Les Beatles à l'époque de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band.
Les Beatles à l'époque de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band.

Cinquante ans après leur séparation, les Beatles plus populaires que jamais

LONDRES — Ils ont brisé des millions de cœurs en se séparant au début des années 1970: un demi-siècle plus tard, les Beatles n’ont rien perdu de leur popularité et dominent toujours la scène musicale pop.

10 avril 1970, jour fatidique de la rupture: Paul McCartney annonce indirectement que les «Fab Four» n’enregistreraient plus rien ensemble.

«Les Beatles sont considérés comme la plus fabuleuse aventure du XXe siècle, mais personne n’aurait pu prévoir qu’un succès déjà aussi extraordinaire allait se prolonger au siècle suivant», dit à l’AFP Mark Lewisohn, historien du groupe.

«50 ans après leur séparation, les Beatles restent indépassables artistiquement, et poussent les créateurs à repousser les limites», souligne l’auteur de The Beatles: All These Years.

Le 10 avril 1970 est à jamais marqué d’une pierre noire pour les fans du groupe: ce jour-là parut une interview de Paul dans laquelle il suggérait que les Beatles allaient cesser de travailler ensemble, juste avant la sortie de son premier album solo.

Sans aller jusqu’à annoncer clairement la fin du groupe, Paul, interrogé sur la reprise de sa collaboration avec le non moins légendaire John Lennon dans un avenir prévisible, répondait sèchement «non».

«McCartney rompt avec les Beatles», titrait alors le New York Times.

La dissolution de leur liens d’affaires un peu plus tard devant un tribunal britannique scellait définitivement la fin du groupe.

«Indestructible»

Le divorce laissa des fans inconsolables, se souvient Philip Norman, auteur de la biographie officielle de Paul McCartney parue en 2016.

«Toute une génération avait grandi avec les Beatles... Ils avaient eu droit à un nouvel album des Beatles à chaque étape importante de leur vie, souligne-t-il. Beaucoup de gens pensaient, c’est affreux! c’est moche de vivre sans eux. C’était vraiment un sentiment dominant.»

Des décennies plus tard, ils restent les artistes les plus vendus de tous les temps, avec un catalogue toujours aussi populaire, de I Want to Hold Your Hand et Hey Jude à Yesterday ou Let It Be.

«Ils sont partout, souligne Norman. Dans le langage courant, dans les titres des médias... on les cite sans arrêt et on joue toujours leur musique (...) Le charme est indestructible.»

«Help!»

À la fin des années, 60, le groupe de Liverpool — Lennon, McCartney, le batteur Ringo Starr et le guitariste George Harrison — connaissaient un tel succès qu’il était devenu «plus connu que Jésus Christ», selon les mots de Lennon.

Une Beatlemania pesante: dans une interview récemment exhumée, Lennon expliquait que la chanson Help! (A l’aide!) composée en 1965 était à prendre au sens littéral.

«Je chantais “À l’aide” et c’était vraiment pour en demander, disait-il. Pas moyen de débrancher, c’était du 24 heures par jour et tout le monde voulait un morceau de vous.»

Les tensions au sein du groupe, en particulier entre Lennon et McCartney, finirent par le détruire.

Au moment de l’annonce de McCartney, ils n’avaient pas donné de concert live depuis quatre ans. Starr et Harrison avaient déjà sorti un album solo, Lennon et sa femme, l’artiste japonaise Yoko Ono, avaient formé le Plastic Ono Band.

McCartney lui créait Wings, avec sa femme Linda, à la fin 1971.

Tous poursuivirent une carrière solo avec succès, mais Lennon et Ono se consacrèrent de plus en plus au militantisme pacifiste.

«Talents géants» 

Ils faillirent se reformer au milieu des années 1970, mais butèrent sur des problèmes de droits, selon Norman.

En 1980, c’est le drame: Lennon est assassiné devant chez lui à New York par un quidam en quête de célébrité.

Dans une interview en 2016, McCartney se félicitait de s’être auparavant réconcilié avec lui.

En 1982, il écrivit Here Today, chanson qui se voulait un message d’amour pour Lennon, expliqua-t-il.

Les deux hommes étaient la force motrice du groupe.

«Lennon et McCartney étaient des géants et ils ont produit ensemble quelque chose de magique», souligne Norman.

Pour Lewisohn, les Beatles sortent toujours du lot dans la pop actuelle, car «il y a un monde entre les célébrités passagères ... et les vrais artistes comme les Beatles dont le talent créatif nourrit l’esprit et inspire la joie».

+

LES PAROLES MANUSCRITES DU HEY JUDE VENDUES 910 000 DOLLARS AUX ENCHÈRES

Une feuille de papier sur laquelle Paul McCartney a noirci à la main les paroles de la célèbre chanson Hey Jude a été adjugée 910 000 dollars lors d'enchères marquant vendredi le 50e anniversaire de la séparation des Beatles.

C'est plus de cinq fois le montant estimé en amont de la vente organisée en ligne, coronavirus oblige, par la maison californienne Julien's Auctions.

Guitares, vinyles rares, objets dédicacés... Quelque 250 lots liés au mythique groupe britannique étaient proposés aux fans et collectionneurs du monde entier, 50 ans jour pour jour après sa séparation.

Paul McCartney avait écrit Hey Jude après une autre rupture: celle de son acolyte John Lennon avec sa première femme Cynthia, à la suite de ses infidélités avec l'artiste japonaise Yoko Ono.

La chanson, destinée à réconforter le fils de John Lennon, Julian, pendant le divorce de ses parents, avait initialement pour titre Hey Jules.

Parmi les autres grosses ventes de la journée: la peau d'une grosse caisse de batterie portant le logo des Beatles, et utilisée lors de la première tournée américaine du groupe en 1964, adjugée à 200 000 dollars.

Une page manuscrite du scénario du clip de la chanson Hello, Goodbye (1967) est elle partie pour 83 200 dollars, et un cendrier utilisé par Ringo Starr aux studios Abbey Road dans les années 1960 pour 32 500 dollars. AFP