L’artiste adore entendre les gens se raconter.

Patsy Van Roost: la fée de Sutton

Patsy Van Roost s’est fait connaître à Montréal pour son incroyable propension à aller vers les gens. Surnommée la Fée du Mile-End, la dame a eu envie de faire la même chose avec les résidants de Sutton. Une expérience marquante pour elle, et qui laissera des traces aux quatre coins de la municipalité.

Depuis le 16 juillet et jusqu’au 30 juillet, Patsy Van Roost est en résidence à D’Arts et de rêves, ce lieu de création niché à Sutton et qui accueille régulièrement des artistes en arts visuels, littéraires et du cirque contemporain.

Son projet était à la fois simple, complexe et rempli d’humanité : rencontrer des gens et les écouter lui raconter un souvenir personnel lié à un lieu spécifique de Sutton. Un appel à tous sur la page Facebook Sutton Ami lui a permis de faire la connaissance d’une vingtaine de personnes qui en avaient tous long à raconter. « Je les rencontre chez eux, dans la grange d’Arts et de Rêves ou au Cafetier de Sutton », raconte la dame.

Des gens de tous les âges s’assoient devant elle, durant une heure ou deux, pour placoter, parler d’eux, partager un souvenir, raconter une anecdote... Et de cette multitude de mots, Patsy Van Roost n’en retient que quelques-uns.

« Je rapetisse le souvenir en une seule phrase qui commence toujours par “Là où...”, puis je la tricote — ou plutôt je la cure-pipe ! — pour ensuite l’installer à l’endroit où l’histoire a eu lieu. Cette phrase est un tout petit pourcentage de ce que j’ai entendu », dit-elle.

Et parole de Patsy Van Roost, « Sutton c’est comme dans un film ». « Tous les gens sont liés ensemble, c’est extraordinaire ! Il y a comme un fil qui passe à travers toutes ces personnes. J’ai des frissons sans arrêt. »

Coup du destin ou pure coïncidence, certaines rencontres ont été pour le moins surprenantes. Comme cette jeune femme qui, au détour de la conversation, a confié avoir déjà habité la ville belge de Marche-en Famenne... où Mme Van Roost a passé son enfance ! « En 30 ans, je n’avais jamais rencontré quelqu’un qui connaissait cet endroit ! », lance-t-elle en riant.

« Je pense que j’ai rencontré ici des gens que je devais rencontrer. »

Mais revenons à ces phrases modelées à l’aide de cure-pipes et qu’elle doit faire tenir, peu importe l’endroit. On en retrouvera notamment au Mont-Écho, au Cafetier, sur des maisons, à la Salle Gérard & Alec Pelletier et même à l’usine Filtex, qui sera bientôt démolie. Pour ce lieu en particulier, l’artiste a adapté une phrase lue dans un article de La Voix de l'Est au sujet de l'ancienne usine. « Là où elles ont fait tourner l’usine et l’économie de Sutton à la sueur de leur front », a-t-elle écrit en trois parties qu’elle a réussi à installer sur la vieille clôture entourant l’usine.

Devant l'ancienne usine Filtex, une phrase en trois parties a été accrochée.

À la fin du mois, une fois son projet terminé, Patsy Van Roost reprendra la direction de Montréal, mais laissera derrière elle toutes ces phrases géantes accrochées un peu partout en territoire suttonais. « Jusqu’à ce qu’elles partent d’elles-mêmes. »

Il reste encore quelques jours pour prendre part à cette collection de souvenirs. Si des gens veulent rencontrer Mme Van Roost, il faut faire vite et la contacter par courriel à vr.patsy@gmail.com.

Par ailleurs, pour entendre la dame raconter son aventure, on se présente le dimanche 28 juillet de 15 h à 16 h à D’Arts et de rêves, 57, rue Principale Nord à Sutton. Dans l’heure précédente, il sera possible de participer à un atelier ludique avec la poète et auteure jeunesse Jeanne Painchaud, aussi en résidence à D’Arts et de rêves au même moment.