CHRONIQUE / On le sait : les magazines culturels ont une durée de vie très limitée à la télévision. Sébastien Diaz aura su durer neuf ans dans ce créneau à Télé-Québec, cinq à Voir et quatre à Formule Diaz. Mais voici qu’il annonce vouloir passer à autre chose à la fin de la présente saison en mars prochain.

«Je sentais que j’avais été suffisamment loin dans l’exploration de ce projet et qu’il était temps pour moi d’affronter de nouveaux défis», a-t-il écrit sur sa page Facebook. L’animateur ne quitte pas pour autant Télé-Québec. Il souhaite d’ailleurs que le magazine Format familial, qu’il coanime avec sa femme Bianca Gervais, soit renouvelé, précisant que la décision n’a pas encore été prise par le diffuseur. «On se croise les doigts», écrit-il.

Maintes fois récompensées aux Gémeaux, Voir et Formule Diaz ont permis à Télé-Québec de maintenir une case horaire culturelle durant neuf ans en format hebdomadaire, après plusieurs années de quotidiennes, notamment avec Les choix de Sophie. Formule Diaz obtient cet automne une moyenne de 45 000 téléspectateurs le lundi à 21h, et 49 000 pour les rediffusions. Des chiffres modestes, mais pas inhabituels pour ce type de programmation.

Avec la fin de Formule Diaz, y aura-t-il un magazine culturel à Télé-Québec en 2018-2019? Le directeur général de la programmation, Denis Dubois, répond qu’il est dans le mandat du diffuseur d’avoir du contenu culturel à son antenne, et qu’il y en aura. Sous quelle forme? Ça reste à définir.

De son côté, Sébastien Diaz affirme avoir plusieurs beaux projets sur la table, lui qui s’illustre également comme réalisateur, compositeur et producteur. La diffusion du Premier Gala de l’ADISQ à Télé-Québec, qu’il anime depuis deux ans, n’a pas encore été confirmée pour l’an prochain.

ON N’EST PAS COUCHÉ LE DIMANCHE

L’émission a beau s’intituler On n’est pas couché, il faut veiller bien tard pour voir l’intégrale de l’émission de Laurent Ruquier, à TV5 le samedi soir. À la demande du public, le diffuseur déménage le titre de France 2 à une heure plus décente, le dimanche à 19h, dès le 7 janvier prochain. Gros avantage : l’émission ne sera plus diffusée avec une semaine de retard, mais bien le lendemain de la diffusion en France, donc plus collée à l’actualité. Une alternative, mais pas un véritable compétiteur à Tout le monde en parle, qui commence une heure plus tard sur ICI Radio-Canada Télé.

TVA LARGUE LES GALAS JUSTE POUR RIRE

Après mûre réflexion, TVA a décidé de retirer définitivement les Galas Juste pour rire de sa grille horaire, mais de conserver Les gags et les spectacles d’humour dont il détient les droits. La diffusion des galas, interrompue depuis le scandale Rozon, devait originalement se poursuivre jusqu’à l’été 2018. En ce qui concerne Juste pour rire en direct, le talk-show présenté durant le festival, il n’était déjà plus question qu’il soit diffusé à TVA, le diffuseur n’ayant pas renouvelé son entente avec l’entreprise, avant le scandale.

LA VOIX JUNIOR FRÔLE LES 2 MILLIONS

La finale de La voix junior, remportée par Sydney Lallier de Granby, a attiré l’attention de 1997 000 téléspectateurs dimanche soir à TVA, comparativement à 2331 000 l’année dernière. L’émission de Charles Lafortune a rallié 52 % de l’auditoire disponible. Sur ICI Radio-Canada Télé, la présence de Guy Nantel à Tout le monde en parle a intéressé 979 000 curieux. Sur V, Occupation double Bali continue de captiver 559 000 irréductibles — malgré l’insupportable Joanie! —, et OD+ en direct, 158 000.