Lara Fabian
Lara Fabian

Lara Fabian: une «opportunité» pour réaligner ses priorités

Au-delà de l’inquiétude, du confinement et des morts qu’a provoqués la COVID-19, Lara Fabian voit ce bouleversement de sa vie comme une «opportunité» pour réaligner ses priorités.

«J’appelle ça le cadeau mal emballé», illustre la chanteuse internationale, en entrevue téléphonique de sa résidence à Montréal où elle est confinée depuis mi-mars. 

Malgré tout le côté anxiogène de la situation, Lara essaye de voir le bon côté des choses en profitant au maximum de sa famille à la maison, elle qui passe la grande majorité de son temps dans des avions, des hôtels et divers pays dans le monde. 

«C’est fou en fait. C’est un privilège d’avoir le temps d’être en famille, de redécouvrir qui sont les gens avec lesquels on vit, explique-t-elle. Bien souvent à cause de nos vies, de nos urgences et de nos besoins de survie, on ne pouvait échanger que le minimum.»

Le jour où tout a basculé 

Quelques jours avant que le premier ministre François Legault annonce la mise en pause du Québec avec la fermeture des commerces et des entreprises non essentiels, Lara Fabian se trouve dans son studio aménagé dans sa maison montréalaise avec Moh Deneb pour travailler sur l’album de Félix Lemelin (ex-participant à l’émission La Voix). 

«Ma fille rentre de l’école et elle me dit : “Tu n’as pas vu les nouvelles. Les écoles ferment à partir de demain. On dirait que le monde va s’arrêter”», raconte-t-elle.

Lara allume alors la télévision et tombe sur les images des Italiens confinés qui chantent l’hymne national à leur fenêtre. «J’étais sidérée d’émotions. Je me suis assise et je me suis mise à pleurer comme une madeleine», confie-t-elle. 

Moh Deneb lui propose alors de retourner au studio pour écrire une chanson. «J’ai appelé mon amie Élodie Hesme en France et on a écrit le texte.»

LIRE AUSSI : Lara Fabian dévoile Nos coeurs à la fenêtre en hommage aux personnes en première ligne

Sa fille et son conjoint, le magicien italien Gabriel Di Giorgio, entendent la mélodie de Mon cœur à la fenêtre et se mettent à fredonner. «C’est ma famille qu’on entend dans les chœurs», glisse Lara. 

Une fois la chanson enregistrée, Lara mobilise toutes les personnes autour d’elle, son équipe, ses fans et des personnalités pour créer le vidéoclip. «J’ai eu des réponses rapidement. On a reçu plus de 1000 vidéos.»

Une journée type

Comme la grande majorité des humains dans le monde, Lara Fabian a vu son emploi du temps voler en éclat avec la pandémie. Le 4 avril, elle devait normalement se produire au Centre Vidéotron pour présenter 50 World Tour. Le concert a été repoussé une première fois au 21 juin. Mais il a dû être annulé en raison de l’interdiction de tenir des rassemblements jusqu’à nouvel ordre. L’équipe de Lara travaille actuellement pour trouver une nouvelle date. 

Elle rythme donc ses journées sur celle de sa fille et de son conjoint et profite de chaque instant pour vivre de nouvelles choses en famille.

Lou, sa fille, suit les cours de son collège via Skype. «Pendant ce temps, je fais mon école à moi», relate Lara qui a été tenue très occupée avec Nos cœurs à la fenêtre

La famille décide ensemble ce qu’elle prépare pour souper. «On est tous les trois dans la cuisine pour décider des recettes avec ce qu’on a.» «On chante, on joue à des jeux de société, on regarde des films qu’on n’a jamais eu l’occasion de voir ou des films qu’on avait regardés respectivement et on en discute à table.»

La famille en Europe

Si sa maison est située au Québec, Lara n’oublie pas sa famille en Europe, en Belgique et en Italie. «On se parle tout le temps, on se skype, se texte. On est encore plus proche qu’avant», mentionne Lara, qui trouve tout de même la distance difficile. 

Son papa vit en Belgique. Par chance, de nombreuses personnes se relaient pour savoir s’il a besoin de quelque chose. 

On ne sait pas quand la planète va retrouver une vie normale et comment les gens se comporteront après cette épreuve, mais pour Lara Fabian, une chose est sûre, sa vie ne sera plus jamais la même.