Des sorties réconfortantes en 2020

Normand Provencher
Normand Provencher
Le Soleil
Geneviève Bouchard
Geneviève Bouchard
Le Soleil
Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Josianne Desloges
Collaboration spéciale
L’équipe des arts a épluché l’abondante offre culturelle hivernale pour vous donner le goût d’affronter la froidure et de sortir pour trouver du réconfort. Les choix de Geneviève Bouchard, Josianne Desloges, Éric Moreault et Normand Provencher.

1- Les mains d’Edwige au moment de la naissance

La Bordée du 14 janvier au 8 février

Écrite en 1998, cette pièce est considérée comme l’une des plus belles du vaste répertoire de Wajdi Mouawad. À travers le récit de la jeune Edwige (Marianne Marceau-Gauvin), l’auteur de Littoral et d’Incendies propose un texte basé sur la défense de nos valeurs sacrées et qui implique de se tenir debout devant l’adversité. «Il n’est pas tout d’avoir des convictions profondes, il faut les porter et se battre, et ce, peu importe le prix», souligne le metteur en scène Jocelyn Pelletier.

2- À l’affiche

Premier Acte du 25 février au 14 mars

L’adaptation de la pièce The Flick, lauréate du prix Pulitzer en théâtre en 2014, joué une soixantaine de fois sur les planches, aux États-Unis et au Canada anglais. Au cœur du récit, cette question : comment s’inscrire dans notre monde moderne en constante rapide évolution tout en restant vrai à soi-même? Angélique Patterson signe la traduction et la mise en scène.

Les voisins

3- Les voisins

Salle Albert-Rousseau du 14 au 16 février

La barre est haute pour la reprise de l’œuvre culte de Claude Meunier (coécrite avec Louis Saia en 1980). Le récit par l’absurde de trois couples de banlieue qui parlent de tout et de rien, mais sans jamais vraiment s’écouter, dans une ridicule tentative de sauver les apparences. Avec Guy Jodoin, Marie-Chantal Perron, Jean-Michel Anctil, Brigitte Lafleur, Rémi-Pierre Paquin, Marilyse Bourke, Pierre-Luc Funk et Catherine Brunet.

4- Dominique Fils-Aimé

Le 29 février au Palais Montcalm

La lauréate du Félix de l’album jazz de l’année et ancienne participante de La voix, qui tire son inspiration de la musique soul des années 40 à 60, au premier rang Billie Holiday, Etta James et Nina Simone, débarque avec un spectacle qui revisite de façon personnelle l’histoire des Noirs à travers les deux premiers volets d’une trilogie (Nameless et Stay Tuned!). Prometteur.

Chilly Gonzales

5- Chilly Gonzales

Le 16 janvier au Grand Théâtre

Un an et demi après son passage au Palais Montcalm, le flamboyant pianiste et compositeur canadien propose un nouveau spectacle élaboré autour des pièces de son cycle de trois albums (Solo Piano) et de quelques «belles surprises», en compagnie de Stella Le Page, au violoncelle, et de Joe Flory à la batterie. Un artiste déjanté, ce Gonzo, détenteur du record Guiness du plus long concert en solo (27 heures).

6- Les cabarets inattendus

La Chapelle

Proposant des «spectacles audacieux et différents», La Chapelle de l’arrondissement Vanier propose quelques noms intéressants d’ici au printemps. À surveiller Ghostly Kisses (6 février), Maude Audet et Elliot Maginot (13 février), Simon Kearney et Jérôme 50 (19 mars).

Pour qu’il y ait un début à votre langue

7- Pour qu’il y ait un début à votre langue

Périscope, du 21 au 25 janvier

N’ayant pas obtenu le financement escompté, Steve Gagnon a choisi de réduire le nombre de représentations à Québec de sa dernière création. Nous aurons donc seulement cinq occasions d’assister à ce spectacle sur la désobéissance inspiré de l’œuvre de Sylvain Trudel, où la poésie se fait aussi crue que belle.

8- Olivier Martineau

Salle Albert-Rousseau, 21 janvier et 24 mai

Dans son premier spectacle, Olivier Martineau disait «haïr tout le monde égal». Dans son deuxième solo, Parfa, l’humoriste revient à la charge et s’inspire — ou ancre son défoulement — dans l’imperfection dont on se contente dans notre société. On peut s’attendre à un regard cinglant, des images qui étonnent et des gags qui déferlent à vive allure.

Alex Nevsky

9- Alex Nevsky

Grand Théâtre, 24 janvier

Auteur-compositeur-interprète devenu personnalité télévisuelle grâce au concours La voix, Alex Nevsky a rebrassé les cartes pour son quatrième album, paru à l’automne : rythmes urbains, multiplication des collaborations, incursion dans le rap (comme cette surprenante rencontre avec le groupe Alaclair Ensemble). Du matériel qui annonce un spectacle dansant.

10- Laurence Nerbonne

Impérial, 25 janvier

Au printemps dernier, Laurence Nerbonne a proposé avec Feu un deuxième album sur lequel elle a forgé une pop accrocheuse et parfois frondeuse, résolument actuelle sur la forme comme sur le fond, fruit du travail d’une artiste qui voit grand et qui se permet d’oser. Les échos entendus de sa rentrée montréalaise s’avèrent fort prometteurs.

11- Korn

Centre Vidéotron, 27 janvier

Avec un treizième album (The Nothing) encore chaud, les pionniers de la scène nu metal Korn s’apprêtent à reprendre la route pour une tournée hivernale en compagnie de leurs confrères de Breaking Benjamin. Le duo anglais féminin BONES UK sera aussi de la partie pour l’occasion. De quoi brasser un peu la cage en ce début d’année…

12- Émile Bilodeau

Impérial, 22 février

En 2016, Émile Bilodeau a pris la scène d’ici d’assaut avec un premier album qui a rallié tant la critique que le public. Voilà qu’il reprend l’avant-scène avec les titres de Grandeur mature, un deuxième disque sur lequel il navigue entre le personnel et le collectif, offrant dans le détour une prise de position souverainiste bien affirmée.

La chanteuse torontoise Basia Bulat

13- Basia Bulat

Palais Montcalm, 23 avril

La chanteuse torontoise viendra défendre sur scènes son cinquième album, Are You in Love (sortie, 27 mars). Si on se fie à sa folk teintée de pop des quatre essais précédents, les spectateurs auront droit au ravissement que procure sa voix chaude et puissante ainsi que ses mélodies imparables. La multi-instrumentiste, qui a une préférence pour l’autoharpe et le piano, a récemment participé à l’hommage à Leonard Cohen organisé par son fils Adam — toute une accolade, fort méritée. Un incontournable.

Black Violin

14- Black Violin

Palais Montcalm, 16 avril

Intéressant mélange de cordes et de hip-hop, Black Violin, qui cumule pas moins de 150 spectacles par an, s’arrêtera pour la première fois au Québec ce printemps. Le duo, composé des altiste et violoniste américains Wil Baptiste et Kev Marcus, a suivi une formation classique avant de multiplier les collaborations avec, entre autres, Kanye West, Aerosmith et Wu-Tang Clan. 

15- Patrice Michaud et l’OSQ

Grand théâtre, 20 et 21 février

Au tour de l’auteur-compositeur-interprète Patrice Michaud de voir ses chansons réinventées par la soixantaine de musiciens de l’Orchestre symphonique de Québec cet hiver. Vu le charisme de l’artiste sacré deux fois interprète masculin de l’année par l’ADISQ et ses trois albums qui ont connu un succès autant critique que populaire, on s’attend à une rencontre fructueuse.

16- Pierre Lapointe

Grand théâtre, 17, 18, 19 février

Après son mémorable La science du cœur, présenté sur scène, de la plus intime à la plus orchestrale des manières, le grand Pierre Lapointe est de retour avec Pour déjouer l’ennui. «Un album qui fait du bien», disait-il en entrevue, «un bouquet de berceuses» qu’il entend livrer avec simplicité, douceur et mélancolie. Il sera accompagné de quatre musiciens, pour trois soirs dans l’intimité de la salle Octave-Crémazie.

Frida Kahlo, Autoportrait aux singes, 1943. Huile sur toile, 81,5 x 63 cm. La collection Jacques et Natasha Gelman d’art mexicain du 20e siècle et la Vergel Foundation

17- Frida Khalo, Diego Rivera et le modernisme mexicain

Musée national des beaux-arts du Québec, du 13 février au 18 mai

À travers 150 tableaux, œuvres et photographies rassemblés, on devrait avoir un intéressant portrait du mythique couple d’artistes et du modernisme mexicain. Déjà présentée un peu partout à travers le monde, cette exposition «éprouvée», signée par MondoMostre, comporte notamment 20 œuvres de Frida Khalo, qui n’a produit que 143 tableaux au cours de sa carrière. Ça s’annonce comme l’exposition incontournable de ce début d’année.

18- Roméo et Juliette

Trident, du 3 au 28 mars

Le classique de Shakespeare est passé sous la plume affûtée de Rébecca Déraspe, qui a coupé tout le superflu, promet la directrice artistique Anne-Marie Olivier. Celle-ci a confié la mise en scène à Jean-Philippe Joubert des Nuages en pantalon, qui a de belles explorations scénographiques et gestuelles derrière la cravate. L’imposante distribution compte 18 interprètes, et pas les moindres.

Marie-Pierre Arthur

19- Marie-Pierre Arthur

Impérial, 14 mars

Retour longuement attendu et désiré que celui de Marie-Pierre Arthur, qui a pris son temps pour concocter son quatrième album en carrière, à paraître le 24 janvier. Le premier simple qui circule, Dans tes rêves, et le teaser qui nous accueille sur son site Web montrent qu’elle n’a rien perdu de son talent pour arrimer les voix, les rythmes et les mélodies de manière envoûtante.

20- Le devisement du monde

Le Diamant, du 11 au 27 février

En 2006, Kevin McCoy signe Ailleurs. Ce remarqué solo multimédia s’inspire de son passage dans une école de francisation et son choc d’immigré à Québec. Puis en 2015, il propose Norge, une fascinante quête identitaire, mi-documentaire, mi-autofiction, qui suit l’Américain installé à Québec sur les traces de ses ancêtres en Norvège. Avec Le devisement du monde, le dramaturge clôt son triptyque migratoire, racontant sa visite au chevet de son père mourant. À la lumière des deux volets précédents, ce devrait être aussi ludique que touchant. Notez qu’il reprend les premières une fois pendant son séjour au Diamant et que les trois pièces seront réunies le 22 février.