Le groupe Electric Neon Clouds, formé des frères Tommy, Jérémy et Alex Cornellier, seront en spectacle jeudi, au District Saint-Joseph, pour présenter une douzaine de chansons.

Electric Neon Clouds: la métamorphose de trois frères

Jérémy, Alex et Tommy Cornellier n’étaient même pas au secondaire lorsqu’ils ont lancé leur groupe My Hidden Side, en 2011, dans le sous-sol de la résidence familiale de L’Ancienne-Lorette. Les trois frères, qui ont bien grandi depuis, s’apprêtent à franchir une nouvelle étape de leur «jeune» carrière avec la naissance de Neon Electric Clouds, qui marque une rupture dans leur style musical.

Jeudi soir, lorsque le trio montera sur la scène du District Saint-Joseph, c’est à l’aboutissement de plusieurs années de travail auquel le public sera convié. À travers le EP Memories, la formation a pris son temps pour fignoler une transition vers une veine synth-pop, nourrie aux influences de la pop des années 80 et du indie/alternatif moderne. Un changement de cap qui s’inscrivait naturellement dans l’évolution musicale des trois frangins.

«Vers 2015, on a traversé une période de flottement. On voyait un changement qui s’opérait, explique Alex, 18 ans. On a décidé de faire notre deuil (de notre ancien style), mais sans jamais renier ce qu’on avait fait avant.»

Conscients que leurs fans de la première heure n’allaient pas nécessairement les suivre dans leur métamorphose, les frères estiment qu’elle s’inscrivait dans la suite logique des choses. «C’est quelque chose qui est venu spontanément, qu’on avait besoin de faire, renchérit Jérémy, 20 ans, la voix principale du band. Pendant deux ans et demi, on n’a plus donné de shows pour se concentrer sur la composition de nouvelles chansons. C’était impossible de ne pas y aller, il fallait suivre ce flot naturel.»

«Avant, on faisait de la musique pour les jeunes de nos âges, renchérit le batteur du groupe, Tommy, le jumeau d’Alex. Notre public a vieilli, un peu comme nous, et en faisant la même musique qu’avant, c’est peut-être là qu’il aurait décroché.»

Exit donc les Simple Plan et Green Day de la première heure, et place aux sonorités d’une autre époque rappelant les Bruce Springsteen, A-Ha, Fleetwood Mac et autres Tears for Fears. En route vers «quelque chose de surréaliste, qui sonne plus grand que nature», dixit Jérémy.

Les jumeaux Alex (guitare) et Tommy Cornellier (batterie), 10 ans, et Jeremy (voix et basse), 12 ans, à l’époque du groupe My Hidden Side, en 2011.

Même si le groupe a chanté en français à une certaine époque, l’anglais a fini par s’imposer naturellement. Pour y arriver, le band a pu compter sur l’expertise de Vann Delorey (The Seasons, Pascale Picard) et de Chris Gehringer (Drake, Lady Gaga), du studio Sterling Sound de New York.

La musique avant le sport

Depuis que Jérémy a reçu comme cadeau de Noël une guitare électrique, la musique n’a cessé de prendre toute la place dans la vie de la fratrie. Papa et maman ont eu beau essayer de développer la fibre sportive chez leur progéniture, il n’y avait rien à faire, tout la ramenait à ses instruments. Les tympans de leurs voisins de jumelé de l’époque peuvent en témoigner...

«Personne nous a poussés à faire de la musique, mais personne nous en a empêchés non plus. Nos parents étaient très à l’écoute», glisse Jérémy. «On nous a appris qu’il était possible de faire ce que l’on veut si on y met beaucoup de travail», enchaîne Tommy.

Même s’ils vivent leur passion «à temps plein», les trois musiciens ne peuvent toutefois pas en faire un métier, du moins pas encore. Aussi Jérémy s’est-il spécialisé en post-production audio, tandis que Tommy fait dans le montage vidéo pour une entreprise de Saint-Roch. Seul Alex poursuit des études, en littérature au cégep.

Pour la suite des choses, Electric Neon Clouds souhaite ardemment atteindre les plus hauts sommets. «Le but ultime c’est de vivre de notre musique, mais l’important c’est de continuer tant qu’on va pouvoir», conclut Jérémy.

Electric Neon Clouds est en spectacle le 17 octobre, à 21h, au District Saint-Joseph.