En guise de «répétition», Caroline Boulay, Johanne Pagé Falardo, Brigitte Favreau, Claudine Favreau et Huguette Perron ont déjà peint une oeuvre inspirée de la Tunisie.

Quand l’art fait voyager

Cinq Québécoises s’envoleront vers la Tunisie au cours des prochains jours pour prendre part au Festival international des arts plastiques de Monastir. Comme quoi, l’art peut parfois mener loin.

Du 19 au 29 juin, les artistes peintres profiteront de cette invitation pour manier leurs pinceaux, bien sûr, mais surtout pour découvrir ce pays d’Afrique. «C’est une compétition amicale qui regroupe une centaine d’artistes émergents, semi-professionnels et professionnels de plusieurs pays, tant en peinture qu’en sculpture», explique Brigitte Favreau. 

La peintre de Roxton Pond sera à la tête de cette délégation toute féminine composée de Caroline Boulay de Sainte-Victoire-de-Sorel, Johanne Pagé Falardo de Wentworth-Nord, Claudine Favreau de Longueuil et Huguette Perron de Saint-Sauveur. 

Même si le Festival comprend des prix et des mentions, la dame admet que la participation des représentantes du Québec n’a fait l’objet d’aucune sélection. L’invitation est plutôt venue de la peintre internationale Raymonde Perron, qui cultive des liens étroits avec la Tunisie. Cette dernière n’étant pas en mesure de s’y rendre cette année, elle a délégué la responsabilité à Mme Favreau, qui se joindra avec plaisir à quelques cérémonies protocolaires. Et qui se promet également faire connaître le Québec et le Canada aux participants venus d’ailleurs.

Ces 12 jours sont un véritable cadeau pour ces artistes, qui n’ont que leur transport aérien à payer, tout le reste étant aux frais de leurs hôtes tunisiens. Elles auront ainsi l’occasion de visiter de nombreux attraits et même de faire un séjour dans le désert. «C’est une immersion dans leur culture, dans leur couleur, qui nous servira d’inspiration pour créer une oeuvre», ajoute Brigitte Favreau.

Durant ce voyage, chacune devra en effet produire une toile dépeignant sa vision unique de la Tunisie, sous le thème Art et Paix. Les oeuvres seront ensuite exposées dans un musée de Monastir. 

Brigitte Favreau n’a encore aucune idée de ce qui émergera de sa première incursion tunisienne. «Ce que je sais, c’est que ce sera spontané et très coloré!» prédit cette peintre semi-professionnelle qui en sera également à sa première participation à un événement de cette envergure.

«C’est vraiment une occasion en or!»