Eli Bissonnette en 2011
Eli Bissonnette en 2011

Les employés de Dare To Care se dissocient d’Eli Bissonnette

Pendant que le patron de la compagnie de disques Dare to Care (DTC), Eli Bissonnette, quittait ses fonctions, jeudi, ses employés ont pris la plume pour se dissocier publiquement de lui et de ses agissements, dans la foulée d’allégations d’inconduites sexuelles dirigées notamment vers le musicien Bernard Adamus.

«Nous sommes 25 humains bouleversés qui en ce moment ressentent la honte, la culpabilité, la colère, la tristesse et plein d’autres émotions que nous n’arrivons pas à nommer. Ces émotions sont en lien avec deux individus, soit Bernard Adamus et Eli Bissonnette, qui ont commis des gestes répréhensibles et desquels nous nous dissocions», peut-on lire dans un long statut publié sur la page Facebook de Dare To Care Records et de sa filiale Grosse Boîte.

La missive décrit une «expérience professionnelle» où des comportements «déplacés» étaient «endossés et normalisés trop souvent».

«Nous n’avons pas été en mesure de créer un espace sécuritaire pour que les voix soient entendues et nous avons manqué d’écoute à plusieurs reprises. Nous en sommes sincèrement désolés», peut-on lire dans le document.

L’équipe précise préparer l’avenir de la compagnie sans son fondateur, Eli Bissonnette. «Concrètement, il n’est déjà plus présent au sein du comité de direction et ne prend plus part à aucune réunion, décision ou discussion avec les membres de notre équipe, est-il mentionné. Nous avons bien conscience qu’il est toujours l’unique actionnaire de Dare To Care et que c’est un problème. Nous envisageons donc la voie de la médiation pour modifier notre structure afin d’assurer la continuité de nos opérations. Nous nous engageons également à rompre tout lien avec des artistes, collaborateurs et partenaires visés par des allégations ou agissements qui ne correspondent pas aux valeurs que l’on souhaite véhiculer.»