En spectacle comme en studio, c’est l’aspect organique de la formation composée de sept amis qui marque le plus.
En spectacle comme en studio, c’est l’aspect organique de la formation composée de sept amis qui marque le plus.

Collectif hip-hop O.G.B: un nouvel album étonnant

Léa Martin
Léa Martin
Le Soleil
Un album authentique et bien ficelé pour le deuxième opus d’Original Gros Bonnet sorti le 28 août : Tous les jours printemps. Rencontre avec un groupe qui est encore jeune, mais qui a roulé sa bosse.

Sorti en primeur sur le site d’ICI Musique, Tous les jours printemps montre qu’O.G.B a acquis une belle maturité musicale en laissant place aux influences de tous leurs membres avec des sonorités jazz, hip-hop ou même shoegaze dans un produit harmonieux.

Un projet beaucoup moins pop que leur premier opus, mais qui dévoile une profondeur étonnante. Si Franky Fade s’inspire surtout de rappeurs américains comme Kendrick Lamar, Young Thug, Aminé ou le groupe Brockhampton, on peut sentir quelques notes de cloud rap à la PNL (groupe de rap français).

«On aimerait beaucoup faire des tournées aussi en Europe, dit le rappeur Franky Fade. Je pense que cet album-là va aussi faire des remous de l’autre côté de l’Atlantique.»

Mais qu’est-ce qui fait qu’O.G.B se démarque autant sur la scène rap québécoise en pleine ébullition? En spectacle comme en studio, c’est l’aspect organique de la formation qui marque le plus.

Sur chaque morceau, les textes de Franky Fade, sont accompagnés de six musiciens aux bagages impressionnants. Le type de formule que l’on trouvait beaucoup plus dans le jazz rap des années 90. «On fait partie de la scène rap, mais on ne se limite pas à la scène rap keb», indique le rappeur.

Un couple à sept

O.G.B, c’est sept amis qui étudiaient la musique au Cégep Saint-Laurent à Montréal et qui ne se sont jamais lâchés après cinq ans. Le groupe est composé du rappeur François Marceau, du bassiste Vincent Bolduc-Boulianne, du claviériste Vincent Favreau, du saxophoniste Arnaud Castonguay, du guitariste John Henry Angrignon Atkins, du batteur Louis René et du beatmaker et DJ Samuel Brais-Germain.

En 2018, ils sortent leur premier album Volume un et, depuis, ils sont sur une pente ascendante. L’an dernier, ils ont remporté la 23e édition des Francouverte et ont joué dans plusieurs festivals, dont les Francofolies de Montréal et Osheaga.

Dans un groupe aussi nombreux, le processus créatif peut être long et laborieux, mais pour les membres d’O.G.B, chaque commentaire est une richesse. «On est sept têtes fortes avec des idées définies. C’est sûr que ça peut ralentir le processus créatif, mais on prend le temps de bien discuter et de s’assurer que la décision qui va en découler est la bonne pour tout le monde», explique Vincent Bolduc-Boulianne. «C’est comme un couple, mais à sept», ajoute-t-il en riant.

Une synergie qui se voit et qui s’entend chez ce groupe encore jeune, mais qui projette beaucoup de sagesse.

«Le hip-hop nous a apporté beaucoup»

Par leur différence, le groupe plaît à de nombreux amateurs de musique et non seulement de rap. ICI Musique va jusqu’à écrire : «Écoutez cet album, et découvrez tout à coup que le rap, vous aimez ça finalement».

Une formule qui stigmatise encore ce style musical souvent boudé par les médias traditionnels malgré son succès planétaire. «Au Québec, dans le grand public, le hip-hop peut être perçu comme un art moins intéressant que d’autres types de musique, mais je crois que ce n’est que de l’ignorance», déclare le jeune rappeur.

«Au premier degré, ça peut être facile d’être réticent ou de ne pas comprendre tout ce qui se trouve derrière cette musique, mais ça prend juste quelques écoutes et un petit effort pour voir la richesse et la beauté de cette culture.»

Parmi leurs rappeurs québécois préférés, on retrouve LaF, Dope.gng, Kirouac, Backxwash… «C’est certain que je vais regretter d’en avoir oublié», ajoute le rappeur admiratif des talents qui l’entourent sur une scène aussi plurielle que leur propre musique.

Un album authentique et bien ficelé pour le deuxième opus d’Original Gros Bonnet sorti le 28 août : Tous les jours printemps.