Les Rolling Stones remercient leur étoile chanceuse, reconnaît Ron Wood

TORONTO — Tout compte fait, les Rolling Stones se considèrent comme chanceux de nos jours, dit le guitariste Ron Wood.

La chirurgie cardiaque au chanteur Mick Jagger qui a mis en péril la tournée nord-américaine du groupe ne remonte qu'à quelques mois, mais la formation est prête à remonter sur les planches.

«Nos remercions nos étoiles chanceuses», s'est exclamé Wood, à quelques jours de la seule étape canadienne de la tournée des Rolling Stones, le 29 juin, à Oro-Medonte, à environ 130 kilomètres au nord de Toronto

«C'est vraiment quelque chose qui est arrivé du champ gauche. Nous n'étions pas prêts à cela.»

L'annonce de l'opération subie par Jagger peu de temps après le début des répétitions a surpris ses partenaires de jeu.

«Il nous a appelés dans sa chambre. Nous savions que c'était pour nous annoncer quelque chose de grave, raconte le guitariste. Il avait besoin d'un peu de soutien, ce que nous lui avons donné.»

Les médecins avaient ordonné au chanteur de ranger son micro, du moins temporairement, afin qu'il puisse recevoir un traitement médical. Personne ne pouvait prédire combien de temps la convalescence de l'homme âgé de 75 ans.

Wood a reconnu que le groupe était «tout estomaqué» par ces développements, mais ils se sont tous ralliés autour de Jagger avant de se séparer.

Keith Richards a rassemblé sa famille et a rejoint celle de Woods aux îles Turks-et-Caïcos pour «surmonter le choc».

«Nous avons simplement tenté de demeurer positifs et d'attendre que la chirurgie soit terminée, se souvient Ron Wood. Quand nous avons appris de Mick que tout s'était bien passé, nous avons poussé un soupir de soulagement. Nous avons pu reprendre notre vie à nouveau.»

La tournée No Filter (Sans filtre) n'a pas été trop perturbée par l'opération. La date du concert canadien des Rolling Stones n'a pas été déplacée.

Wood se dit persuadé que la soif renouvelée du groupe pour la scène leur permettra de présenter un bon concert.

«La barre sera haute, nous en serons dignes, j'espère. De la façon dont nous jouions au cours des répétitions, je peux dire que nous sommes prêts. Nous n'avons maintenant besoin que d'un public.»

Le groupe a même testé une scène secondaire où il se déplacera pour présenter une partie acoustique au cours de laquelle les fans pourront entendre «Play with Fire» et «Sweet Virginia», indique Wood.

«Nous avons été soudainement des gens qui pensaient avoir tiré le mauvais numéro, plaisante-t-il. Nous interpréterons de vieilles chansons, un truc qui m'emballe vraiment.»

Plusieurs groupes canadiens, dont les Glorious Sons, the Beaches et Sloan, réchaufferont les spectateurs avant l'arrivée des Stones sur la scène.

Et on ne doit pas s'attendre que Ron Wood profite de la légalisation de la marijuana pendant son séjour canadien. Il prétend qu'il «ne se droguait pas vraiment à l'époque» et qu'il n'a pas envie de recommencer maintenant.

«En fait, je suis dans ma dixième année de sobriété», confie-t-il. Les ordres du médecin.»