Michel Legrand en 2004, au Festival international musique et cinéma à Auxerre, en France

Michel Legrand: un «compositeur immense» s'est éteint

Le célèbre compositeur, chanteur et pianiste français Michel Legrand est décédé dans la nuit de vendredi à samedi à Paris, à l'âge de 86 ans.

Michel Legrand était reconnu mondialement pour les dizaines de musiques de film qu'il a composées, notamment pour les inoubliables Les parapluies de Cherbourg et Les demoiselles de Rochefort.

Au cours de sa longue carrière s'étalant sur près de sept décennies, il a obtenu trois Oscars, entre autres pour la chanson Les moulins de mon coeur, tirée du film L'affaire Thomas Crown en 1969.

D'origine arménienne et française, Michel Legrand est né le 24 février 1932 à Bécon-les-Bruyères, en banlieue de Paris.

Dès l'enfance, il apprivoise rapidement l'instrument qui deviendra son partenaire de vie : le piano. À l'âge de seulement 9 ans, il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où il étudiera sept ans.

Au début de sa carrière, dans les années 1940 et 1950, il passe du jazz aux variétés. Pendant cette période, il travaillera notamment avec Maurice Chevalier et Henri Salvador.

En 1958, il fait un voyage aux États-Unis qui lui permettra de rencontrer les plus grands du jazz : Bill Evans, Ben Webster, Miles Davis, Art Farmer et John Coltrane.

Dans les années 1960, il écrit la musique des films de la Nouvelle Vague. Il compose la musique des oeuvres de Jean-Luc Godard, Agnès Varda, mais c'est avec Jacques Demy — celui qu'il appellera son «frère de sang» — que naîtra sa collaboration la plus prolifique.

La collaboration Legrand-Demy produira 10 films très populaires, dont Les parapluies de Cherbourg, Les demoiselles de Rochefort, sans oublier Peau d'âne.

Michel Legrand avec sa femme, l'actrice française Macha Meril, en 2015

Au Québec

M. Legrand a toujours clamé son amour pour le Québec, où il a effectué plusieurs tournées. Il a aussi figuré à la programmation du Festival international de jazz de Montréal à quelques reprises, partageant notamment la scène de la salle Wilfrid-Pelletier de Montréal avec Ginette Reno en 1986.

«J'ai rencontré Michel Legrand il y a 10 ans à Los Angeles et nous parlions d'un spectacle de jazz ensemble. Moi j'ai toujours eu ce que j'ai voulu dans la vie mais toujours in God's time. C'est lui qui décide en haut. Moi je souhaite et tout arrive fatalement. Je ne désire pas parce que désirer, c'est souffrir», avait raconté Mme Reno au journal La Presse à l'époque.

Il a aussi collaboré à des récitals avec Mario Pelchat en 2009.

«C'était un défi de taille. Je voulais être à la hauteur, s'est rappelé le chanteur. À défaut de l'impressionner, je ne voulais pas lui déplaire [...]. Je lui ai dit que j'étais terrorisé. Il m'a rassuré : "On va avoir du plaisir, on fait de la musique. Ne vous en faites pas". J'ai continué à travailler très fort et quand il est arrivé, j'étais prêt. Je me sentais d'attaque. J'étais comme un lion.»

M. Pelchat se souvient de Michel Legrand comme d'un virtuose. «Il était excessivement exigeant. Je l'ai vu être dur avec des preneurs de son, des musiciens ou son équipe autour. Il n'a jamais été comme ça avec moi. Il m'a toujours respecté. On a toujours eu une forme de respect et d'affection un envers l'autre», a-t-il dit en entrevue à La Presse canadienne.

Deux ans auparavant, Michel Legrand avait reçu un doctorat honoris causa de musique de l'Université de Montréal qui lui avait rendu hommage en présentant un concert au cours duquel son Concertoratorio avait été présenté en première nord-américaine.

«La venue chez nous de Michel Legrand, compositeur de la musique de quelque 250 films, représente elle aussi une contribution inestimable alors que la Faculté s'apprête à accueillir les premiers étudiants du programme [de la maîtrise en composition de musique de film et d'application]», avait alors déclaré le doyen de la Faculté de musique de l'Université de Montréal, Jacques Boucher.

Michel Legrand devait d'ailleurs donner plusieurs concerts en juin prochain à Montréal et Québec, dans le cadre d'une tournée internationale. Il devait être accompagné au Québec par l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières (OSTR).

«C'est une oeuvre immense pour un compositeur immense. C'était quelqu'un d'éminemment créatif, qui avait apporté beaucoup à la musique d'aujourd'hui et du XXe siècle. Il est de la même trempe que John Williams», a dit la directrice générale de l'OSTR, Natalie Rousseau, en entrevue à La Presse canadienne.

Les grandes dates de Michel Legrand

  • 24 février 1932 : naissance à Paris
  • 1949 : diplômé du Conservatoire de Paris
  • années 50 : directeur musical de Maurice Chevalier, arrangeur pour Henri Salvador et Zizi Jeanmaire
  • 1955 : compose sa première musique de film pour Les amants du Tage d'Henri Verneuil
  • 1958 : enregistre Legrand jazz avec Miles Davis, John Coltrane et Bill Evans
  • Années 60 : collabore avec les réalisateurs de la Nouvelle Vague, dont Jean-Luc Godard, Agnès Varda, Claude Chabrol et surtout Jacques Demy pour lequel il compose la musique de Lola (1961), Les parapluies de Cherbourg (1964), Les demoiselles de Rochefort (1967) et Peau d'âne (1970)
  • 1966 : s'installe à Hollywood
  • 1969 : premier Oscar de la meilleure chanson originale pour Les moulins de mon coeur, tirée de la musique qu'il a composée pour L'affaire Thomas Crown (Norman Jewinson)
  • 1972 : remporte un Oscar pour la musique d'Un été 42 (Robert Mulligan)
  • 1984 : remporte un Oscar pour la musique de Yentl (Barbra Streisand)
  • Fin 2018 : le film Peau d'âne est pour le première fois monté en comédie musicale au théâtre Marigny  AFP

Plusieurs personnalités réagissent

Voici quelques réactions à la suite de l'annonce de la mort du compositeur français Michel Legrand :

«Mes sympathies à ses proches dont sa femme Macha Méril qui a joué, entre autres, la mère de Pierre Lambert dans Lance et compte. Sa chanson Un parfum de fin du monde raisonne dans ma cuisine ce matin. Dis on se reverra?»

Julie Snyder (Instagram)

---

«Je suis profondément peinée d'apprendre le décès de Michel Legrand. Un homme exceptionnel, un brillant compositeur... un des grands de notre époque. Il vivra à travers sa musique pour toujours. Mes pensées accompagnent sa famille et ses proches.»

Céline Dion (Twitter)

---

«Cibole. Je braille.»

Dan Bigras (Twitter)

---

«Michel, c'était comme un enfant. C'était un homme qui s'émerveillait de peu de choses et des petites choses ou des grandes choses naturelles. Il s'émerveillait devant la nature. C'était quelqu'un d'une grande sensibilité. Il lisait Aragon. Il lisait de la poésie. On écoutait du classique dans son salon. C'était quelqu'un qui était beau à voir parce qu'il était passionné dans tout ce qu'il faisait. C'était un amoureux du beau, de tout ce qui était vertueux.»

Mario Pelchat (à La Presse canadienne)

---

«C'est une oeuvre immense pour un compositeur immense. C'était quelqu'un d'éminemment créatif, qui avait apporté beaucoup à la musique d'aujourd'hui et du XXe siècle. Il est de la même trempe que John Williams.»

Natalie Rousseau, de l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières (à La Presse canadienne)

---

«Autour des années 80, quand on appelait Michel Legrand et qu'il ne pouvait répondre, sa secrétaire disait "Monsieur est à cheval". C'était classe! Bonne dernière randonnée, M. Legrand.»

Claude Fournier (Twitter)

---

«C'est toute la chanson, la musique, la danse et le cinéma qui pleurent #MichelLegrand. Sortons nos parapluies : il a su braver la foudre, libérer par son talent la création de tant de chasses gardées. Legrand était le plus grand de la lyrique en tout et pour tous.»

Michaëlle Jean (Twitter)

---

«Michel Legrand a écrit la musique d'une des chansons que j'aime le plus interpréter en spectacle : How Do You Keep The Music Playing?. Sa musique est éternelle et nous continuerons de la chanter. Il était un merveilleux compositeur et un être humain charmant. Il nous manquera.»

Tony Bennett (Facebook)

---

«J'ai eu le plaisir de travailler avec Michel en 1966 lorsqu'il a signé les arrangements de mon album en langue française Je m'appelle Barbra. Nous avons ensuite collaboré plusieurs fois ensemble. Sa belle musique sera éternelle. Je vais chérir les souvenirs de ma collaboration avec lui.»

Barbra Streinsand (Twitter)

---

«Repose en paix mon ami et mon frère, Michel Legrand. Tu resteras toujours l'un des plus grands compositeurs et auteurs qui aient jamais couché la plume sur le papier. Tu me manqueras beaucoup, mon ami, mais je garderai chaque moment que nous avons passé ensemble dans un studio et dans la vie, à jamais...»

Quincy Jones (Twitter)

---

«Il nous laisse des mélodies éternelles, des chansons magnifiques. Sa discipline et son exigence étaient féroces, avec les autres mais aussi avec lui-même, car il avait toujours à coeur de toucher au plus près la perfection. Dans ma vie de chanteuse, avec nos duos ou ses chansons que j'ai servies avec la plus profonde sincérité, Michel Legrand restera l'un de mes grands maîtres.»

Nana Mouskouri (communiqué à l'AFP)