Colorées, abstraites et engagées, les 17 œuvres de l’exposition PetroArt ont été créées par des usagers du Camp Garagona.

PetroArt : exposer comme de «vrais» artistes

Pour les usagers des activités de jour du Camp Garagona de Frelighsburg, le prochain week-end revêtira une saveur bien spéciale. Pour la première fois, ils verront leurs talents de peintres reconnus au grand jour. À travers l’exposition PetroArt, présentée au Centre d’art de Frelighsburg, ils exprimeront du même coup leurs préoccupations écologiques.

L’animatrice intervenante Annick Gamache, qui est aussi responsable de l’événement, est manifestement fière de ses protégés, qui vivent avec une déficience intellectuelle et/ou un trouble du spectre de l’autisme. À travers le programme d’activités de jour auquel ils participent du lundi au jeudi, ceux-ci font du théâtre, de la cuisine, des sciences... et de la peinture.

Ensemble, 14 artistes en herbe ont ainsi développé une méthode de peinture bien à eux, en mettant collectivement leur grain de sel dans chacune des œuvres, ou presque. L’une peint en demi-cercle, l’autre dessine des poissons et des bateaux, une autre encore se spécialise dans les éclaboussures de peinture. Réunies, toutes leurs particularités forment un tout cohérent et fort joli, dit-on.

« Ils participent tous aux toiles d’une façon ou d’une autre. Ils ont aussi trouvé tous les titres, dont celui de l’exposition », explique Mme Gamache, qui a eu tôt fait de remarquer l’effet de cette démarche sur l’estime de soi et la fierté de ses poulains.

Ce travail collectif a mené à la création de 17 œuvres liées de près ou de loin à la pollution — en particulier celle de l’eau —, leur thème de prédilection. « Ce sont des tableaux très colorés et très abstraits, faits à partir de canevas et de cadres recyclés, et grâce à un don de peinture », affirme la dame.

Si le concept d’une exposition en bonne et due forme est nouveau, ce n’est pas la première fois que les utilisateurs du Camp mettent leur créativité à profit. Mme Gamache rappelle notamment un jumelage réalisé il y a quelques années avec des artistes lors du défunt Festiv’Art, et la création d’une toile visant à remercier de généreux donateurs.

PetroArt est différent, en ce sens que l’organisme souhaite maintenant se faire voir à plus grande échelle. « Certains de nos usagers ont un véritable don. C’est d’abord pour cette raison que je voulais qu’on expose publiquement. Mais tout est à vendre pour nous permettre de racheter du matériel d’artistes. Quelques toiles sont déjà vendues ! »

Approche originale

Le responsable des communications du Centre d’art de Frelighsburg, Jean-François Thuot, rappelle que le Camp Garagona est intimement lié à l’histoire de la municipalité. « C’est ce qui a motivé les responsables de l’organisme à proposer cette exposition au Centre d’art. Le camp est aux abords du village ; ce sont des voisins. »

Ce dernier souligne l’approche artistique originale des artistes, qui donne une couleur bien particulière à l’exposition. Il ne cache pas non plus que le thème de la pollution a interpellé le comité de sélection.

M. Thuot rappelle que l’événement est aussi une belle façon pour le public de découvrir la mission du Camp Garagona. « Le Centre d’art a des visées d’intérêt public, alors c’est approprié de leur faire écho et de montrer ce qu’ils peuvent apporter à la communauté. »

***

L’exposition se tiendra au Centre d’art de Frelighsburg du 13 juin au 7 juillet prochain. Le vernissage aura lieu ce dimanche 16 juin de 14h à 17h.