L’artiste multidisciplinaire Mona Blue rendra hommage à quatre organismes qui l’ont aidée durant sa jeunesse.

Mona Blue: l’art pour dire merci

Il y a bien des façons de dire merci. L’artiste Mona Blue a choisi de vendre ses petites toiles en guise de reconnaissance aux organismes qui l’ont prise sous leur aile quand les choses étaient difficiles pour elle.

Ce samedi 11 août, lors d’un 5 à 7 dans la grange de la Ferme Héritage Miner à Granby, la peintre exposera pour la première fois ses tableaux à l’aquarelle et à l’acrylique. Une trentaine seront mis en vente aux plus offrants.

« Les gens donneront ce qu’ils voudront. Et tous les profits seront remis à quatre organismes qui m’ont reçue », dit-elle, en qualifiant son adolescence de tumultueuse.

La Maison Alice-Desmarais, qui vient en aide aux femmes vivant de la violence conjugale, la ressource d’hébergement Transition pour elles, l’Auberge du cœur Maison Marie-Frédéric de Québec et l’école de rue Je raccroche de Rimouski sont toutes sur sa liste de remerciements.

Il faut dire que malgré ses 23 ans, Mona Blue semble avoir vécu mille vies. Après avoir quitté le nid familial à tout juste 15 ans, elle est rapidement « tombée » dans une relation empreinte de violence.

« J’ai toujours eu de la difficulté à garder mes emplois. J’ai été sur l’aide sociale longtemps et j’ai eu des problèmes d’alcool », raconte la Granbyenne avec franchise. Déménagée plus tard à Rimouski « pour changer de vie et se donner une autre chance », elle s’est retrouvée plongée dans une autre relation toxique.

Déterminée à s’en sortir, elle a consulté pour trouver des réponses à ses questions, a repris ses études, terminé son secondaire et étudiera bientôt au cégep en éducation spécialisée. « Ça va mieux ! », dit-elle.

Exister
Dans cette renaissance, l’art a joué un rôle crucial, confie Mona Blue.

« Mon côté artistique est là depuis toujours. C’est ce qui m’a permis de survivre et d’exister à travers ce que je vivais. Je suis une personne introvertie et l’art est ma façon de me libérer, d’évacuer les émotions. Ça me donne une identité », confie celle qui compose aussi au piano et pose comme modèle artistique.

Bien qu’elle ait choisi Melancholia pour titrer son exposition éphémère, ses œuvres minimalistes sont souvent remplies de couleurs. Ici une plume, là un oiseau... tout est simple et volontairement positif.

« Le nom est sombre, j’avoue. Je suis restée un peu accrochée à ce sentiment d’incapacité que vivent les gens qui fréquentent ces organismes. Par mon art, j’essaie de contrer ça. »

Avec l’aide du programme Jeunes volontaires du Carrefour Jeunesse Emploi (CJE) des Cantons-de-l’Est, la jeune femme a mis sur pied ce vernissage qui lui tient sincèrement à cœur.

Mona Blue a déjà vendu une quarantaine de billets pour l’événement. À ce montant s’ajoutera celui de la vente des toiles. Elle ignore combien elle pourra remettre à ceux qui l’ont aidée, mais là n’est pas l’objectif.

« Je le fais vraiment pour saluer ces organismes et leur donner une visibilité. C’est plus une question d’intention. »

Elle remettra d’ailleurs une œuvre souvenir à chacun d’eux.

Envie d’y aller ?

Quoi: Vernissage Melancholia

Quand: le samedi 11 août de 17 h à 19 h

: Ferme Héritage Miner, 100 rue Mountain à Granby

Billets: 5 $ , disponibles à m.frederic@hotmail.com ou au (579) 594-5943