«C'est génial que les enfants puissent créer. L'art est très important et je trouve ça bien qu'on mette de l'emphase là-dessus. J'aime beaucoup les couleurs et je ne connais pas un enfant qui n'aime pas ça », lance l'artiste-peintre de 95 ans, William G. Kinnis.

Quand les extrêmes se rejoignent

Les élèves du primaire de la commission scolaire du Val-des-Cerfs pourront s'inspirer cette année de l'univers de l'artiste-peintre de 95 ans William Gilbert Kinnis dans le cadre du projet Autour d'une exposition.
Le joyeux nonagénaire était de passage à la bibliothèque de Bromont dimanche pour le vernissage de son exposition Jeux de couleurs. La Voix de l'Est a pu s'entretenir avec l'artiste, fort honoré que des enfants puissent découvrir son travail. 
« C'est génial que les enfants puissent créer. L'art est très important et je trouve ça bien qu'on mette de l'emphase là-dessus. J'aime beaucoup les couleurs et je ne connais pas un enfant qui n'aime pas ça », lance William G. Kinnis d'un ton débordant d'énergie dans la langue de Shakespeare.
Le natif de la Colombie-Britannique­ roule sa bosse dans le domaine des arts depuis 1947. « C'est ma passion. C'est instinctif. Depuis deux ans, j'en fais moins, mais je n'ai jamais arrêté, j'aime trop ça », dit l'homme avec un sourire. Il a exposé au Musée des beaux-arts de Montréal, mais également dans de grandes galeries à Toronto­, Vancouver­, Seattle, Hamilton­, Windsor­, Ottawa et Kingston. 
Il a également enseigné le dessin et la peinture à l'Université Concordia et a été concepteur graphique pour le journal The Gazette. En 1990, il a participé à une importante exposition de groupe à la galerie Arts Sutton­. Depuis, il continue à exposer ses oeuvres dans la région. 
« Au début de ma carrière, je faisais surtout des aquarelles de paysages. J'ai redécouvert l'acrylique dans les années 90 et ça m'a permis d'aller ailleurs, dans quelque chose de plus abstrait, où j'utilise beaucoup les couleurs et la superposition », explique William G. Kinnis, toujours habité par une grande passion. Ses effets de fondu, ajoute-t-il, lui permettent de démontrer une belle joie de vivre. 
Partout dans la commission scolaire
Plus de 5000 élèves fréquentant des écoles de tout le territoire de la CS du Val-des-Cerfs en apprendront davantage au cours des prochains mois sur le parcours de William G. Kinnis, explique la conseillère pédagogique en arts et responsable des dossiers culturels, Christine Gosselin. 
« C'est une initiative unique en son genre au Québec. Ça offre l'opportunité à nos jeunes de s'initier à l'art, mais également de faire des découvertes et de créer. Ça rend l'art plus accessible », précise-t-elle. 
Les jeunes de plus de 40 écoles prendront part à des ateliers portant sur la carrière et les oeuvres du peintre de 95 ans à l'aide de documents­ écrits, audio et visuels. 
« Le projet va durer jusqu'en juin et ça commence dès lundi, précise Mme Gosselin. Par la suite, l'exposition va faire le tour de la commission scolaire dans différents lieux culturels. Nos jeunes vont donc en savoir plus sur ces lieux. »
L'exposition se promènera à Bromont, Granby, Cowansville, Dunham­, Bedford, Waterloo et Farnham.