Les artistes Fedir Kurkchi et Alexandra Kulinenko sont en vedette cette année.

Pour les jeunes artistes en herbe

Le projet Autour d’une exposition a beau exister depuis 28 ans, il ne prend pas une ride. En 2018, les élèves de la commission scolaire du Val-des-Cerfs ont à nouveau l’occasion de toucher de près aux arts plastiques. Cette fois à travers les sculptures des artistes d’origine ukrainienne, Fedir Kurkchi et Alexandra Kulinenko.

Environ 6500 enfants du primaire (et plus récemment du premier cycle du secondaire) participent à cette initiative unique au Québec­, indique la responsable du programme Autour d’une exposition à la commission scolaire, Christine­ Gosselin, en précisant qu’il permet de mettre ces élèves en contact avec l’art, mais aussi avec les artistes et des lieux culturels qui sont dans leur secteur scolaire.

Huit de ces lieux sont mis à contribution cette année : la Galerie­ Arts Sutton, la bibliothèque Gabrielle-Giroux-Bertrand­ de Cowansville, le Centre culturel France-Arbour de Granby, la maison des jeunes l’Exit de Waterloo, le Marché de la station gourmande de Farnham, le Centre Georges-Perron de Bedford, la bibliothèque municipale et scolaire de Bromont et le Centre d’art de la bibliothèque de Dunham.

Depuis le 11 janvier et jusqu’à la fin mai, chacun de ces endroits reçoit ou recevra les œuvres créées par le duo granbyen Kurkchi et Kulinenko. 

C’est aussi là que les jeunes se rendront pour vivre l’expérience Autour d’une exposition. « On les sensibilise au lieu qu’ils visitent, on les invite à se mettre dans la peau d’un critique d’art, puis à participer à l’atelier de création », ajoute Mme Gosselin.

En 2018, c’est l’art populaire traditionnel ukrainien, de style naïf, que les jeunes sont invités à découvrir, en s’attardant du même coup à la culture et au parcours des deux artistes invités. On leur offre aussi la chance de mettre la main à la pâte. Ou à l’argile, plus précisément.

« C’est plus facile pour les enfants de travailler l’argile en trois dimensions. C’est une belle occasion de mettre leur potentiel en valeur. C’est gagnant pour eux. »

Deux jeunes ont pu sculpter l’argile lors d’un récent atelier à la Galerie Arts Sutton.

Volontaire

Christine Gosselin rappelle que le programme est disponible pour les enseignants qui le souhaitent. « C’est l’enseignant qui choisit d’inscrire sa classe au coût de 90 $. Ça inclut l’animation, le matériel et la reconnaissance des artistes », poursuit la dame, en précisant que cette reconnaissance se traduit notamment par l’achat d’une œuvre pour orner les bureaux de la commission scolaire. 

Grâce à un lien internet, les enseignants participants peuvent alors présenter le ou les artistes aux élèves, bien préparer leur visite-atelier et même profiter d’un guide pédagogique pour assurer un suivi au retour en classe. 

Car les artistes en herbe rapportent ensuite leurs créations à l’école, où elles sont souvent exposées. Leur expérience artistique peut aussi devenir prétexte à d’autres apprentissages et discussions. 

« Quand je vais dans les écoles, je vois les résultats, et c’est agréable. Ces jeunes vont devenir le public de demain. Ce programme enrichit leurs connaissances et leurs habiletés, que ce soit sur le plan de la motricité, du vocabulaire artistique ou de l’esprit critique. Je crois qu’ils seront de meilleurs citoyens, car ils seront sensibilisés à ce qu’il y a de beau », croit Mme Gosselin.