Trente-cinq personnes ont accepté de jouer le jeu des photos avant/après.

RetroLabo: portraits d’hier à aujourd’hui

On vous met au défi de ne pas sourire ou de ne pas ressentir un petit bout d’émotion. L’exposition et le livre qui seront dévoilés vendredi à Sutton sont à la fois drôles, touchants et profondément humains. Le nom du projet : RetroLabo.

À l’invitation de Stéphane Lemardelé et Isabelle Grenier, 35 personnes ont accepté de prendre part à ce projet de photos « avant/après ». Elles ont fouillé dans leurs albums de souvenirs pour en tirer une photo ancienne qu’elles ont ensuite reproduite le plus fidèlement possible, grâce au travail des photographes Eliane Excoffier et Tristan Corbeil Lapointe. Décor semblable, vêtements similaires... Entre les deux clichés, seul l’âge contraste fortement.

C’est un petit livre édité en Angleterre qui, à la base, a inspiré le duo Grenier-Lemardelé. « C’était un livre intéressant, mais il n’y avait pas de recherche artistique, c’était purement anecdotique. On n’a rien inventé, mais pour notre projet, on voulait des photos de grande qualité. Nous voulions aussi mettre en lumière des personnes qui œuvrent souvent dans l’ombre », raconte M. Lemardelé, dont l’initiative vient souligner les 35 ans du Centre d’action bénévole (CAB) de Sutton-Abercorn.

D’où les 35 participants âgés de 15 à plus de 80 ans. « On aurait pu en prendre beaucoup plus, mais il fallait se limiter. Ce sont des bénévoles, des employés, des membres du conseil d’administration et des bénéficiaires du CAB. »

Grâce à plusieurs partenaires financiers, eux aussi charmés par le projet, RetroLabo a pris la forme d’un petit livre de 80 pages, rempli de clichés en couleur et en noir et blanc, dont le lancement coïncidera avec le vernissage de l’exposition du même nom.

En plus des images d’hier et d’aujourd’hui et d’une courte mise en contexte, on a aussi fait appel à des enfants qui ont pondu des textes pour accompagner chacune des 35 paires de photos.

Parmi elles, on voit notamment l’ancienne photo de mariage d’un couple, jumelée à une « reproduction » croquée récemment sur laquelle les époux apparaissent dans un décor ressemblant à celui de l’époque... et sur laquelle la dame porte la même robe de mariée. On peut aussi admirer un aîné vêtu d’une salopette, au volant d’un tricycle, comme sur une photo le montrant gamin. Ou encore cet homme âgé, torse nu, dans la même pose que lorsqu’il était tout petit.

Dans seulement deux cas, on est retournés sur les lieux d’origine. Pour le reste, on s’est amusé à suggérer les décors d’autrefois, en faisant « du bricolage et du trucage théâtral » pour donner l’illusion de.

« Ce qui nous intéressait, c’était les personnes et surtout leur regard. Ça, ça ne change jamais. Le regard préserve notre âme d’enfant. Ça montre qu’il y a encore une étincelle d’enfance, même quand on vieillit », se réjouit Stéphane Lemardelé.

Ce dernier affirme que seulement quelques participants ont vu le résultat final. Il s’attend à ce que la plupart soient touchés par le portrait qu’ils découvriront. Ce saut dans le passé, selon lui, a fait revivre des moments forts chez plusieurs. « Mais je n’ai senti aucune nostalgie chez eux. Ils n’ont pas de regret par rapport au passé. »

Le livre, tiré à 200 exemplaires, et l’exposition seront lancés le 30 novembre de 17 h à 19 h au Marché couvert de Sutton où elle se poursuivra tout l’hiver. À partir du printemps, il est prévu que les photos soient affichées sur un parcours ludique extérieur le long de la piste cyclable à Sutton.