Retour sur 2019: notre meilleur des albums

Pour déjouer l’ennui, Pierre Lapointe

Après le très orchestral La science du cœur et la parenthèse rock des Beaux sans cœur, Pierre Lapointe est revenu tout en douceur avec Pour déjouer l’ennui, troisième volet d’une trilogie conclue par un joli bouquet de pièces sans âge, qui s’inscrivent dans la tradition de la chanson française si chère à l’auteur-compositeur-interprète. Une poésie soignée, des musiques subtilement arrangées et des tableaux humains et d’une grande beauté. Geneviève Bouchard

Fear Inoculum, Tool

Fear Inoculum marquait le retour de Tool après silence discographique de 13 ans — on ne perdait rien pour attendre. L’album poursuit l’exploration de 10 000 Days, amalgame parfaitement maîtrisé de métal-prog, de rock alternatif et de longues envolées atmosphériques. Du grand art. Éric Moreault

Sainte-Foy, KNLO

Avec ce nouvel album solo (accompagné quelques mois plus tard d’un recueil de textes) le rappeur originaire de Sainte-Foy, a poussé la machine en compagnie de son complice Vlooper du groupe Alaclair Ensemble pour échafauder une œuvre à la fois personnelle et pertinente, réjouissante et aboutie. Voilà une collection de chansons musicalement imaginative, empreinte d’un groove irrésistible. Geneviève Bouchard

Help Us Stranger, The Raconteurs

Dix ans après Consolers of the Lonely, on se demandait si The Raconteurs était mort et enterré. Oh! que non! Le supergroupe de Jack White et Brendan Benson se porte plutôt bien, merci. Help Us Strangers propose une douzaine de titres d’un rock basique, sans fioritures, misant sur l’énergie, les harmonies et la cohésion d’un quatuor qui sonne de plus en plus soudé. Un album qu’on n’espérait plus… Éric Moreault

Ghosteen, Nick Cave & The Bad Seeds

Quatre ans après la mort de son fils Arthur, Nick Cave propose une lancinante et magnifique œuvre qui se veut un effort pour faire cohabiter une insupportable douleur et l’espoir, malgré l’âge et le déclin, d’une vie meilleure. Le chanteur et ses Bad Seeds ont opté pour une instrumentation minimaliste et un chant psalmodié. En résulte une émouvante mélancolie, profondément remuante. Un des plus beaux albums de 2019. Éric Moreault

When We All Fall Asleep, Where Do We Go?, Billie Eilish

Véritable phénomène musical de la dernière année, l’adolescente Billie Eilish fascine petits et grands avec une pop polymorphe qu’elle forge avec son grand frère Finneas. Ce premier album s’avère surprenant, parfois un brin déstabilisant dans son imagerie (appuyée par ses vidéoclips) et terriblement mélodique. Voilà une nouvelle force en puissance qui risque de faire des vagues dans la prochaine décennie. Geneviève Bouchard

Wave, Patrick Watson

Endeuillé, Patrick Watson a pansé ses plaies en musique de magnifique manière sur Wave, un sixième album à la fois intense et intimiste, porté par des cordes somptueuses, un talent de mélodiste qui ne se dément pas et un très beau travail d’harmonies vocales. Une succession de tableaux mélancoliques, mais certainement pas dénués de lumière, nourris de crescendos qui nous happent d’envoûtante manière. Geneviève Bouchard

Feu, Laurence Nerbonne

Résolument actuel sur la forme comme sur le fond, ce deuxième album solo de Laurence Nerbonne est l’œuvre d’une artiste qui voit grand et qui se permet d’oser. De la pop teintée de hip-hop efficace, féministe et frondeuse, portée par une tonne d’attitude, un discours assumé et beaucoup de talent. Geneviève Bouchard

Objets perdus, Evelyne Brochu

Avec la complicité de son grand ami musicien Félix Dyotte, l’actrice Evelyne Brochu n’a pas raté son saut en chanson avec ce premier album d’une élégance un brin surannée, nettement ancré dans une tradition de chanson française. Des pièces à la fois rétro et actuelles d’une douceur soignée, brodées avec intelligence et délicatesse. Geneviève Bouchard

thank u, next, Ariana Grande

Arrivé six mois après le précédent album de la jeune vedette pop, cet album a résonné comme un coup de gueule bien assumé, après des moments éprouvants pour la chanteuse. Créé en seulement deux semaines avec une garde rapprochée, thank u, next incarne en musique cette idée d’indépendance et de maturité. Voilà une collection cohérente et vocalement solide. Ariana Grande n’en a fait qu’à sa tête… Et ça lui va bien. Geneviève Bouchard