L’autrice-compositrice-interprète Amelie No
L’autrice-compositrice-interprète Amelie No

La crise vue par... Amelie No

La pandémie de la COVID-19 a durement secoué la communauté artistique. Tout comme plein de leurs concitoyens, chanteurs, dramaturges, auteurs et compagnie ont vu leurs vies bouleversées. Les journalistes des six coopératives ont eu le goût de savoir ce que la situation changeait dans leur pratique, leur quotidien, mais aussi ce que la crise suscitait comme réflexion. Certains nous en ont parlé, d’autres ont pris la plume pour vous en faire part. Aujourd’hui, l’autrice-compositrice-interprète Amelie No se confie.

«Dans toute épreuve on peut voir le fossé se creuser entre le beau et le laid, le bon et le moins bon. En cette période surréelle, je constate et j’apprends. Je pense que cette pause, c’est notre maison qui nous l’impose. La terre a besoin de prendre un moment pour elle ; ne plus être dans l’extrême tolérance et dans l’hyper-performance.

J’essaie d’apprendre ce qu’elle veut nous enseigner, mais je dois avouer que c’est un grand défi. D’abord parce que le temps que je peux m’accorder est limité, compte tenu du fait que notre beau garçon de cinq ans est toujours à la maison. C’est un grand privilège qui vient, par moment, avec son lot de pression. Comme bien d’autres gens, j’ai perdu mes deux emplois.

Cependant, il y a quand même une montagne de choses à faire et j’essaie de ne pas entrer trop dans la culpabilité quand ça n’avance pas assez vite. Ça prend beaucoup de résilience et de lâcher prise. Lenteur. D’un autre côté, je ressens beaucoup de reconnaissance. J’ai la chance de pouvoir aider mes parents en leur apportant l’épicerie et ça me fait un grand bien. Je pense à mon frère qui habite à l’extérieur et je sais qu’il aimerait tellement pouvoir aider également!

Je suis reconnaissante de passer ce moment avec ma petite famille, de notre santé, d’avoir un toit, de pouvoir prendre des marches et des rires. Simplicité.»