Nicholas Aumais a récemment adapté La course des tuques en album et en roman jeunesse.

Nicholas Aumais: les défis de l’adaptation

Adapter un film d’animation en album ou en roman jeunesse n’est pas une mince tâche. D’autant plus quand on doit le faire à partir d’un scénario inachevé. C’est pourtant ce qu’a réalisé Nicholas Aumais avec La course des tuques.

L’auteur viendra d’ailleurs faire son tour à la bibliothèque municipale de Roxton Pond le 7 mars prochain (la veille de la sortie du film en DVD) pour parler des défis auxquels il a dû faire face dans cette aventure. « Le plus gros a été de m’adapter au fur et à mesure que je recevais de nouveaux éléments du scénario », a-t-il mentionné brièvement en entrevue avec La Voix de l’Est. « Les enfants pourront également découvrir certaines choses sur le film auxquelles on a accès seulement lorsqu’on travaille en coulisses... »

Si la maison d’édition, Édito, a souhaité faire paraître les bouquins deux semaines avant la sortie du film sur grand écran — une première au Québec —, c’est beaucoup pour profiter de la visibilité qu’allait lui offrir le Salon du livre de Montréal, laisse savoir M. Aumais.

Pour rédiger son album destiné aux enfants âgés de 3 à 5 ans, il admet avoir regardé le film — en tout ou en partie — au moins 70 fois. « Je le connaissais par coeur ! »

C’est ce que ça prenait, dit-il, pour résumer ses quelque 100 minutes en moins de cinquante pages, et ce en utilisant très peu de mots.

Roman adapté

Pour ce qui est du roman, qui s’adresse davantage aux enfants âgés de 6 à 10 ans, ce fut une tout autre histoire puisque la commande ne consistait pas à être fidèle à 100 % au scénario, mais bien à en faire une adaptation. « On voulait que les jeunes retrouvent leurs héros, mais aussi leur donner un petit plus, une petite twist spéciale pour leur livrer un vrai roman d’aventures avec une touche d’humour pour garder le ton des Tuques », a expliqué l’auteur, précisant au passage que l’introduction du livre est d’ailleurs bien différente de celle du film.

Nicholas Aumais n’en était pas à sa première expérience d’adaptation littéraire. Il avait auparavant signé l’album de La guerre des tuques 3D ainsi que celui du tout premier film d’animation 3D entièrement fait au Québec, La légende de Sarila (2013). Il agit également à titre de conseiller en littérature jeunesse et édition pour Bayard et Milan.