Les portes ouvertes des artistes aux Bedford Lofts auraient permis d’accueillir plus de 2000 visiteurs, selon la coordonnatrice Louise Guertin.

Portes ouvertes aux Bedford Lofts: succès confirmé pour une galerie éphémère

Faire partie de la programmation des Portes ouvertes des artistes du Bedford Lofts est un privilège, soulignent plusieurs artistes questionnés par La Voix de l’Est. La tenue de cet événement pour une 4e année dans l’immeuble servant d’ateliers à des dizaines de créateurs confirme sa popularité, au grand bonheur des exposants.

Les locaux Bedford Lofts sont rarement aussi achalandés que durant les portes ouvertes annuelles. L’événement, qui se déroulait de vendredi après-midi à lundi, a vu défiler plus de 2000 visiteurs, selon les organisateurs.

« Je dirais que l’achalandage a pratiquement doublé tous les jours ! » lance Louise Guertin alors que les premiers amateurs d’art arrivaient par dizaines, lundi matin.

Les Portes ouvertes des artistes ont atteint un certain prestige au fil des moutures. Plus que de simples portes ouvertes, l’événement se veut « une galerie éphémère » pour reprendre les mots de Louise Guertin. « Nous avons un jury qui a pour tâche de sélectionner les dossiers des exposants intéressés. Je dirais que nous devons refuser un dossier sur dix, mais il y a aussi des artistes qui n’osent pas déposer leur candidature parce qu’ils sentent qu’ils ne sont pas rendus à cette étape », estime Mme Guertin.

Consécration

Une vision corroborée par les exposants, dimanche matin. « Avoir vu mon dossier accepté est déjà une petite consécration en soi et ma présence m’a permis de me faire de nouveaux contacts. En soi, cela valait la peine, mais en plus ça m’a permis de vendre quelques pièces », assure Julie-Anne Bellefleur, potière installée au Canton de Potton avec son entreprise Potterie Ya’ta’.

Pour les artistes plus établis, la réputation de la « galerie éphémère » vaut aussi le déplacement. Le sculpteur verrier Gilles Payette a été invité par l’organisation des portes ouvertes. Installé sur plusieurs mètres carrés devant la cage d’escalier, l’artiste basé à Saint-Jean-sur-Richelieu bénéficie d’un emplacement de choix pour ses sculptures. « Avec le temps, on peut décider à quels événements on prend part. J’ai accepté de participer aux portes ouvertes pour la réputation de l’activité », assure-t-il.

Habiter l’espace

Selon Louise Guertin, les portes ouvertes permettent non seulement de mettre en valeur le travail des artistes, mais également les lieux qui les abritent.

« C’est spacieux et lumineux. Parmi les visiteurs, il y a des anciens travailleurs de l’usine qui sont heureux de voir qu’il y a toujours de l’activité en ces lieux », souligne l’artiste-peintre.

Elle croit que les portes ouvertes pourraient également inciter de nouveaux créateurs à s’installer dans le bâtiment qui dispose de quelques espaces vacants.