La rappeuse torontoise Haviah Mighty

Haviah Mighty: jeu de puissance

Quand ton nom de famille se traduit par «puissante», difficile de jouer la carte de l’ingénue. La rappeuse Haviah Mighty a fait honneur à son patronyme en développant son art de percutante manière. Lauréate du prix Polaris pour son premier album solo, «13th Floor», la Torontoise s’amène à Québec pour lancer les festivités du jour de l’An à la place George-V. Et ça risque de déménager.

Reconnue pour ses prestations explosives, Haviah Mighty se réjouit de ce deuxième rendez-vous en moins d’un an avec le public de Québec, elle qui s’était produite au Festival d’été de Québec (FEQ) en juillet. Visiblement, elle a fait bonne impression, puisque l’équipe de 3E, qui pilote le FEQ, l’a sollicitée pour prendre part au nouveau festival hivernal Toboggan, qui animera en mode musique urbaine la place George-V du 28 au 31 décembre (les trois premiers soirs sont payants, mais le site sera accessible gratuitement pour la Saint-Sylvestre).

«Je me demande souvent quoi faire pour la veille du jour de l’An», lance au bout du fil l’énergique rappeuse. «Je trouve ça excitant de célébrer la nouvelle année avec des gens qui viennent d’un autre coin de pays, qui viennent fêter avec d’autres musiciens et de la musique actuelle, ajoute-t-elle. J’ai hâte de célébrer en assistant à la prestation des têtes d’affiche [le duo électro Loud Luxury] et des feux d’artifice. J’ai cette aspiration d’être un jour celle qui joue pendant les feux d’artifice. Ça serait vraiment cool. Disons que je me rapproche de ça! C’est bien d’être incluse là-dedans.»

Pour Haviah Mighty, qui vient tout juste de souffler ses 27 chandelles, l’année 2019 aura été intense jusqu’au bout. Celle qui rappe depuis l’adolescence a lancé en mai 13th Floor, un premier album à son nom qui a cumulé les éloges. Celui-ci lui a valu le prix Polaris, remis par un jury de critiques au meilleur album canadien de 2019.

«Il s’est passé tellement de choses cette année, observe-t-elle. C’est exceptionnel. Je ne suis pas encore habituée à tout ce qui m’arrive. C’est un peu surréaliste. Ce qui se passe me rend heureuse. Je suis juste excitée de continuer. D’avoir l’attention de tous ces gens me fait réfléchir encore plus fort aux décisions que je vais prendre pour la suite.»

Haviah Mighty en prestation au gala où elle a remporté le prix Polaris en septembre.

Crédibilité

Croyant peu à ses chances de gagner le Polaris, la rappeuse — première femme noire à avoir remporté le prestigieux prix — n’avait pas préparé de discours. «Je n’y croyais pas, indique-t-elle. La réaction autour de moi a été tellement forte. J’étais euphorique. Me rendre sur scène était comme de marcher sur un nuage.»

Haviah Mighty résumerait l’«effet Polaris» en termes de crédibilité. «Ça m’a donné de la légitimité comme musicienne et ça m’a donné des moyens en tant qu’artiste, précise-t-elle. Ça m’a donné encore plus confiance en moi et ça fait que les gens ont davantage confiance en moi. C’est certain que ça change les perceptions des promoteurs. Ç’a été le plus grand changement.»

Même avant les éloges et les hommages, 13th Floor représentait un jalon important pour celle qui peaufine son écriture et son interprétation depuis 10 ans, notamment au sein du groupe The Sorority. «C’est mon album le plus important, confirme-t-elle. C’est drôle parce qu’en faisant du ménage, je suis retombée sur des enregistrements que j’avais fait quand j’avais 14, 15 ou 16 ans. Je me suis rendu compte que beaucoup du contenu que je travaillais à cette époque a trouvé écho dans 13th Floor. Ce n’était pas raffiné, je ne les publierais pas maintenant. Mais plusieurs thèmes et concepts étaient déjà là. Les intentions étaient les mêmes. C’est comme si je m’entraînais pour me rendre où je suis maintenant. Je suis seulement reconnaissante de pouvoir dire ce que j’ai toujours eu envie de dire et que ce soit finalement entendu.»

Haviah Mighty lancera les festivités du 31 décembre dès 20h30 à la place George-V. Elle sera suivie des DJ Sleppy Tom et Loud Luxury, qui feront danser les fêtards jusqu’à 1h. L’accès est gratuit.

Les amateurs de musique traditionnelle pourront de leur côté se tourner vers la place de l’Assemblée-Nationale, où La famille Painchaud et 2Frères ont été mandatés pour défoncer l’année. Les tireux d’roches seront de la partie dès 20h30.

Des feux d’artifice seront lancés de part et d’autre des sites pour accueillir 2020. Détails et programmation complète au www.tobogganfestival.com

+

Le rappeur ScHoolboy Q

À VOIR AUSSI AU FESTIVAL TOBOGGAN

28 décembre dès 20h30

Fafa Khan

Zedd

29 décembre dès 20h30

Domeno 

DVBBS

30 décembre dès 20h30

Lary Kidd

ScHoolboy Q

Les spectacles sont présentés à Place George-V. Laissez-passer en vente au coût de 60 $ (plus frais de services de 6,10 $) au www.tobogganfestival.com. La soirée du 31 décembre est accessible gratuitement.