Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
Marina Orsini prend un réel plaisir à revenir au quotidien, ça se voit dans <em>5 chefs dans ma cuisine</em>.
Marina Orsini prend un réel plaisir à revenir au quotidien, ça se voit dans <em>5 chefs dans ma cuisine</em>.

Cuisiner avec Marina, c'est toujours la fête

CHRONIQUE / Si on la compare avec celle d'il y a 10 ans, la grille de jour des différents réseaux fait pitié. Des reprises, des reprises, tiens, un film à l'eau de rose cheap, ah, un bulletin de nouvelles. Qu'ICI Télé décide d'ajouter cinq nouvelles demi-heures de programmation, du lundi au vendredi à 11h30, est en soi une bonne nouvelle.

En plus, Marina Orsini est adorable. J'avais été déçu l'année dernière quand on lui avait enlevé sa quotidienne du matin. Un rendez-vous sympathique, sans prétention, qui allait comme un gant à son animatrice. Content de la voir revenir chaque jour dans 5 chefs dans ma cuisine, qui commence lundi, tout de suite après Ricardo.

Pas un autre show de cuisine? C'est la tendance partout et ça marche. Aux États-Unis, on a remplacé plusieurs soaps d'après-midi par des émissions de cuisine, populaires, moins coûteuses, tellement nombreuses qu'elles ont leur propre catégorie aux Daytime Emmy Awards. Et Marina rappelle qu'en confinement, les gens ont repris goût à cuisiner. «S'il y a une chose qu'on ne peut pas arrêter de faire comme être humain, c'est de manger», dit-elle. L'animatrice y voit aussi l'occasion de donner un coup de pouce aux chefs restaurateurs qui traversent une période difficile.

J'ai vu les premières émissions, dont celle du lundi sans viande, avec un chef que je ne connaissais pas, Blake Mackay, qui a déjà eu son restaurant à Edmonton et auteur du livre Bouffe style Blake. Son steak de céleri rave, un peu raide, m'a laissé un peu perplexe, mais l'idée est intéressante, d'autant que plusieurs d'entre nous tentons de diminuer notre consommation de viande. J'ai été beaucoup plus convaincu par le gâteau 1000 crêpes de Bob le Chef, cochon à souhait, avec tartinade choco-amandes et crème fouettée au fromage. Bob vous réconciliera peut-être même avec le pain tranché blanc, honni par les nutritionnistes.

Chaque jour, un chef pour un thème différent: le lundi sans viande; le mardi local; le mercredi pour la cuisine en grande quantité; le jeudi des saveurs du monde; et le plaisir de recevoir le vendredi. Vous verrez que le décor a été pensé en mode COVID pour permettre la distanciation. Marina et son chef invité ne sont jamais en contact, chacun cuisine avec ses propres instruments, sa propre cuisinière, ce qui peut donner deux versions d'un même plat, bien différentes dans les émissions que j'ai vues, comme dans la vraie vie. Il faudrait être aveugle pour ne pas constater l'écart qui sépare Marina et son chef, mais j'y vois plus de la débrouillardise qu'un réel irritant pour le téléspectateur. C'est ça ou rien.

Même si deux émissions de cuisine se suivent entre 11h et midi, on verra la différence. On s'assure entre autres que Ricardo et Marina ne préparent pas des sushis le même jour. Même chose pour Savourer, la nouveauté de Geneviève O'Gleman, qui aura un menu différent le vendredi à 16h. Le ton des trois émissions sera aussi différent.

Vous verrez là un grand éventail de chefs, dont plusieurs que vous apprendrez à connaître. La journée du jeudi sera particulièrement riche en découvertes avec entre autres des cuisines des Caraïbes, du Vietnam, de la Syrie de même que de la cuisine autochtone. Marina retrouve une partie de son équipe du matin, dont le producteur Luc Rousseau chez Zone 3, et plusieurs chefs, dont son complice Marc Maula, Pasquale Vari et Jérome Ferrer. Vous y verrez aussi des anciens de l'émission Les chefs!, dont Arnaud Marchand, Luca Cianciulli et Émilie Rizzetto.

Avec 140 épisodes de 5 chefs dans ma cuisine, Marina n'a plus beaucoup de moments libres. Même qu'elle a répondu à nos questions sur sa tablette au centre de son salon funéraire d'Une autre histoire, en plein tournage! Outre la série de Chantal Cadieux et son nouveau magazine quotidien, elle tourne pour l'hiver Deuxième chance, en compagnie cette fois de Monic Néron.

Des trois séries, c'est Une autre histoire qui est la plus complexe à tourner en temps de pandémie. «C'est très exigeant. Je deviens impatiente par bouts parce que j'ai chaud», admet l'interprète d'Anémone Leduc. Chaque comédien doit porter des lunettes et un masque, du matin au soir, et les enlever uniquement quand ils tournent. «Le monde en télé, on est toujours en train de se coller, se saluer, se toucher. Pour moi, c'est encore plus difficile!»

Marina Orsini prend un réel plaisir à revenir au quotidien, ça se voit dans 5 chefs dans ma cuisine. Plus que dans tout autre créneau, la télé de jour est là pour accompagner le public, le réconforter dans sa routine. Un rôle idéal pour l'animatrice. Parce que cuisiner avec Marina, c'est toujours la fête.